Côte d’Ivoire – Ils ont déjà oublié Laurent Gbagbo

Gbagbo et Mangou

Diantre !

En politique, les choses vont à la vitesse du son. Il n’y a que les intérêts qui comptent. Dans son roman En attendant le vote des bêtes sauvages, l’écrivain ivoirien à succès  Ahmadou Kourouma écrivait: « La politique est comme la chasse, on entre en politique comme on entre dans l’association des chasseurs. La grande brousse où opére le chasseur est vaste, inhumaine et impitoyable comme l’espace, le monde politique ». Ils ont déjà retourné leur veste, tous ces généraux qui, il y a à peine 3 jours, paradaient auprès de Laurent Gbagbo. Dans cette édition spéciale sur la chaîne TCI (Télévision Côte d’Ivoire), ces derniers ne citent même pas leur ancien chef, désormais incarcéré. Ils ont eu le pardon d’Alassane Dramane Ouatarra puisqu’ils lui ont fait allégeance.

Auparavant, le nouveau président de la République ivoirienne, Alassane Dramane Ouattara, avait accordé une audience à ces généraux. Ainsi,  Philippe Mangou, Tiapé Kassaraté, Bredou Mbia, Kouakou Nicolas et Dogbo Blé Brunot, respectivement, chef d’Etat major de l’armée, commandant la Gendarmerie, commandant de la Police, commandant du Centre de commandement intégré et commandant de la garde républicaine ont reconnu en Alassane Dramane Ouatarra, le chef suprême des armées, juste quelques heures après la chute de Laurent Gbabgo. En tout, 9 Généraux. Que dire de plus ?

Selon une source diplomatique, Laurent Gbagbo avait tout refusé. Hormis ce que tout le monde sait avec notamment la main tendue de Barack Obama pour un exil doré et un poste de professeur, il aurait aussi dit Niet, pour un certain nombre de garanties?: immunité juridique, recouvrement de ses avoirs, liberté de circulation et 2 millions d’euros par an. La source indique: « Il a eu l’occasion de partir la tête haute, il ne l’a pas saisie ».

Sur le plan politique, Alcide Djédjé, l’ex ministre des Affaires étrangères, encore réfugié à l’ambassade de France à Abidjan, est en contact avancé avec les pro-Ouatarra. Il aurait personnellement téléphoné à Guillaume Soro, le premier ministre, sur les conditions de son ralliement. On signale aussi Désiré Dallo, l’ex ministre des Finances. Une source pas vérifiée indique même que, le « Général de la rue », Charles Blé Goudé, négocie aussi son rapprochement, afin qu’il permette aux jeunes patriotes, par ses appels légendaires, à laisser tomber les armes. Mais, un couac persiste: il n’aurait aucun rôle au sein du nouveau gouvernement d’union nationale qui se peaufine au Golf hôtel. Une autre source indique qu’il serait en fuite.

Comme le disent les proverbes, « On n’est jamais trahi que par les siens » ou encore « Méfiez-vous de vos ennemis mais encore plus de vos amis ». La trahison des proches, dans ce cas ivoirien est terrible. « Seigneur, protège-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge », dit le dicton. Un ami ne vaut-il pas plus qu’un frère ? Considérant donc que Laurent Gbagbo a tenu grâce aux militaires, le régime Ouatarra tiendra-t-il aussi ? Mais, la paix est mon voeu le plus cher pour ce beau pays.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !


Une pensée sur “Côte d’Ivoire – Ils ont déjà oublié Laurent Gbagbo

  • avatar
    13 avril 2011 à 19 07 17 04174
    Permalink

    The King is dead. Long live the King !

    Le ralliement des forces loyalistes et la moins mauvaise des issues présentement disponibles. Quand chacun aura fait son analyse de l’équilibre des forces et de ses intérêts, considérant sa propre ethnie et les offres des commanditaires, chacun se placera sur l’échiquier et verra le plus court chemin entre son couteau et la gorge de son voisin. Entre Abidjan et Paris ou Washington, il n’y a que les manières de faire qui changent. La Libye est un cas plus intéressant, car il y a une petite touche d’
    imprévisible (H)

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *