Chronique d’une agonie à venir

L’économie US flirte avec le précipice, les bourses étant plus ou moins à leur niveau de l’été dernier dans une atmosphère étrange où les investisseurs du monde entier déversent leurs masses de liquidités vers le seul placement qui leur semble encore sûr, à savoir les Bons du Trésor. A 2.06%, le rendement du Bon US à 10 ans ne s’approche-t-il effectivement pas de son plus bas historique atteint le 30 Décembre 2008? Comment s’en étonner alors que la Réserve Fédérale US elle-même a annoncé la reprise de son programme de rachat de papiers valeurs émis par la Trésorerie de son propre pays…

Bienvenue dans la « japanification » des Etats-Unis! Cette expression, utilisée tout récemment par le stratégiste de Merrill Lynch, Michael Hartnett, n’est-elle qu’une boutade ou insinue-t-elle que le pays est à l’orée d’une longue traversée du désert jalonnée de déflation, d’une interminable récession et d’un grand cycle baissier affectant les bourses? Les Etats-Unis subiront-ils le même sort que le Japon qui n’en finit plus de se battre et dont les taux d’intérêts sont à zéro depuis 20 ans? En fait, Merrill Lynch et quelques rares analystes lucides, quoique terriblement pessimistes, prévoient des taux Américains sensiblement réduits jusqu’à 2020 ponctués d’une croissance moyenne de 1 à 1.5% sur les 20 ans à venir, un Dow Jones dont les valorisations seraient divisées en deux et un marché immobilier condamné à chuter de 30% supplémentaires pour la même période… Ce scénario catastrophe est-il vraisemblable après les 7’300’000 emplois déjà perdus aux USA, après les faillites immobilières, bancaires et en dépit des multiples plans de relance … ou ces précédents le rendent-ils au contraire crédible?

Quoiqu’il en soit, notre monde semble avoir aujourd’hui complètement perdu ses repères: Comment interpréter sinon le rendement actuel sur les Bons du Trésor Britannique à 10 ans qui rémunère à hauteur de 3% quand le taux d’inflation est de … 3.1%? Une seule signification: que les investisseurs sont disposés à placer gratuitement, voire à perdre même un peu, en échange d’avoir la certitude de recevoir leur placement dans 10 ans! En d’autres termes – et énoncé brutalement – le monde se prépare à la « japanification » Occidentale et ajuste ainsi ses portefeuilles en fonction de la déflation à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *