Côte d’Ivoire : républiques du Golf ou du Bunker ?

 

TRIBUNE LIBRE D’HELENE MONNIER

Abidjan – Je ne suis pas Ivoirienne mais, observatrice de tout ce qui se passe dans le monde et par conséquent, nonobstant l’attaque, c’est le cas de le dire, de la France contre les forces gbagbistes, il fallait arrêter la violence de part et d’autre. Ces dernières sont d’ailleurs plus fortes que celles de Ouatarra et regagnent du terrain, profitant de la trêve avec l’arrivée des Russes à Abidjan.

Suite à la crise post-électorale, toutes les informations relatives à la « résistance » supposée de Laurent Gbagbo sont vraies. Il tient  effectivement sa force, des militaires. Alors que l’UE s’est engagée à lever l’embargo sur les ports de San Pedro et d’Abidjan pour soulager les pauvres ivoiriens, voici que finalement, rien ne sera fait, tant que l’ancien président s’obstinera. Pour moi, je préfère que les deux hommes se retirent pour la paix. De ce sujet grave, faisons de l’humour, rions un peu.

Président de la République du Golf

Que les choses vont vite ! Souvenez-vous, les zélateurs de Laurent Gbagbo raillaient ceux d’Alassane Ouatarra en disant qu’il était président de la République du Golf. On avait entendu toutes sortes de quolibets et ragots. De la séquestration de ses partisans en passant par les intimidations, tout y passait. Mais, j’avoue préférer cette situation à celle actuelle de Laurent Gbagbo. A l’hôtel du Golf, Alassane Ouatarra avait ou a la possibilité de sortir, d’aller même à l’étranger, de se balader dans le jardin, de profiter de son jacuzzi, de voir la lumière du jour et même de se dorer paisiblement au soleil.

Président de la République du Bunker

Pince-sans-rire, les supporters du prince presque déchu (encore faut-il que ce soit vrai), attestent qu’il détient encore tous les pouvoirs. C’est moins sûr mais, il résiste. On a appris l’histoire de son coup de fil rocambolesque à LCI, pour pouvoir s’exprimer. C’est ce côté risible et détonnant qui fait presque sourire mais surtout pitié, non ? J’ai de la compassion pour lui. Terré tel un rat traqué, il s’est jeté tout seul dans la souricière, espérant que le Ciel viendra à son secours comme pour les Juifs et la mer rouge qui s’ouvrit pour les laisser passer et engloutit leurs poursuivants Égyptiens selon la Bible. Dans le bunker, pas de lumière du jour, pas de distraction, rien. On tourne en rond.

Conclusion trouvée sur Facebook – En Cote d’Ivoire, il y a 3 salopes qui assassinent le peuple ivoirien: Ouattara, Gbagbo et Sarkozy. Rien que pour le pouvoir et le fric !!!!! Qu’ils soient condamnés par la justice internationale et par les peuples du monde. Et toc !

Hélène Monnier/Paris1-Panthéon/Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *