Côte d’Ivoire – Courrier de Sarkozy: un fake

Ça se multiplie !

C’est le genre de hoax aussi ridicule que pathétique que le journal Notre Voix, proche de Laurent Gbagbo, a mis en Une dans son édition d’hier, sans vergogne. Du hold-up électoral, on se retrouve maintenant à la falsification des courriers qui n’émanent pas de l’Elysée. Ce faux grossier circule depuis hier sur Internet. Le soi-disant courrier de Nicolas Sarkozy est d’un ridicule abyssal. Avant ça, le clan Gbagbo a fait enregistrer à deux comédiens, une conversation téléphonique hallucinante où le manque d’émotion est criard. Ceci montre bien évidemment la fébrilité des falsificateurs, ces rois de la fraude qui ne savent plus à quels saints se vouer par manque d’argumentation. Explications.

Chaque correspondance élyséenne a comme en-tête ceci:

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008  Paris

Ce qui diffère étrangement de ce supposé courrier que certains ont vite fait de mettre en ligne. Pire, la signature de Nicolas Sarkozy est le fruit d’un copier-coller affligeant. Comment faire pour obtenir la signature de Nicolas Sarkozy sous un courrier ? Eh bien, rien de plus facile. Il vous suffit de taper sur Google : la « signature de Sarkozy » puis aller dans image. Et le tour est joué.

Quand on arrive à ce degré de forfaiture, une fuite en avant ridicule pour vendre la haine, il faut vraiment avoir peur. D’ailleurs, de savoir qu’un incident électoral se décline en supposé combat pour l’indépendance de l’Afrique, il faut oser. Puis, dans une correspondance officielle, le nom du destinataire ne peut figurer en dessous. C’est plutôt celui qui adresse un courrier à un président, par exemple, qui signe en dessous avec son adresse. C’est simplement pitoyable et ça passe comme une lettre à la poste chez les nigauds.

Pourquoi c’est un fake ? Au temps des anciennes machines à écrire dites mécaniques, on introduisait le papier et, l’écriture pouvait être penchée. Aujourd’hui, avec les ordinateurs, il est impossible que l’écriture soit penchée. Or, observez bien l’en-tête de ce fake: « Le » est tout en haut alors que le reste ne fait que descendre crescendo. Quant à la présentation qui laisse à désirer, avec une mise en page des plus pathétique, ça se passe de commentaire. Pas besoin d’avoir des lunettes ou même une loupe pour comprendre la manœuvre délictueuse.

Voici le démenti du porte-parole de la CEI:

Dans leur édition de ce mardi 22 février 2011, des journaux proches du candidat malheureux à la dernière présidentielle ont fait allusion à une prétendue lettre que le Président Sarkozy aurait adressée au Président de la CEI, M. Youssouf Bakayoko. Le président de la CEI s’étonne de cette information mensongère des partisans de M. Laurent Gbagbo qui n’existe que dans leur imagination. Le Président de la CEI n’a jamais été ni de près ni de loin en contact avec le Président de la République Française, M. Nicolas Sarkozy et n’a non plus jamais eu connaissance d’une telle correspondance.

En vérité ces mensonges proférés par l’ex clan présidentiel sont la preuve manifeste de la fébrilité qui gagne ses rangs au fur et à mesure que les ivoiriens se rendent compte qu’ils ont été abusés par ceux- ci. La présence sur le sol ivoirien du panel des chefs d’états n’est non plus pas innocent à cette énième tentative de falsification des documents auxquels l’ex clan présidentiel nous a malheureusement habitués depuis la publication des résultats par le Président de la CEI donnant le candidat Alassane Ouattara vainqueur de l’élection présidentiel avec 54,10% des suffrages exprimés.

La CEI invite les auteurs de ces grossiers montages à arrêter leurs basses manoeuvres et leur demande de respecter le choix du peuple souverain de Côte d’Ivoire, seul gage de sortie de crise.

Fait le 22 février 2011
Le Porte-Parole
Bamba Yacouba

Il faut vraiment être désespéré pour en arriver là. C’est de mal en pis. Alors qu’on se dirige vers une sortie de crise qui stipule un partage du pouvoir avec après des élections -injustice envers le gagnant Alassane Dramane Ouatarra s’il en est-, les pro-Gbagbo commencent déjà à dire que le panel des chefs d’Etat doit respecter…leur Cour gbagbotionnelle. Encore une échappatoire grossière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *