Côte d’Ivoire – L. Gbagbo: le boucher d’Abobo

 

Alors que le gouvernement du président sortant Laurent Nazi Gbagbo a annoncé avoir versé les traitements de plus de 60.000 fonctionnaires ivoiriens – soit environ 62% des agents de l’Etat, hier, on se rend bien compte que c’est un autre mensonge après sa tuerie d’Abobo. Il croyait qu’il n’y aurait pas d’image.

Mais, la propagande fonctionne et certains avec des yeux de lynx parlent de manipulation et viennent même ici montrer leur manque criard de coeur et disent qu’il n’y a pas de mort. Ses zélateurs ont voulu nier jusqu’au bout mais, aujourd’hui, des images circulent et montrent bien les chars du régime sanguinaire abidjanais. A l’heure du high-tech tous azimuts, entre des portables capables de tout filmer, le constat est amer. Laurent Nazi Gbagbo va droit vers la CPI, simplement parce qu’il veut garder le pouvoir frauduleusement qui plus est.

Pire, le même régime a envoyé sa flicaille à Bouaké où, l’électricité a été coupée. Tout ceci, parce qu’il ne contrôle pas la vile, capitale de ceux qui aiment le président élu, Alassanr Dramane Ouatarra. Selon une source de l’Onu, l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a été informée de la coupure par les forces favorables à Laurent Nazi Gbagbo de l’électricité produite au barrage hydro-électrique de Kossou, non loin de la capitale administrative ivoirienne, Yamoussoukro, et destinée au Nord. Fait réel selon de nombreux témoins que nous contacter ce matin par téléphone pour faire la lumière sur ces évènements tristes.

Encore une méthode à la Kadhafi. Les malades dans les hôpitaux seront-ils assassinés bientôt ? Selon un autre témoin oculaire, « Tous les hôpitaux et tous les dispensaires sont en état de dysfonctionnement. Les femmes et les enfants sont en train de mourir« . Laurent Nazi Gbagbo, continuez, l’histoire vous jugera ! Même Robert Mugabé n’a pas atteint un tel degré d’horreur.

watch?v=Lp68oHRXJtM&feature=player_embedded

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *