Chypre, ou la consécration du néolibéralisme

merkelUne «contribution à la stabilité financière» chypriote (pour reprendre les termes du président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem), sera donc exigée à l’ensemble des épargnants de ce pays qui s’acquitteront d’une taxe confiscatoire sur leurs dépôts bancaires de 9.9% au-delà de 100’000 euros et de 6.75% en-dessous de cette somme. Telle est en effet une des conditions posées par l’Union européenne dans le cadre du plan d’aide accordé à Chypre. Quitte à piétiner la garantie européenne en faveur de tous les dépôts bancaires inférieurs à 100’000 euros. Au risque d’induire une spirale infernale qui verrait les épargnants des autres pays en difficultés (Espagne, Grèce, Italie…) se précipiter pour vider leurs comptes bancaires afin de ne pas subir le même sort! Cette décision hantera assurément pendant longtemps les responsables politiques, mais surtout le peuple d’Europe, qui se retrouve ainsi sacrifié à l’autel de l’ultra libéralisme.

En effet, débordés par les victoires, ou par les scores en constante progression, des populistes lors de toute élection au sein de l’Union. Effrayés par la menace bien réelle de défaite à l’occasion des élections à venir dans leurs pays respectifs. Déstabilisés par les économistes et autres « experts » médiatiques qui commencent à émettre ça et là des doutes sur les politiques d’austérité. Les responsables européens se sont donc décidés à faire subir à Chypre une cure de rigueur d’un autre type consistant à ponctionner directement l’argent là où il se trouve. Surtout, en fait : là où cette confiscation peut s’exercer dans les délais les plus brefs, tout en posant le moins de problème à la haute finance. Quoi de plus simple en effet que de s’attaquer au déposant chypriote, au mépris de toute équité qui voudrait que le porteur d’action et que le titulaire d’obligation de ces banques soient également sollicités ! Comment expliquer la préoccupation de l’Union européenne de vouloir épargner ces investisseurs conscients d’un certain risque pris à prêter et à financer le système bancaire chypriote ? Et comment justifier l’accent mis sur l’épargnant qui se contentait de déposer ses avoirs sur son compte bancaire, et qui est désormais seul à devoir passer à la caisse ? Enfin, pourquoi protéger ces investisseurs qui auraient assumé leurs responsabilités en l’absence de ce sauvetage européen, c’est-à-dire si les banques avaient dû faire faillite ?

En réalité, les spéculateurs comme les « hedge funds » – qui ont misé lourdement ces derniers mois sur la dette souveraine chypriote – peuvent dire un grand merci à ce plan de sauvetage qui indique très clairement la voie, pour aujourd’hui et pour l’avenir. « Mesdames et Messieurs du grand capital : achetez nos bons du Trésor au lieu de placer vos liquidités dans le système bancaire ». Extraordinaire message et exhortation sans équivoque lancés par nos Etats européens sommés par les marchés d’assainir leurs comptes publics, et qui canalisent désormais l’épargne collective vers l’assainissement – totalement superflu – de leur dette souveraine. Au lieu d’encourager les banques à financer l’économie réelle par dépôts interposés ! Ou quand la répression financière – dont la mission originelle est de servir l’intérêt général – se retourne contre  le citoyen et contre l’entrepreneur. Après la « guerre des monnaies » qui consiste à dévaluer sa devise afin d’engranger des liquidités fraîches grâce au levier des exportations. Accueillez la « guerre contre l’économie » dont l’objectif unique est de renflouer les caisses de l’Etat afin de satisfaire le grand capital, et se plier ainsi au tout dernier caprice du néo-libéralisme.

On croyait – après les traités de Maastricht et de Lisbonne, avec les règles aberrantes et débilitantes des 3% et des 60% – que l’Union européenne était modelée selon les standards néo libéraux. On se rend compte aujourd’hui de sa soumission absolue à ce système de valeurs, car ce dernier camouflet adressé au peuple chypriote – et par delà à tout le peuple européen – sonne comme une répétition générale. Et comme un avertissement adressé par Madame Merkel (ayant exigé ce plan pour cause de campagne électorale) et par les marchés : «  nous n’hésiterons pas à vous mettre à la porte de l’Union si vous n’obtempérez pas ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *