Climat social : l’avertissement lucide de… Tocqueville

Nicolas Sarkozy en est persuadé lui-même, il est le phare de ce monde, le guide clairvoyant des peuples, le messie tant espéré qui va sortir notre société de ses ornières et l’amener vers des lendemains qui chantent… Un objectif que Nicolas Sarkozy, du haut de sa toute-puissance autoproclamée, a jusque là poursuivi d’une curieuse manière. En laissant filer les déficits au mépris de la rigueur gestionnaire. En accroissant la dette de manière irresponsable et dans des (…)


Politique

/
,
,
,
,

3 pensées sur “Climat social : l’avertissement lucide de… Tocqueville

  • avatar
    21 juin 2010 à 12 12 07 06076
    Permalink

    En résumé ce que vous nous dites est: Chez vous est comme chez nous.

    Elle ne sera pas drôle cette future révolution. Elle risque d’être assez répandue

    À moins que tous, la même journée, on dise à nos patrons que nous ne pouvons plus aller travailler à cause du coût de l’essence, que nous ne pouvons plus aller travailler parce que le coût des repas u midi sont trop coûteux et qu’il ne vaut pas la peine de travailler les premiers six mois de l’année pour subvenir aux besoins de ces assistés sociaux grassement rémunérés qui nous gouvernent. De sorte qu’il est dorénavant obligé de rencontrer ces obligations lui-même.

    Ce serait peut-être moins douloureux pour le peuple. Mais je doutes que cela se passe ainsi.

    Répondre
  • avatar
    21 juin 2010 à 14 02 03 06036
    Permalink

    On pourrait quand même organiser une « commission d’étude » où tous les citoyens se réuniraient au lieu d’aller travailler.

    La première année cela pourrait se faire une seule fois et si cela ne fonctionne pas, on pourrait l’organiser une semaine par mois. J’ai l’impression qu’on aurait des résultats assez rapidement.

    Répondre
  • avatar
    26 juin 2010 à 19 07 40 06406
    Permalink

    @ Fergus: je crois aussi que nous somme a à un cheveu d’une révolution, mais que ça ne vaut même plus la peine d’expliquer pourquoi: tout va trop vite.

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *