Côte d’Ivoire – le drame bancaire de Gbagbo

 

Les nouvelles qui nous parviennent de Côte d’Ivoire. A l`initiative de Monsieur Jean-Baptiste Compaoré, Gouverneur par intérim de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), une séance de travail a été tenue à Dakar, au Siège de la BCEAO, le lundi 28 février 2011. Mais, malgré la présence d’un ministre du Gouvernement illégitime de Côte d’Ivoire, il sera difficile que la continuité soit effective, après que les banques commerciales aient arrêté temporairement leurs activités.

Tel un bandit de grands chemins, après son braquage des banques, le président sortant ivoirien, Laurent Koudou Gbagbo, ne dort plus. Ses proches ne savent plus à quels saints se vouer. En « réquisitionnant » (hold up) les banques, Laurent Gbagbo avait oublié un détail: les codes des coffres-forts. Du coup, la plupart des fonctionnaires ne sont pas encore payés. Sur le plan du carburant, une pénurie se précise et l’Onuci est accusée de réquisitionner les essenceries (pompes à essence). C’est persque la fin du zèle. Le ministre de l’Intérieur du Gouvernement légitime, Ahmed Bagayoko, a notamment déclaré: « Tous ceux qui sont zélés aujourd’hui, vous les verrez défiler ici en Côte d’Ivoire, demander pardon aux Ivoiriens « . Il sait de quoi il parle.

A propos donc des codes des coffres-forts, les braqueurs de banques ont tout usé mais, rien n’y fait.  Les pasteurs évangelistes de Simone Gbagbo ont prié; les baramines ont été utilisées, les pinces-monseigneur usitées; les kalachnikovs utilisées, les mines employées… en vain. Comment donc faire pour ouvrir ces coffres ? Où trouver alors les 130 milliards de francs CFA mensuel pour essayer encore de payer les fonctionnaires pour le mois de mars, alors que février est plus que compromis en partie ? L’heure est grave. Le panafricaniste autoproclamé, celui qui veut l’indépendance….-mon oeil-, de l’Afrique, va-t-il négocier ? Ah, ne pas avoir les moyens de sa politique est terrible, non ?

On ne sait plus si c’est à pleurer ou à rire. Actuellement, selon nos informations, des personnes creusent jour et nuit pour accéder au coeur des coffres. Demain, les amis et zélateurs du pouvoir abidjanais, veulent marcher vers l’hôtel du Golf, pour s’en prendre au vrai pouvoir et se frotter à l’ONU. Tant mieux mais, attention. C’est un crime de guerre supplémentaire en perspective, alors que le panel des chefs d’Etat a encore un mois pour faire entendre raison à Gbabgo qui s’accroche, telle une sangsue, au pouvoir.

Alors que les villes prisent par les Forces nouvelles (FN) pro-Ouatarra ont vu la débandade des pro-Gbagbo, la rumeur du moment à Abidjan veut que l’armée est entrain de lâcher Laurent Gbagbo, petit à petit, lentement, mais sûrement.

99 jours pour le voleur, un seul pour le propriétaire !

Alerte info: la chanteuse Aïche Koné a failli être assassinée aujourd’hui à Abidjan. C’est mal. Elle est une pro-Gbagbo.

 







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *