Chronique nécrologique: Liberté d’expression sur l’Internet au Canada (2011)

Par François Marginean

Image Flickr par jk5854

Poster un lien vers un site « haineux » fera de vous un criminel

Poster un lien vers un site « haineux », même si c’est fait anonymement ou sans être conscient que le site en question contient du matériel jugé comme étant « haineux », risque fort bien d’être un crime, selon le nouveau projet de loi de Stephen Harper.

Le problème est que ce qui est défini comme étant « haineux » demeurera toujours aussi vague que la guerre contre le « terrorisme ». Quiconque devient un peu trop critique du Système est susceptible d’être déclaré un potentiel terroriste par les autorités. Bien évidemment, les sites pro-palestiniens font partie du lot, classés parmi les « sites haineux ». On peut alors comprendre que nous assistons à une démolition contrôlée de notre liberté d’expression et de nos droits fondamentaux.

Bien sûr, le motif semble noble en voulant punir le langage haineux, raciste et xénophobe, mais les conséquences et risques de dérapages légaux dans la réalité, ainsi que le but ultime réel, sont des plus graves.

Voici le projet de loi omnibus sur le crime mis de l’avant par le gouvernement conservateur de Stephen Harper et qui sera introduit bientôt pour être voté au Parlement canadien. D’après le site officiel du parlement canadien:


http://www.parl.gc.ca/About/Parliament/LegislativeSummaries/bills_ls.asp?ls=c51&source=library_prb&Parl=40&Ses=3&Language=E#a8
2 Description et analyse
2.1 Modifications au Code criminel
2.1.1 Modernisation des infractions
2.1.1.1 la propagande haineuse (articles 4 et 5)
Les infractions de propagande haineuse doivent être commises contre un «groupe identifiable». L’article 4 du projet de loi ajoute «l’origine nationale» à la définition de «groupe identifiable» (8).
L’article 5 du projet de loi prévoit que les infractions d’incitation publique à la haine et la propagation volontaire de la haine peuvent être commises par tout moyen de communication et notamment en rendant accessible du matériel haineux, par exemple, en créant un lien hypertexte qui dirige les internautes vers un site Web où du matériel haineux est affiché.

Le problème est que sous le gouvernement majoritaire de Harper, qui est extrêmement influencé par la droite pro-sioniste, les campagnes de boycott et de désinvestissement d’Israël et de ses produits, l’étiquette d’État d’apartheid et la critique des actes et de la politique étrangère israélienne, sont vertement condamnés et considérés comme étant « antisémite ». En fait, la critique de l’idéologie politique et des actes perpétrés sous son égide qui peut être tout à fait légitime, tend à être considérée comme haineuse et antisémite. On cherche à faire des amalgames entre l’antisionisme et l’antisémitisme, embrouiller la frontière entre l’idéologie politique et une religion.

Le Canada sous influence

À voir et à revoir – le documentaire produit par Radio-Canada:

Le Canada sous influence: l’influence du lobby pro-israélien au sein du gouvernement Harper, qui lève le voile sur la guerre sioniste contre des ONG, telles que Droits et Démocratie, qui « aident les terroristes et sont anti-Israël », et le virage violemment pro-israélien du gouvernement canadien sous Stephen Harper.

Voici deux articles qui critiquent la dimension liberticide de cette loi:

 

http://openmedia.ca/blog/proposed-crime-bill-makes-anonymity-and-hyperlinks-illegal-canada


Le projet de loi sur le crime rendrait illégal l’anonymat et les hyperliens au Canada
Soumis par Erin Brown-John, le jeu, 12/05/2011 – 00:12

Anonymat et hyperliens seront-ils illégaux au Canada?

Un nouveau projet de loi sur le crime mis de l’avant par le gouvernement conservateur laisse penser qu’ils pourraient le devenir. Le projet de loi, un des nombreux prévus pour être présentés au Parlement, imposerait de nouvelles limites sur la création d’hyperliens vers des contenus considérés comme illégaux ou à l’aide d’un pseudonyme en ligne.

En surface de l’idée paraît ridicule. Ces deux choses sont essentielles pour faire de l’Internet ce qu’il est – un véhicule pour le dialogue centré sur les citoyens et le partage d’informations. Certes, le gouvernement n’adopterait jamais une telle position!

Mais au cours de la dernière campagne électorale, Stephen Harper a clairement indiqué qu’il avait l’intention de faire adopter une série de projets de loi sur la criminalité à l’intérieur ses 100 premiers jours de son mandat. Ces projets de loi comprennent, entre autres choses, la permission au gouvernement d’accroître son pouvoir de surveiller vos activités en ligne. Ils comprennent également une disposition qui pénalise les gens pour des liens vers du contenu qui est considéré comme un «discours haineux» et pour avoir utilisé des noms qui protègent leur anonymat en ligne.

Ces lois visent à donner plus de pouvoirs aux policiers pour lutter contre le discours haineux et le harcèlement, mais comme l’indique l’article récent de Macleans, elles sont mal écrites et vagues, laissant beaucoup trop de place à interprétation.

Bien que la propagation de la haine ne doive absolument pas être tolérée, ce projet de loi mis sur le crime ne fait pas de distinction entre les personnes qui répandent la haine et celles qui la commentent. Ne devrait-il pas être de notre droit en tant que citoyens d’être en mesure de commenter les choses, indépendamment de leur contenu? Restreindre notre capacité à le faire constitue une violation grave de notre liberté d’expression.

Tel qu’il est écrit, le projet de loi sur la criminalité nous tient responsable pour les actions d’autres personnes. Le contenu des sites Internet change tout le temps. Ce à quoi vous reliez un jour donné pourrait contenir des propos haineux le lendemain, et vous n’avez aucun contrôle sur ce contenu.

Ce projet de loi inhibera le dialogue qui doit avoir lieu dans notre société et punira les gens pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.

Les Canadiens ont besoin d’un Internet axés sur les citoyens et abordable, qui leur permet de parler ouvertement des enjeux qui comptent pour eux. Il est clair que ces nouveaux projets de loi sur le crime nous conduisent dans la mauvaise direction.

C’est pourquoi il est si important de cultiver notre communauté Pro-Internet et de continuer à faire pression sur le gouvernement afin de promouvoir un Internet ouvert et abordable qui sert le public. Ensemble, nous pouvons tenir le gouvernement responsable et l’internet gratuit.

……………

http://www.torontosun.com/2011/05/05/lilley-tory-crime-bill-an-attack-on-our-liberty
Le projet de loi sur le «crime haineux» cible les Canadiens
Vendredi 6 mai 2011
Par Brian Lilley
Toronto Sun

Il est dit que le prix de la liberté est la vigilance éternelle et c’est tout aussi vrai aujourd’hui, après la victoire des conservateurs, que cela l’était avant.

Je suis sûr que certains partisans conservateurs ont dansé dans les rues en chantant Let Freedom Reign (« Laissons la liberté régner »), mais de faire un acte de foi envers un parti politique c’est de la foi aveugle.

Le gens qui sont au pouvoir sont ceux dont nous devrions souvent en fait avoir le plus peur, sans nom, des bureaucrates anonymes au pouvoir immense d’établir des règlements qui peuvent être impossible à renverser. Et puisque nous ne votons pas pour eux, ils n’ont aucune raison de nous craindre.

Les politiciens ne mènent pas vraiment la danse, ils donnent simplement des directions et j’espère que les bureaucrates le comprennent.

Nous espérons que nos élus agissent en superviseurs en notre nom, mais nous ne pouvons pas compter sur eux.

Si vous ne voulez pas que des lois intrusives viennent s’immiscer dans nos vies, si vous ne voulez pas que votre liberté s’érode, alors c’est à vous de monter la garde.

Les Conservateurs prévoient introduire, lorsque la Chambre reprendra ses travaux, un projet de loi omnibus du crime qui comprend l’ensemble de leur législation précédente en une seule loi.

Le projet de loi est présenté comme s’il devait permettre à la police de traquer et de mettre la main au collet des pervers qui font circuler de la pornographie impliquant des enfants et leur permettre de mettre à jour leurs techniques de surveillance pour traiter avec le monde informatique en constante évolution dans lequel nous vivons.

Ça m’a l’air bien. Qu’est-ce qui pourrait y avoir de mal à cela?

En fait, il n’y a rien de mal avec cette partie, mais il y a beaucoup à s’inquiéter en ce qui concerne ce qu’ils proposent de faire contre les crimes haineux.

Le projet de loi prévoit de criminaliser le fait de poster un lien vers un site Web qui diffuse de la haine.

Voici ce que la Bibliothèque du Parlement dit à propos du projet de loi sur son site Internet: «L’article 5 du projet de loi prévoit que les infractions d’incitation publique à la haine et la propagation volontaire de la haine peuvent être commises par tout moyen de communication et notamment en rendant accessible du matériel haineux, en créant un lien hypertexte qui dirige les internautes vers un site Web où du matériel haineux est affiché, par exemple. «

Pour avoir simplement posté un lien vers un site Web affichant du matériel que quelqu’un d’autre juge odieux, vous pourriez aller en prison pour deux ans et être marqué comme étant un criminel.

La police de l’Internet. Seulement au Canada.

Il ne s’agit pas de protéger les gens contre un génocide ou même des menaces de mort, la façon dont la loi est écrite aujourd’hui est beaucoup plus large.

«Quiconque communique des déclarations, autrement que dans une conversation privée, fomentant volontairement la haine contre un groupe identifiable est coupable. »

Il y a aussi la question épineuse de savoir qui décide de ce qui est « haineux »?

Est-ce que le site web promouvant la Semaine de l’Apartheid Israélien, qui occupe aujourd’hui une place importante sur les campus universitaires partout au Canada, va mener des gens en prison? Qu’en est-il des messages postés sur le web concernant le génocide des Arméniens, que ces derniers blâment sur les Turcs bien que les Turcs le contestent?

Il s’agit d’une proposition ridicule qui n’a pas lieu d’être dans un pays qui prétend chérir la liberté d’expression.

Nous avons l’habitude de dire: « Je désapprouve ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire ». Maintenant il semble que la société canadienne croit « Je désapprouve ce que vous dites et je vais vous poursuivre en justice. »

Les conservateurs de Stephen Harper ont remporté la majorité lundi, ils peuvent passer ce projet de loi sans avoir recours à l’appui de tout autre parti. Mais ils ont encore besoin de votre soutien et de vos dons et le public canadien devrait leur dire qu’ils auront ni l’un ni l’autre s’ils mettent de l’avant des projets de loi comme celui-ci qui attaque la liberté.

Pour exprimer votre désapprobation, voici quelques courriels pour les rejoindre:
Harper.S @ parl.gc.ca
Layton.J @ parl.gc.ca
Rae.B @ parl.gc.ca
et info@greenparty.ca
Vous pouvez également leur envoyer par la poste… et, à votre député parlementaire à l’adresse:

Parlement du Canada, Ottawa, Ontario K1A 0A9. Aucun postage n’est nécessaire!

Le lien pour la liste mise à jour des membres du parlement est ici.

……………..

Voici le texte intégral du Protocole d’Ottawa qui explique que l’antisionisme c’est de l’antisémitisme.

http://www.cbc.ca/news/politics/inside-politics-blog/2010/11/for-the-record-the-full-text-of-the-ottawa-protocol.html


Le texte intégral du Protocole Ottawa

Novembre 10, 2010

par Kady O’Malley

… tel que publié à la fin de la réunion d’hier de la Coalition interparlementaire pour la lutte contre l’antisémitisme.

Le Protocole d’Ottawa sur la lutte contre l’antisémitisme

Préambule

Nous, représentants de nos parlements respectifs à travers le monde, réunis à Ottawa pour la deuxième Conférence et sommet de la Coalition interparlementaire pour la lutte contre l’antisémitisme, soulignons et réaffirmons la Déclaration de Londres sur la lutte contre l’antisémitisme comme un modèle de document pour la lutte contre l’antisémitisme.

Nous craignons que, depuis la Conférence de Londres en Février 2009, il continue d’y avoir un accroissement dramatique des crimes de haine antisémites et des attaques ciblant des juifs et des biens, et institutions religieuses juives, éducatives et communautaires.

Nous restons inquiets de l’antisémitisme génocidaire sanctionné par l’État et des idéologies extrémistes rattachées. Si l’antisémitisme est la plus vivace des haines, et le génocide le crime le plus horrible, alors la convergence de l’intention génocidaire incarnée dans l’idéologie antisémite est la plus toxique des combinaisons.
(…)

Nous sommes alarmés par l’explosion de l’antisémitisme et la haine sur Internet, un médium essentiel pour la promotion et la protection de la liberté d’expression, la liberté de l’information et la participation de la société civile.

Nous sommes préoccupés par l’échec de la plupart des Etats participants de l’OSCE à mettre pleinement en œuvre les dispositions de la Déclaration de Berlin de 2004, y compris l’engagement à:

«Recueillir et conserver des informations et de statistiques fiables sur les crimes antisémites, et autres crimes haineux, commis sur leur territoire, rapporter périodiquement ces renseignements au Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l’Homme de l’OSCE (BIDDH), et rendre cette information accessible au public. »

Nous sommes préoccupés par les signalements d’incidents antisémites sur les campus, comme les actes de violence, violence verbale, de l’intolérance liée au rang, et les agressions contre ceux qui sont attachés à la liberté d’investigation, sapant ainsi les valeurs fondamentales universitaires.

Nous renouvelons notre appel aux gouvernements nationaux, aux parlements, aux institutions internationales, aux dirigeants politiques et civiques, aux ONG et à la société civile à affirmer les valeurs démocratiques et humaines, à bâtir des sociétés fondées sur le respect et la citoyenneté et à lutter contre toutes les manifestations d’antisémitisme et toutes les formes de discrimination.

Nous réaffirmons la définition de travail de l’EUMC – maintenant l’Agence des droits fondamentaux (FRA) – de l’antisémitisme, qui énonce que:

« Des exemples contemporains d’antisémitisme dans la vie publique, les médias, les écoles, les lieux de travail, et dans la sphère religieuse pourraient, en tenant compte du contexte global, inclure, mais ne pas être limités à:

+ Appeler à, soutenir, ou justifier de tuer ou blesser des Juifs au nom de l’idéologie radicale ou d’une vision extrémiste de la religion.
+ Faire des allégations fallacieuses, déshumanisantes, diabolisantes, ou stéréotypées sur les juifs en tant que tels ou la puissance des Juifs collectivement – telles que, tout spécialement, mais pas exclusivement – le mythe d’une conspiration juive mondiale, ou de juifs contrôlant les médias, l’économie, le gouvernement ou d’autres institutions de la société.
+ Accuser les juifs comme peuple d’être responsables des méfaits réels ou imaginaires commis par une seule personne juive ou d’un groupe, ou même pour des actes commis par des non-Juifs.
+ Nier la réalité, l’ampleur ou les mécanismes (les chambres à gaz) ou l’intention du génocide du peuple juif aux mains du national socialisme et de ses partisans et ses complices au cours de la Seconde Guerre mondiale (la Shoah).
+ Accuser les juifs en tant que peuple, ou Israël en tant qu’Etat, d’avoir inventé ou d’exagérer l’Holocauste.
+ Accuser les citoyens Juifs d’être plus loyaux envers Israël, ou envers les priorités alléguées des Juifs du monde entier qu’envers les intérêts de leur propre nation.

Des exemples de façons dont l’antisémitisme se manifeste à l’endroit de l’État d’Israël en tenant compte du contexte global pourraient inclure:

+ Appliquer un double standard (deux poids deux mesures) en exigeant d’Israël un comportement n’est attendu ni requis de toute autre nation démocratique.
+ Utiliser les symboles et des images associées à l’antisémitisme classique (par exemple la mise en accusation des Juifs pour avoir tué Jésus ou le « libelle de sang », c-à-d le meurtre rituel) pour caractériser Israël ou les Israéliens.
+ Comparer la politique israélienne actuelle à celle des nazis.
+ Tenir les juifs collectivement responsables des actions de l’État d’Israël

Cependant, la critique de l’État d’Israël similaire à celles portées contre tout autre pays ne peut pas être considérée comme antisémite.

Soyons clairs: La critique d’Israël n’est pas antisémite, et ce serait une erreur de dire cela. Mais singulariser Israël pour en faire l’objet d’une condamnation et d’un opprobre sélectif – et à plus forte raison nier son droit d’exister ou chercher sa destruction – est discriminatoire et haineux, et ne pas le dire serait malhonnête.

Les membres de la réunion du Parlement à Ottawa s’engagent à:

Appeler nos gouvernements à respecter les engagements internationaux sur la lutte contre l’antisémitisme – comme les Principes de l’OSCE de Berlin – et collaborer avec l’Organisation des Nations Unies à cette fin. Dans les termes utilisés par l’ancien Secrétaire général Kofi Annan, « Il est […] dit à juste titre que l’Organisation des Nations Unies est née des cendres de l’Holocauste. Et un agenda des droits de l’homme qui ne parvient pas à lutter contre l’antisémitisme nie sa propre histoire. »;

Appeler les parlements et les gouvernements à adopter la définition de travail de l’EUMC et à ancrer son application dans la législation existante;

Encourager les pays à travers le monde à établir des mécanismes de rapport et de suivi de l’antisémitisme national et international, à l’instar de la «Loi lutte contre l’antisémitisme de 2010» récemment présentée au Congrès des États-Unis;

Encourager les dirigeants de toutes les religions – également représentés à cette conférence – à utiliser tous les moyens possibles pour combattre l’antisémitisme et toutes les formes de haine et de discrimination;

Appeler le Forum parlementaire de la Communauté des démocraties à faire de la lutte contre la haine et l’antisémitisme une priorité dans leur travail;

Appeler les gouvernements et les parlementaires à réaffirmer et mettre en œuvre la convention sur le génocide, reconnaissant que lorsqu’il y a incitation au génocide, les États parties ont l’obligation d’agir;

Travailler avec les universités pour les encourager à lutter contre l’antisémitisme avec le même sérieux avec lequel ils sont confrontés à d’autres formes de haine. Plus précisément, les universités devraient être invités à définir clairement l’antisémitisme, donner des exemples précis, et à faire respecter les codes de conduite fermement, tout en assurant le respect de la liberté d’expression et le principe de la liberté académique. Les universités devraient utiliser la Définition de travail de l’antisémitisme utilisée par l’EUMC comme base pour l’éducation, la formation et l’orientation. En effet, il devrait y avoir une tolérance zéro pour toute forme de discrimination contre quiconque dans la communauté universitaire sur la base de la race, le sexe, la religion, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle ou le positionnement politique;

Nous encourageons l’Union européenne à promouvoir l’éducation civique et la société ouverte dans sa politique européenne de voisinage (PEV) et à répondre au financement au développement démocratique et au respect des droits de l’homme dans les pays partenaires de la PEV;

Mettre en place un Groupe de travail international de spécialistes de l’Internet comprenant des parlementaires et des experts pour créer des indicateurs communs afin d’identifier et surveiller l’antisémitisme et les autres manifestations de haine en ligne et élaborer des recommandations pour les gouvernements et les cadres internationaux afin de résoudre ces problèmes;

En s’appuyant sur la représentation africaine à cette conférence, développer des relations de travail accrues avec les parlementaires en Afrique pour la lutte contre le racisme et l’antisémitisme;

Nous demandons instamment à la future présidence de l’OSCE, la Lituanie, de faire de la mise en œuvre de ces engagements une priorité pour l’année 2011 et d’appeler à reconduire le mandat des représentants spéciaux pour aider dans ce travail.

Voici le texte intégral de la Loi de 2010 sur la Lutte contre l’antisémitisme mentionnée ci-dessus, tel que présenté au Congrès américain par le député républicain du New Jersey Christopher Smith. Verrons-nous un projet de loi similaire être présenté par le gouvernement – ou, dans l’alternative, un projet de loi proposé à l’initiative de l’un des membres de la Coalition parlementaire canadienne de lutte contre l’antisémitisme?

Ce n’est peut-être pas nécessaire, selon ce communiqué de presse diffusé après la conférence du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration Jason Kenney, dont le ministère aurait fourni 450 000 $ en financement pour la conférence de cette semaine. Dans ce document, il affirme que le protocole « complète ce que le Canada fait déjà … entre autres choses, il invite les dirigeants des groupes confessionnels à lutter contre la haine et la discrimination, y compris l’antisémitisme; les gouvernements de réaffirmer et de mettre en œuvre la convention sur le génocide; la mise en place d’une force opérationnelle internationale visant à identifier et surveiller la propagande haineuse sur Internet et; le développement d’une installation complète pour enregistrer tous les crimes haineux, y compris l’antisémitisme « .

Ce dont Kenney ne donne pas la moindre indication c’est qu’une nouvelle législation est en préparation. Mais encore là, peut-être qu’il attend que le susmentionné CPCAA publie son rapport, qui, aux dernières nouvelles, n’est pas prévu avant le printemps prochain au plus tôt.

Si on se fie aux conclusions du Protocole de Toronto, dire qu’Israël commet des crimes de guerre est antisémite, c’est-à-dire haineux. Donc cela va tomber sous le coup de la loi omnibus de Harper.

Stephen Harper a reparlé de cette loi omnibus au discours du Trône et cela lui démange d’enfin passer cette loi. Les conservateurs veulent voter une loi pour faire en sorte que cela devienne un CRIME de poster sur internet, par exemple, un lien vers un site jugé « haineux ». Ceci risque d’être terrible s’ils se mettent à appliquer cette loi de manière vraiment draconienne. Ce pourrait être un vrai massacre de tout ce qui pouvait rester de pensée indépendante dans la population. Parce que pour eux, un site « haineux », c’est un code pour pro-Palestinien.

Il n’y a qu’à regarder la position officielle du Canada concernant l’attaque de la flottille d’aide humanitaire en eaux internationales survenue l’année passée et de l’arrêt de la flottille durant les semaines passées, de l’attaque sauvage et les crimes de guerre commis par Israël durant l’opération Plomb durci, ainsi que le traitement des Palestiniens qui vivent quotidiennement sous occupation militaire et l’apartheid d’Israël. Dans plusieurs des cas, nous avons été la seule nation au monde, avec les États-Unis, à défendre l’injustifiable. Ceci ne représente certainement pas les vues et opinions des Canadiens et Québécois en général. Une chose est certaine, c’est que les gens qui oseront vocaliser leur mécontentement et leurs critiques sur l’Internet vont risquer de se voir accusé d’être des criminels.

Orwell doit se retourner dans sa tombe. Le crime de la pensée est maintenant à nos portes, citoyens.

Si le projet de loi passe – et il va passer éventuellement puisque les Conservateurs sont majoritaires (Harper a déclaré vouloir le faire à l’intérieur des 100 premiers jours de son mandat majoritaire) – du coup les effectifs policiers seront plus importants et il sera possible de dresser des listes d’internautes « à problèmes » (listes probablement fournies par l’ADL et son pendant canadien!), rejoindre les webmestres pour exiger qu’ils retirent certains contenus, par exemple en censurant des (ou tous les) commentaires. Il pourrait éventuellement y avoir des arrestations à domicile, ce qui pourrait ouvrir un débat public… Mais il sera déjà trop tard car une fois adoptée, une loi est difficilement retirée.

Tout cela risque de devenir ingérable, causant un découragement des gens par rapport à l’état de la liberté d’expression des Canadiens sur le web qui à ce moment-là rendra tout simplement l’âme. Et c’est un peu ça le but. Ils envoient déjà des provocateurs afin que les sections commentaires deviennent ingérables. Les sites indépendants, les forums internet indépendants et les sections commentaires surtout, où l’anonymat est encore possible, tout ces espaces de liberté doivent disparaître définitivement.

N’ayant plus de forum public pour discuter d’idées et de faits librement et publiquement, ne pouvant plus évacuer et canaliser leur trop-plein d’indignation dans ce mode d’expression et de diffusion de l’information, les gens (mieux informés) seront davantage démoralisés et marginalisés, plus prompts à rentrer dans le moule. Les gens vont probablement continuer à s’informer comme ils le faisaient avant, mais ne pouvant plus partager leurs connaissances, ils se sentiront encore plus isolés qu’avant et la mouvance de la « dissidence internet » s’évaporera. Il faudra probablement revenir à l’écriture traditionnelle, au journal clandestin, à l’action concrète et aux groupes et organisations non-gouvernementales… Fonder des structures d’action citoyenne qui perdureront, retourner au concept d’une résistance anonyme et sans leader… ce qui préoccupe aussi énormément les tireurs de ficelles.

Note: Mes sincères remerciements à Dave pour les informations et l’inspiration.

45 pensées sur “Chronique nécrologique: Liberté d’expression sur l’Internet au Canada (2011)

  • avatar
    27 juillet 2011 à 2 02 35 07357
    Permalink

    Merci pour ces excellentes informations François.

    On cherche à cacher légalement les vrais responsables du foutoir planétaire sous l’omerta sioniste.

    Je rappellerai que le premier média à faire l’amalgame entre le terroriste de Oslo et AlQuaida est:

    Wall Street Journal, ‘Terror in Oslo’, Éditorial du samedi 23 juillet, journal acheté par le groupe News Corporation de Rupert Murdoch pour 5 milliards de dollars début août 2007. (viendra ensuite le choc financier 2008)

    (critique à lire)

    Murdoch est à la tête du plus grand réseau de propagande internationale du Système.

    Et Stephen Harper, ‘Premier-Commis’ nommé au Canada par le Système, exécute l’agenda sioniste.

    (pendant que je peux encore le dire publiquement)

    DG

    Répondre
    • avatar
      7 août 2011 à 8 08 31 08318
      Permalink

      Stephen Harper soutient le terrorisme! Ça aussi, on peut encore le dire!

      Stephen Harper soutient le terrorisme d’État d’Israël, un État voyou et terroriste qui pratique la torture et qui détient des armes de destruction massive, dont des armes nucléaires qui n,ont jamais été déclarées à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique.

      Stephen Harper soutient donc également, la torture de prisonniers (dont celle des enfants soldats) et les assassinats extra-territoriaux, ainsi que la possession des Armes Nucléaires tactiques et stratégiques, chez certains de ses «alliés» seulement (puisqu’il condamne ce même armement, lorsqu’il se trouve entre les mains de ses ennemis idéologiques!)!

      Stephen Harper est un criminel, puisqu’on peut identifier son soutien inconditionnel à une organisation terroriste, qui pratique de toute évidence, le terrorisme d’État.

      Stephen Harper soutient également les Coups d’État et participe à l’un d’eux, avec son terroriste en chef, Charles Bouchard, qui commande les troupes impérialistes de l’OTAN. Honte à ce gros porc, d’ailleurs, qui vit à Chicoutimi si je ne m’abuse. Il peut bien se faire tuer là-bas d’ailleurs, où il tente de mettre en place la dictature des «frères musulmans», en Libye, avec le soutient de son patron Harper. Ce ne serait pas une grosse perte, sauf par son poids!

      J’emmerde leurs lois débiles, qui ne sont que contradictions. On se croirait en pleine inquisition!

      Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 13 01 29 07297
    Permalink

    Voici un supplément d’information. Cette situation d’attaque de la liberté d’expression sur le net a lieu un eu partout, y compris en Angleterre, en France et aux États-Unis. Sous diverses formes, mais ayant le même but finalement.

    Vous trouverez ici des vidéos en anglais, mais j’ai traduit les descriptions pour vous donner une idée si vous ne comprenez pas l’anglais.
    *****

    Postez une vidéo, allez en prison
    http://www.brasschecktv.com/page/1132.html

    Si plus de 10 personnes visionnent une vidéo que vous avez posté sur votre site internet à partir de YouTube dans une période de 180 jours et que la vidéo se trouve à enfreindre des droits d’auteur, 3 sénateurs américains souhaiteraient vous mettre en prison our 5 ans.

    Ce n’est pas une blague.

    Ils veulent faire d’une offense civile mineure une sérieuse offense criminelle.
    Ils veulent tuer le monde des vidéos partagées et postées sur le net.
    Sinon, c’est une super loi.

    Pouvez-vous vous imaginer la chaine d’idioties qui a dû avoir lieu pour que cette loi finisse par être présentée au Sénat US ?
    Quelqu’un a dû y penser. Quelqu’un a dû l’écrire. Au moins trois sénateurs idiots et leurs employés ont dû penser que cela en valait les efforts et le temps.

    L’industrie financière a commis une fraude de plusieurs trillions de dollars. La TSA est complètement hors de contrôle et devient pire à chaque jour.
    Les corporations ont complètement corrompu les processus législatifs et légaux…
    … Et puis ces idiots veulent vous donner du fil à retordre pour poster des vidéos YouTube.

    Des sénateurs indifférents à propos des massives conséquences de criminaliser le partage des vidéos YouTube

    Ce n’est pas vraiment une surprise, mais le même Comité sénatorial judiciaire qui a unanimement approuvé le PROTECT IP Act, malgré les inquiétudes des experts de l’internet et des majeurs médias concernant la manière que cela minerait l’Internet, a maintenant approuvé unanimement le projet de loi anti-streaming qui fait une félonie de visionner certaines vidéos sur le net — mettant potentiellement des gens en prison pour avoir posté des vidéos trouvé sur YouTube videos…

    La censure Internet 101

    http://www.brasschecktv.com/videos/censorship/online-censorship-101.html

    Si vous vivez en Angleterre, vous n’êtes pas censé voir une partie de cette vidéo.

    Contient-elle de la pornographie, de la violence ou diffamation?

    Pas du tout.

    Elle contient un document de quelque chose qui s’est produit sur la place publique.

    Le gouvernement britannique – merci à son espace noir où se trouve normalement un coeur – a demandé à son bon ami, les gars « ne fait pas le mal » à Google, de ne pas vous laisser voir cette vidéo (si votre accès internet est en Angleterre).

    Quel est le problème ?

    Est-ce que le gouvernement britannique a peur que cela puisse des des idées à ses citoyens?

    Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 15 03 40 07407
    Permalink

    Et encore la guerre contre Internet et la liberté d’expression:

    US, France, UK Declare War on Freedom of the Web

    Of course, they wrap it up in a whole string of ‘think of the children’-arguments, focussing on things like child pornography, IP infringement, and more of these things. They are planning on setting up virtual borders around countries that are not willing to cooperate in the massive censorship plans of the US, France, and the UK. ISPs are supposed to become the virtual border patrol, blocking all traffic from and to countries not part of this coalition of the willing.
    The real issue, of course, is that the web poses a major threat to the establishment. The web is a breeding ground for new and sometimes radical ideas, it’s a place where people with different, dissenting – but not illegal – ideas can get together and organise themselves.

    Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 18 06 42 07427
    Permalink

    Honteux et …stalinien!
    J’ai même pas de mots. J’en ai quelques uns de « religieux » 😉
    Kalver!

    Répondre
    • avatar
      7 août 2011 à 8 08 52 08528
      Permalink

      Bien dit Gaëtan!

      Et pendant ce temps, ces gros hypocrites pourront nous balancer toute leur propagande à sen unique!

      Qu’ils aillent se faire foutre! Il faut contrer cette loi! La violer massivement!

      Stephen Harper = Staline! Bien dit! Hitler aussi, ne permettait pas la critique du «régime»­… Pinochet aussi, le Sha également, Suharto, Mubarak, Ben Ali, Franco, Mussolini, etc..

      Stephen Harper a peur de la vérité, c’est pour ça qu’il veut la taire.

      Répondre
      • avatar
        7 août 2011 à 8 08 58 08588
        Permalink

        Et la vérité, c’est que ce Stephen Harper soutient;

        -Le terrorisme d’État d’Israël.

        -La possession d’Armes de Destruction Massive (ADM)et leur usage, dont les armes nucléaires non déclarées à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).

        -La torture, dont celle des enfants-soldats.

        -Les Coups d’État (dont deux où le Canada participe en ce moment même, en Libye et en Syrie).

        -Les dictatures (Hamid Karzaï, Ben Ali du temps où il n’était pas encore chassé, Mubarak du temps où il régnait encore, lui aussi…, etc..).

        -Les violations des droits de l’homme lorsque ces violations ont lieu pour étendre le capitalisme, d’où nos accusation d’impérialisme…

        -Le sionisme, et toutes les contradictions qui se rattachent, bien entendu, à ces idéologies, dont le capitalisme.

        Stephen Harper veut appliquer ce dont il accusait les socialistes d’en être, soit le contrôle systématique de la propagande, qui rendra bien sûr, nos débats totalement dérisoires et puériles, d’autant plus qu’ils ne pourront que laisser place au monolithisme et au totalitarisme!

        Stephen Harper, totalitaire!

        Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 21 09 31 07317
    Permalink

    Il est clair que ce qui ne peut être dit sera chuchoté et que nul ne peut empêcher un INDIVIDU seul de faire un mal terrible à un autre individu ou à la société. Que fait-on quand l’ennemi et l’ami sont ensemble et qu’on ne sait plus qui est qui ?

    Dans un premier temps, cette possibilité a changé la nature le la guerre. Voyez le lien ci-dessous écrit il y a quelques années. La situation qu’il décrit atteint maintenant son plein développement en Libye, quand l’envahisseur n’ose même plus occuper le territoire et se contente de détruire.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/166-extra-la-guerre-est-finie/

    Dans un deuxième temps, cette même fragmentation de la société en INDIVIDUS prend place, quand le contrôle de l’État rend impossible la création de groupes et de partis pour une action commune. La problématique de la sécurité publique change alors radicalement.

    Que fait celui qui se croit le maître quand il ne peut plus reconnaitre les siens ? Le pouvoir de l’individu est terrifiant. Ce qui vient de se passer à Oslo en fait la preuve. Imaginez qu’au lieu d’un tueur fou vous ayez des milliers de citoyens désespérés et animés d’une rage sourde ?

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/06/26/quand-lindividu-se-fache-2/

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      27 juillet 2011 à 22 10 42 07427
      Permalink

      Bonjour PJCA,

      Il y a des capotés dans la société, c’est vrai. Plusieurs ont des dossiers criminels longs comme le bras, et sont remis en liberté.

      Mais le type d’Oslo est différent.

      Cette affaire est une tragédie pas ordinaire.

      Je me demande si ce type n’est pas un cas unique en soi, qui ne représente personne en particulier, sauf lui-même.

      L’histoire est très complexe, et le type aurait tout orchestré seul. C’est ça qui est étonnant.

      Qui aurait cru qu’un jeune homme seul, sans fortune ou revenu particulier, aurait pu faire une telle chose, planifiée pendant plusieurs années?

      Et son délire est tellement élaboré, comme dans un film, avec des costumes, un scénario, et tout le reste.

      Je ne croyais pas qu’un individu pouvait faire toutes ces choses à la fois. Je n’en reviens toujours pas.

      Peace!

      Répondre
      • avatar
        7 août 2011 à 9 09 02 08028
        Permalink

        @ Aime

        «Je me demande si ce type n’est pas un cas unique en soi, qui ne représente personne en particulier, sauf lui-même.»

        Non, il n’est pas unique, les autres n’ont tout simplement pas son «courage et sa lâcheté». Les conditionnements qu’Harper veut mettre en place élimineront peut-être cette gêne.

        Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 21 09 40 07407
    Permalink

    Souvenez vous aussi comment le CRTC voulait (et veut probablement toujours) que les frais d’Internet soient établis en fonctions des données téléchargées, ce qui ferait augmenter votre compte, typiquement, de 30 ou 40 $ par mois à 300 $ – 400 $ mois.

    Qui dirige le CRTC et que veut le CRTC?

    Regardez une audition du président du CRTC devant un comité des communes.

    http://www.youtube.com/watch?v=sdCbHfo8wKM&feature=related

    Maintenant, regarde le lien sur Wilkipedia. Ça vaut la peine.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Finck_von_Finckenstein

    (C)

    Répondre
  • avatar
    27 juillet 2011 à 23 11 22 07227
    Permalink

    Mais ceci peut aussi être la cause qui va tous nous rallier, peu importe nos divergences d’opinions, car on aime tous avoir accès à l’Internet et aucun d’entre nous ne veut être traqué comme une bête.

    Il y a tellement de sites violents, et de contenu violent à la télé et dans les jeux vidéos, que je me demande qu’est-ce qu’on vise si ce n’est pas de censurer l’échange d’idées et d’opinions.

    Même dans cette histoire à Oslo, le tireur prétend s’être entrainé sur un jeu vidéo.

    En tout cas, ce projet de loi ne sera pas présenté avant la nouvelle session en septembre et il doit être adopté dans les premiers 100 jours.

    (N)

    Répondre
    • avatar
      7 août 2011 à 9 09 05 08058
      Permalink

      @ Aime

      «Même dans cette histoire à Oslo, le tireur prétend s’être entrainé sur un jeu vidéo.»

      Je joue à des jeux violents et je joue au paintball, les deux n’ont rien à voir ensembles, croyez-moi! Les jeux-vidéos ne forment pas le cardio…

      Répondre
  • avatar
    28 juillet 2011 à 13 01 15 07157
    Permalink

    Merci pour tous vos commentaires.

    Je voulais dire ceci:

    J’adore ces juifs qui osent dire la vérité telle qu’elle est, je lève mon chapeau pour ce courage.

    – IT’S A TRICK, WE ALWAYS USE IT says former ISRAEL MINISTER

    Répondre
    • avatar
      7 août 2011 à 9 09 07 08078
      Permalink

      Moi aussi, surtout ceux qui critiquent les crimes d’État d’Israël! J’adore ces juifs! J’aime aussi les chrétiens qui en font de même dans leur pays respectif!

      J’adore d’ailleurs le conservateur, atteint d’un cancer généralisé!

      Répondre
  • avatar
    28 juillet 2011 à 18 06 46 07467
    Permalink

    Pour ma part, je tiens à le préciser, le problème source n’est pas Israël. Le problème vient du gouvernement du Canada qui s’est inféodé aux désirs et diktats de l’État juif. Israël est un état indépendant. Le Canada est devenu un état dépendant. À partir de cette prémisse, nous pouvons bâtir toutes les théories possibles. Excellent article, au demeurant.

    Répondre
    • avatar
      29 juillet 2011 à 1 01 50 07507
      Permalink

      Bien dit, nous sommes responsable de notre politique étrangère. C’est UN CHOIX. Il faut se tenir debout.

      Répondre
      • avatar
        29 juillet 2011 à 10 10 16 07167
        Permalink

        François

        Si le gouvernement du Canada, conservateurs de droite, peut s’abaisser à torpiller une tournée d’exposition de l’artiste Franke James, illustratrice qui transmet dans ses oeuvres des messages écologistes, dont certains qui critiquent directement les orientations du gouvernement, qu’en est-il du reste? Votre article le montre bien. Ce gouvernement, contrairement la tradition canadienne des cinquante dernières années, s’est inféodé à l’idéologie de droite sous tous ses aspects. Et en matière d’environnement, vous savez mieux que moi à quel point ce gouvernement est à la solde des grandes pétrolières multinationales. Vous l’avez maintes fois exposé ici même et sur d’autres tribunes, dont vos émissions sur CHOQ-FM.

        Pîerre R. Chantelois

        Répondre
        • avatar
          29 juillet 2011 à 14 02 25 07257
          Permalink

          Tout à fait, Pierre. On ne saurait mieux dire. C’est malheureusement évident que le gouvernement du Canada est largement influencé par différents lobbies, groupes d’influence et par tout le secteur privé et financier/bancaire. Finalement, cela revient à dire que le gouvernement qui est sensé représenter le peuple ne fait plus du tout. C’est un gouvernement qui représente les intérêts spéciaux seulement.

          Et comme on dit, le principe de taxation est conditionnel à la représentation de nos intérêts et volontés par le gouvernement qu’on met en place. Mais sans représentation, il n’y a pas de taxation légitime.

          À nous d’en tirer nos propres conclusion, individuellement et socialement.

          François M.

          Répondre
          • avatar
            7 août 2011 à 9 09 16 08168
            Permalink

            J’aimerais quand même signaler que plusieurs blogueurs sur CP appelaient aux dernières élections, à s’abstenir de voter. Voilà le travail! Les conservateurs, eux, ne se sont pas passé de voter! Les voilà majoritaires! Avec moins de 30% de véritable appui!

            Vous auriez du aller voter, pour ou contre, au moins, vous auriez de quoi chialer. Là, vous vous êtes retiré du processus électoral et vous vous plaignez du régime des élus, sachant à l’avance qu’ils allaient rafler la majorité.

            Pathétique. J’ai voté CONTRE ce gouvernement! J’ai voté pour mes intérêts de classe, du mieux que je pouvais. Je subis aujourd’hui, en partie, les conséquences de vos abstentions.

            Merci mille fois!

            (Une petite anecdote: Lorsque j’étais de l’exécutif du Parti communiste du Québec, nous avions un débat sur le devoir de voter ou non aux élections fédérales, où certains accusaient les uns et les autres de soutenir la démocratie bourgeoise… Or, un de ceux-là nous précisait que l’élection majoritaire des conservateurs allait peut-être réveiller les masses et dès lors, l’un d’entre nous l’interpella: «Il ne faut jamais sous-estimer la bêtise humaine» lui rétorqua-t-il….

            Et de toute évidence, quand on regarde l’abrutissement général subi aux États-Unis d’Amérique, où le conditionnement médiatique est tel que même un paumé pourrait en appeler de la constitution pour se prévaloir se «sa libârté d’être exploité», on se rend bien compte que cette bêtise humaine n’a aucune limite, comme le pensait d’ailleurs Albert Einstein.)

          • avatar
            7 août 2011 à 16 04 16 08168
            Permalink

            Salut Sylvain,

            Je n’ai pas voté, et si j’avais voté ça n’aurait rien changé. Je n’au aucune raison de participer à cette dictature des partis politiques.

            Tu semble croire que ça aurait fait une différence, mais tu oublie qu’ils sont allés en guerre contre la Lybie avec une résolution unanime, et que Harper a fait pas mal tout ce qu’il voulait, même s’il était minoritaire.

            Le fait est qu’ils travaillent tous ensemble, et que les dirigeants des partis politique contrôlent les députés.

            Pas sûr? Le soir même des élections, Ben Laden a été retué et Thomas Mulclair a dit qu’il doutait que l’histoire était vraie.

            Immédiatement, le NPD a désavoué ce qu’il a dit, a prétendu qu’il devait être fatigué etc.

            C’est une masquarade, les élections.

            Le problème est ceux qui y croient et qui y participent, lui conférant ainsi un caractère de pseudo légitimité, même si le grand gagnat reçoit à peine l’appui de 20 % de tous les citoyens.

            Le problème est le troupeau de moutons en état d’hypnose. (C)

          • avatar
            7 août 2011 à 17 05 21 08218
            Permalink

            «Tu semble croire que ça aurait fait une différence, mais tu oublie qu’ils sont allés en guerre contre la Lybie avec une résolution unanime, et que Harper a fait pas mal tout ce qu’il voulait, même s’il était minoritaire.»

            Je ne crois pas, ça aurait définitivement fait une différence du pourcentage que vous occupez, vous, et ceux que vous avez convaincu de ne pas voter…

            La Libye? Oui! Vous avez raison! Mais c’est également par la brillance de notre absence dans les partis concernés. La politique est le reflet de la société, qui ne s’en occupe pas…

            Avoir eu des partis très engagés et un militantisme relatif, le NPD, par exemple, aurait pu constituer une force de propagande via toutes les provinces du pays, en rappelant toutes les conséquences aux décisions arbitraires des conservateurs au pouvoir. Mais pour cela, il aurait d’abord fallu que des militants forment les rangs…, ce qui n’est pas le cas.

            L’électorat oublie souvent que cette politique, ces lobbies, etc.., ne sont que le reflet de son laxisme quant aux devoirs des politiciens, qu’il ne leur rappelle pas.

            «Le fait est qu’ils travaillent tous ensemble, et que les dirigeants des partis politique contrôlent les députés.»

            Et que du même coup, il n’y ait pas débat entre factions de l’opposition, dont celle des libertariens et des communistes.

            Mais soit. Certains d’entre ces deux factions estiment qu’ils font partie de l’opposition, s’opposant à la présence de l’État dans les rapports entre individu. Or, les socialistes, leurs opposants, estiment pour leur part que les libertariens qui veulent détruire les seules barrières qui limitent l’exploitation des uns par les autres sur cette Terre.

            Alors on perd un temps précieux à s’expliquer que, nous ne sommes pas d’accords.

            «Pas sûr? Le soir même des élections, Ben Laden a été retué et Thomas Mulclair a dit qu’il doutait que l’histoire était vraie.
            Immédiatement, le NPD a désavoué ce qu’il a dit, a prétendu qu’il devait être fatigué etc.»

            «Centralisme démocratique»…, vous connaissez? Non? Bon, je vous explique en quelques mots.

            Le centralisme démocratique est créé pour éviter les divisions dans le parti, afin que toutes et tous se plient au diktat de la majorité. Vous n’aimez pas? Eh bien alors, il ne vous reste qu’à créer des partis pour chaque groupe de trois ou quatre personne qui s’entendront entre elles…., et un système qui concèdera à cette anomalie.

            Ne le niez pas, votre propre famille n’est pas d’accord sur tous les sujets! Alors que faites-vous? Une division de la famille en divers groupes, ou favorisez-vous le débat, pour épurer les contradictions et les divers propos démagogiques pouvant s’y loger?

            Le centralisme démocratique fait parfois chier, il m’a fait chier. Mais il est je crois, nécessaire.

            Maintenant, est-ce que je condamne Thomas Mulcair pour ses propos? Aucunement! Il avait pleinement raison d’exprimer ses doutes quant à cette histoire à dormir de bout, je crois.

            Quant au NPD, il ne se prétend guère révolutionnaire et soyez certain que lorsqu’il le fera, je serai aux aguets, prêt à vous retranscrire mes perceptions.

            «Le problème est ceux qui y croient et qui y participent, lui conférant ainsi un caractère de pseudo légitimité, même si le grand gagnat reçoit à peine l’appui de 20 % de tous les citoyens.»

            Le grand perdant, lui, c’est celui qui fait fi de son pouvoir relatif, qu’il a, via ces élections. Chavez a ainsi gagné les siennes, ne l’oubliez pas. Allende aussi, et cela contraignait à l’époque, la maison blanche à commettre l’irréparable Coup d’État d’Augusto Pinochet, qui allait coûter une part de ses appuis internationaux et qui allait créer des débilités nostalgiques de cette époque, à savoir, Éric Duhaime, cofondateur du RLQ, avec Joanne Marcotte.

            «Le problème est le troupeau de moutons en état d’hypnose.»

            Mais qui est l’hypnotiseur? L’État? Non! L’État, «AU SERVICE DE LA BOURGEOISIE!»

  • avatar
    29 juillet 2011 à 9 09 12 07127
    Permalink

    François,

    Je voulais effacer ces commentaires, parce que le groupe est blacklisté.

    Répondre
      • avatar
        29 juillet 2011 à 13 01 22 07227
        Permalink

        Si on veut pas être sur une liste… Merci François.

        Répondre
  • avatar
    29 juillet 2011 à 16 04 50 07507
    Permalink

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201107/29/01-4421838-lapparence-de-censure-denoncee-par-les-liberaux.php

    La censure de l’artiste écologiste torontoise Franke James, dont le projet d’exposition itinérante en Europe aurait, selon elle, été torpillé par le ministère des Affaires étrangères, est jugée «déplorable» par le porte-parole libéral en matière d’Affaires étrangères, Dominic LeBlanc.

    «C’est déplorable, mais, malheureusement, ce n’est pas étonnant, a affirmé M. LeBlanc, dans une réponse par courriel aux questions de La Presse. Le gouvernement conservateur a encore une fois saisi la chance d’imposer ses valeurs partisanes à l’étranger. Le Parti conservateur ne comprend pas le poids culturel et socio-économique des artistes. Il tente de politiser l’art et, encore une fois, il démontre son manque de leadership en matière de relations internationales: au lieu de saisir la chance de faire rayonner le talent canadien, il nous a plutôt fait honte à l’étranger.»

    Hier, La Presse a rapporté que le réseau des ambassades du Canada à l’étranger avait refusé son aide à Mme James, et qu’un commanditaire privé du projet d’exposition avait même annulé son financement, apparemment après avoir subi des pressions.

    Messages écologistes

    Mme James est une illustratrice qui transmet dans ses oeuvres des messages écologistes, dont certains qui critiquent directement les orientations du gouvernement Harper.

    Celui-ci s’est défendu en affirmant que l’identité du commanditaire lui était inconnue, mais, selon les échanges de courriels que La Presse a obtenus, l’annulation de cette commandite privée est survenue cinq jours après que son nom a été appris par une personne au Ministère.

    De son côté, Steven Guilbeault, d’Équiterre, dit qu’«on se croirait vraiment dans une dictature». «C’est quand même incroyable qu’on mette au service d’une idéologie l’appareil diplomatique au grand complet pour réduire une personne au silence, dit-il. C’est le genre d’histoire qu’on entend en Chine. C’est la censure sur le style:»Ou bien vous pensez comme nous, ou bien on va tout faire pour vous discréditer, pour vous faire taire, pour vous priver de subvention.»»

    «Mais ce n’est pas la première fois que les conservateurs essaient de réduire au silence des gens qui ne pensent pas comme eux, dit-il. Moi-même, j’ai été aux premières loges de cela en 2009 à Copenhague, quand l’actuel directeur des communications de Steven Harper m’a accusé d’être à l’origine d’un canular. Il faisait ça pour me réduire au silence, pour me discréditer. Il a fini par dire qu’il faisait cela parce qu’il me reprochait de parler en mal du Canada alors qu’il fallait que j’en parle en bien.»

    Répondre
    • avatar
      29 juillet 2011 à 17 05 10 07107
      Permalink

      Sans vouloir défendre de quelque façon que ce soit le traiement réservé à Mme James, Steven Guilbeault, d’Équiterre, est plutôt mal placé pour parler d’ingérence politique, étant donné que son organisation bénéficie d’importantes subventions et et de l’appui des grands médias et de l’aristocratie québécoise, et qu’il utilise ce statut pour faire la promotion de la très douteuse théorie du réchauffement climatique.

      Ça sent l’agent de désinformation à plein nez! (N)

      Franchement.

      Répondre
        • avatar
          7 août 2011 à 9 09 24 08248
          Permalink

          Aime, on trouve d’autant plus de liens douteux quant à ceux qui critiquent les changements climatiques. Bon nombre d’entre eux avaient des liens avec les pétrolières… Alors je ne glisserais pas sur ce terrain si j’étais vous.

          Ce que moi, je reproche à Guilbeault, c’est de proposer spécifiquement des compagnies comme alternatives, qui laisserait croire à un conflit d’intérêt.

          Mais bon, c’est connu, quand on veut ridiculiser un groupe, un l’introduit d’un «ver». Par exemple, ceux qui ne croient pas à la version Bush des attentats du 11 septembre 2001 sont automatiquement associés à tout ce qui voit des complots partout… Or, je ne crois pas à la version Bush et je constate des changements climatique, que je n’associe pour l’instant pas à un réchauffement ou à un refroidissement. Mais changements il y a…

          Répondre
  • avatar
    29 juillet 2011 à 17 05 38 07387
    Permalink

    Qu’est ce qui est pire?

    Couper une subvention parce que le gouvernement n’est pas d’accord avec le message, comme c’est le cas pour Mme James ou donner plusieurs millions en subventions au fil des ans pour faire avancer une théorie qui a pour but d’accroître le contrôle sur la population, comme c’est le cas pour Équiterre.

    (I)

    Répondre
    • avatar
      29 juillet 2011 à 19 07 00 07007
      Permalink

      Ni l’un, ni l’autre…:-)
      Il y a une certaine hypocrisie dans les subventions d »Équiterre, mais pour Mme James, c’est flagrant de « contrôle ».

      Répondre
      • avatar
        29 juillet 2011 à 19 07 14 07147
        Permalink

        Salut Gaetan,

        Oui, je sais. Mais il faut s’attendre à ça quand on accepte une subvention. Quant à l’autre, le ‘contrôle’ est moins flagrant parce qu’ils sont sur la même longueur d’ondes, mais si Équiterre partait dans la ‘mauvaise’ direction, je suis pas mal certain que tu verrais apparaître le ‘contrôle’ flagrant dont tu parles. C’est implicite, à mon avis, dans la relation donateur – donataire.

        Répondre
        • avatar
          7 août 2011 à 9 09 27 08278
          Permalink

          Là où Équiterre me dérange, c’est sur les solutions à porter, qui sont également comme le système capitaliste, dogmatiques et sans vue de fond du système mal foutu.

          Mais Guilbault, rappelons-le, ne fait que prôner les éoliennes (certaines compagnies malheureusement…), ce n’est certainement pas dans le sens voulu par les conservateurs…

          Répondre
  • avatar
    6 août 2011 à 19 07 48 08488
    Permalink

    Harper embauche un ancien porte-parole de Bush, Ari Fleischer
    http://pascasher.blogspot.com/2009/04/harper-nomme-un-ancien-porte-parole-de.html
    Wikipedia:
    Ari Fleischer (1960-) est un homme politique américain. Il était le secrétaire de presse de la Maison Blanche de 2001 à 2003. Il était le porte-parole du président Bush le 11 septembre 2001 et dans les jours qui précédèrent Operation Iraqi Freedom. Il aurait été impliqué dans l’affaire Plame.
    Il fait partie du conseil d’administration de la Republican Jewish Coalition, coalition juive républicaine.

    Répondre
  • avatar
    6 août 2011 à 19 07 49 08498
    Permalink

    B’nai Brith Canada (Frank Dimant) donne un A+ au gouvernement Harper
    http://pascasher.blogspot.com/2010/02/bnai-brith-canada-frank-dimant-donne-un.html

    Le Canada se ravise et retire Israel et les É-U de sa liste de pays qui pratiquent la torture
    http://pascasher.blogspot.com/2008/01/ottawa-ajoute-israel-et-les-u-sa-liste.html

    Les liens Canada-Israel plus forts que jamais http://pascasher.blogspot.com/2010/06/les-liens-canada-israel-plus-forts-que.html

    Harper récompensé par le prix humanitaire du Congrès juif canadien
    http://pascasher.blogspot.com/2009/05/harper-recompense-par-le-prix.html

    Harper et la criminalisation de la critique « excessive » d’Israël
    http://pascasher.blogspot.com/2009/12/harper-et-la-criminalisation-de-la.html

    Répondre
  • avatar
    4 octobre 2011 à 1 01 26 102610
    Permalink

    Mise à jour :

    La Presse canadienne
    27 septembre 2011
    Code criminel: Ottawa limitera à deux jours la deuxième lecture de la loi omnibus
    http://m.ledevoir.com/politique/canada/332313/code-criminel-ottawa-limitera-a-deux-jours-la-deuxieme-lecture-de-la-loi-omnibus

    Ottawa — Comme prévu, le gouvernement fédéral accélère l’étude de sa loi omnibus qui resserre plusieurs articles du Code criminel: le débat en deuxième lecture ne durera que deux jours.

    L’opposition néodémocrate, qui s’attend à une pareille manœuvre à l’étape du comité parlementaire, dénonce cette GUILLOTINE.

    «C’est une démarche extrême dans un Parlement, au terme d’un long débat. Le Parlement vient à peine de commencer», s’offusque le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair. (…)

    Le gouvernement Harper est tombé au printemps dernier parce qu’il a été trouvé coupable d’outrage au Parlement pour avoir refusé, entre autres, de fournir à l’opposition le détail des coûts de ces projets de loi en matière de criminalité. (..,)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *