Côte d’Ivoire – La der des ders pour Gbagbo ?

 

Depuis hier, de nouveaux affrontements à l’arme automatique et à l’arme lourde entre les forces pro-Gbagbo et un groupe armé non-identifié mais considéré comme pro-Ouatarra ont éclaté lundi après-midi dans le quartier Adjamé Paillet situé entre l’université d’Abobo-Adjamé et le cimetière de Williamsville, à Abdijan. Le chaos s’installe avec la poursuite des affrontements ce jour. Mais, ce qui change sur le terrain, c’est que les quartiers gbagbistes sont entrain d’être touchés par la violence aussi. Des tirs ont été entendus même, hier, près de la résidence du Chef d’état-major des Forces de défense et de sécurité (FDS, Forces pro-Gbagbo) le Général Philippe Mangou à Yopougon- Andokoua. Ambiance.

Un observateur sur place parle des désertions qui s’opèrent chaque jour davantage du côté des FDS (Forces de défense et de sécurité) restées fidèles à Laurent Gbagbo pour l’instant. A cet effet d’ailleurs, après la perte de certaines villes de l’Ouest ivoirien, certains FDS se sont réfugiés au Libéria voisin. Le président sortant, sentant le danger qui guette, a rencontré ce matin les principaux généraux qui lui ont fait allgéance après sa défaite à l’élection présidentielle face à son rival, Alassane Dramane Ouatarra.

Laurent Gbagbo vit désormais dans une solitude effroyable. Isolé comme il l’est, il serait préférable -c’est un avis qui n’engage que moi-, qu’il se retire. Ce sera plus sage, puisqu’il ne pourra honorer aucun salaire à la fin de ce mois. Peut-on être président d’Abidjan ? Quand on sait qu’il perd du terrain à l’ouest, et considérant que le sud et son important port de San Pedro étant en ligne de mire pour les Forces nouvelles (FN pro-Ouatarra) qui progressent, Abidjan qui n’a jamais été sous contrôle, l’élection présidentielle étant une preuve avec la percée du vote Ouatarra, mieux vaut quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent, non ?

Avec les morts qui s’accumulent, plus de 400 à ce jour, Laurent Gbagbo peut-il entendre raison pour sauver son peuple ? Va-t-il rester dans cette posture de fuite en avant, caractère aussi abscons et probablement suicidaire ? Aujourd’hui, à Abidjan, de justesse, les pro-Ouatarra ont failli prendre le contrôle d’un centre stratégique des forces de Laurent Gbagbo, n’eût été le renfort des gendarmes de la base voisine d’Agban, le plus important du pays. De l’aveu de certains policiers qui ont requis l’anonymat, les partisans d’Alassane Ouattara seraient venus bien près d’investir le camp militaire de Williamsville.

Ces affrontements sont les plus violents qu’on ait vus à Abdijan depuis le déclenchement de la crise politique qui embrase le pays depuis les élections présidentielles de novembre 2010. C’est le signe avant-coureur d’une perte totale du contrôle de la capitale économique, Abidjan, après que des marches pacifiques aient été réprimées dans le sang. A cet effet, la réunion des ministres des Affaires étrangères du G8 qui se tenait à Paris, en France, ce mardi, a vu ces derniers réitérer leur soutien à Alassane Ouattara et prévenu du même coup son adversaire, Laurent Gbagbo, qu’il s’expose à des sanctions internationales supplémentaires s’il refuse de quitter le pouvoir. Cette fois-ci, la force française LICORNE qui avait permis qu’il reste au pouvoir en s’opposant au FN sauvera encore Gbagbo ? C’est moins sûr.

Lorsqu’au premier tour de l’élection présidentielle Laurent Gbagbo arrive en tête en récoltant 38 % des suffrages, sans protestation alors qu’il n’a pas de réserve de voix pour le second face aux 32 % de Ouattara qui en a suite à des alliances, que dire de plus ? L’ivresse du pouvoir rend fou. La Côte d’Ivoire est dans une impasse qui la retarde de 10 ans, après qu’une décennie sous le régime du sortant ait aussi plongé le pays dans la mouise après le règne de Laurent Gbagbo. Est-ce la der des ders de Gabgbo ? Ce dernier soupir d’un perdant prêt à tout pour survivre ? Toujours est-il qu’il ne tiendra pas, malgré le soutien de l’Angola ou de l’Afrique du Sud. Comme le disait Henri Barbusse, « deux armées qui se battent c’est une grande armée qui se suicide ». Par la faute d’un homme: Laurent Gbagbo. La Côte d’Ivoire s’affaiblit de jour en jour. C’est dommage…
View Larger Map

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *