Côte d’Ivoire: le règne de la voyoucratie.

C’est au-delà du cocasse. Plus ridicule que ça tu meurs ! Le pouvoir essentiellement abidjanais, puisque c’est de cela qu’il s’agit, est de plus en plus dans une posture simplement de voyou. C’est à rire ou à pleurer ? Je n’en sais rien. Après la fermeture par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) de ses agences en Côte d’Ivoire, le camp Gbagbo essaie de récupérer les réserves de trésorerie de l’État ivoirien. Malgré la manière cavalière, celles-ci vont indubitablement s’épuiser…Ambiance.

Le camp de Laurent Gbagbo, aux abois, tente de reprendre frauduleusement le contrôle des 260 milliards de F CFA (environ 400 millions d’euros), montant de l’ensemble de la trésorerie de l’État ivoirien (comptes séquestres des grandes entreprises d’État compris). Considérant qu’il faut 70 à 80 milliards de F CFA pour le paiement des fonctionnaires chaque mois, l’usurpateur use de tous les subterfuges et expédients possibles pour se maintenir au pouvoir…Hélas, quand on fait du zèle, il faut avoir avoir les moyens de sa politique.

Puisque que Laurent Gbagbo n’a plus accès à ces fonds, il procède donc par la manière forte pour s’en accaparer. Or, c’est le président élu, Alassane Dramane Ouatarra, qui a désormais la signature sur cet argent après une décision de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA). Vous avez bien lu, l’UEMOA, et non l’Occident. Par une voltige mensongère, l’ancien directeur de la banque et ami de Laurent Gbagbo, Philippe-Henry Dacoury-Tabley, avait permis à son camp de jouir de cet argent en décaissant le solde des fonctionnaires depuis décembre dernier. Game over ! Il a été démissionné.

Qu’à cela ne tienne, la voyoucratie a pris le pas sur la légalité en violant encore une fois tous les principes érigés par la BCEAO. Ainsi, elle a ordonné la  réquisition des agences de la BCEAO présentes sur le territoire ivoirien. Pire, le ministre des Finances , Désiré Dallo, est entré avec des hommes armés jusqu’aux dents dans l’agence abidjanaise de la banque. C’est « une violation flagrante des engagements internationaux pris par l’État de Côte d’Ivoire », a réagi le gouverneur par intérim de la banque centrale, Jean-Baptiste Compaoré, rappelant le principe de l’inviolabilité de ses locaux, prévu par les statuts. Il a en conséquence annoncé la fermeture de « toutes les agences de la BCEAO installées sur le territoire de la Côte d’Ivoire […] jusqu’à nouvel ordre ».

Pour conclure ce petit billet qui va encore voir certains ignorer volontairement les méfaits du clan Gbagbo sur la Côte d’Ivoire, ce dernier a pris le contrôle de la salle des coffres en commettant un vol caractéristique de huit milliards de F CFA en liquide, selon des témoins sur place, ceux qui ont ouvert les coffres sous la contrainte. Trop fort, non ? Il ne faut pas le déloger par la force. La plaisanterie électorale est entrain finalement de tourner au fiasco avec les sanctions économiques…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *