Comment réduire les déficits commerciaux US?

Les Etats-Unis seraient – sous certaines conditions – en mesure de réduire considérablement leur déficit commercial qui est aujourd’hui de l’ordre de 41 milliards de dollars par mois en moyenne. C’est tout d’abord leur extrême dépendance aux importations pétrolières qui conviendrait d’être ré examinée, leur déficit commercial étant en effet constitué pour moitié par la facture énergétique… La hausse progressive des tarifs pétroliers depuis 2006 n’a fait que tirer vers le bas la croissance américaine qui aurait pu bénéficier de l’apport constructif des énergies vertes en terme de nouveaux emplois et de renouvellement du tissu industriel. L’autre cause de cet immense déséquilibre commercial US provenant de son déficit vis-à-vis de la Chine qui s’est aggravé de 227 à 273 milliards de dollars de 2009 à 2010. Si les exportations américaines vers la Chine ont pu progresser de 22.4 milliards en 2010 (notamment dans les secteurs des voitures de tourisme et des machines industrielles), leurs importations ont triplé (+ 68.6 milliards) sur la même période! Les Etats-Unis importent ainsi de Chine force ordinateurs et accessoires d’ordinateurs, des biens de consommation courante à usage domestique et des équipements en matière de télécommunication… En fait, – faut-il y voir une corrélation? – depuis l’accession de la Chine à l’OMC en 2001, les Etats-Unis ont perdu 2’300’000 emplois: statistiques qui s’arrêtent volontairement à 2007, soit avant le déclenchement de la crise des subprimes (car ce chiffre serait nettement plus catastrophique à ce jour).

Une pensée sur “Comment réduire les déficits commerciaux US?

  • avatar
    7 mars 2011 à 10 10 55 03553
    Permalink

    On sait comment le faire et on se prépare à le faire. Il y a dejà plus de 60 ans que Leontieff – celui des tables d’input-output de la comptabilité nationale – a expliqué que la suprématie des USA ne reposait pas sur sa technologie de pointe, mais sur l’incomparable productivité de son secteur agraire.

    Cette situation est restée inchangée. La crise alimentaire globale qu’on prépare doucement, mais de main experte, va redonner sa position dominante aux USA, grands exportateurs de nourriture au monde entier et au prix dont ils décideront.

    A moins que ne se produise avant une révolution aux USA mêmes, car il n’est pas sûr que d’autres mains expertes ne soient pas au travai pour que celleàci arrive. Et on ne nous le dira pas…

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *