Contributions électorales. Un élégant mais inutile coup d’épée dans l’eau.

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201301/01/01-4607720-les-contributions-a-un-parti-politique-limitees-a-100.php?utm

Félicitations pour cette loi qui va certainement dans la bonne direction. Faire dépendre  de chacun le financement des campagnes électorales introduit  un évident biais qui fausse le processus démocratique. Ça ne se discute même pas.  Le biaiser a coups de 100 dollars ne règle pas la question de principe, mais semble moins choquant que de le faire à coups de 1 000 $ ou de 3 000 $ .

Donc, bravi et clap-claps dans l’auditoire. Dire que c’est à l’État d’assumer les coûts de fonctionnement de la démocratie est tout aussi évident. Cette loi ne fait donc que du bien. On ne peut rien lui reprocher … sauf d’être inutile.

Inutile, parce que le problème n’est pas qu’un candidat ou un parti ait plus d’argent qu’un autre, mais qu’il puisse en dépenser davantage pour passer son message. Or, le contrôle de la publicité dont jouit chaque parti ne se règlera pas en leur imposant des ruses de Sioux pour justifier la provenance de leurs fonds. C’est calfeutrer les fenêtres tout en laissant grand ouvertes les portes de la grange.

On se moque de nous. Car la publicité des annonces payées et des affiches qui tapissent les poteaux ne sert qu’à prouver qu’un candidat est sérieux en en mettant beaucoup; ce seuil atteint, cette pub ne sert plus a rien.  L’effet peut même en être carrément négatif.

Le vrai message qui porte, c’est celui des chroniqueurs et commentateurs professionnels qui inlassablement  façonne l’image de chaque candidat et de chaque parti.  Ces jugements présumés impartiaux sont gratuits – enfin on l’espère – et ne sont donc pas comptabilisés dans les dépenses électorales. Alors a quoi on joue ?

Liberté de la presse oblige, mais c’est d’une hypocrisie sans nom de compter les petits feuillets que distribuent les partis et que tout le monde fout a la poubelle… en laissant Pierre Foglia mousser LINE BEAUCHAMP sans retenue  sur 4 colonnes a la 5 de La Presse, le plus influent des quotidiens du Québec.

http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/059-4-larges-colonnes-a-la-5/

Quand on voudra que candidats et partis se fassent la lutte à armes égales, c’est au niveau des mots dans tous les journaux et des minutes de couverture dans tous les médias radio et télévisés qu’on interviendra.

http://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/linformation-electorale/

On le pourrait; mais je crois que la volonté de le faire n’existe pas.

Pierre JC Allard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *