Côte d’Ivoire – Sarkozy et Obama à Yamoussoukro

 

Ils sont à l’image de leur champion emprisonné, des fous à lier, des irresponsables, des professionnels de la propagandastaffel, des menteurs qui relèvent probablement d’une psychatrie lourde. Dans leur for intérieur, ils savent très bien que Laurent Koudou Gbagbo a perdu dans les urnes, d’où le recours frauduleux, la forfaiture ridicule du Conseil constitutionnel. Et que dire  de la prestation de serment à la hussarde du président déchu ? Ca se passe de commentaire tellement, ce fut laborieux et ridicule comme auto proclamation. Or, ce 21 mai, à Yamoussoukro, il y aura une vraie prestation de serment, celle du président élu, Alassane Dramane Ouattara avec pas moins de 61 délégations étrangères. Sarkozy a confirmé sa présence et Obama pas encore.

Mais, alors que le pays commence à se pacifier, les amis de l’usurpateur qui a failli entraîner son pays dans une guerre civile, comme lui, refusent de se plier. Un acte antidémocratique, un déni de la vérité abscons.  Le manque de discernement des pro-Gbagbo commence finalement à faire pleurer dans les chaumières. Ils ne veulent pas la paix et contribuent à mettre le feu aux poudres pour l’investiture d’Alassane Dramane Ouattara et instaurer, ainsi, le chaos. La vraie question est de savoir les « qui » financent ces débiles qui n’aiment pas la Côte d’Ivoire ? Leur seul but c’est de désinformer, d’exposer des morts, fait bien sûr par eux en les attribuant aux autres. La défaite les démange, les dérange, il la refuse. Ils sont au confins de la bêtise, de la folie.

Alors que le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a demandé avec sincérité une enquête par la CPI des crimes post-électoraux, les pro-Gbagbo redoublent d’entrain car ils savent que leurs crimes seront dévoilés. On parle d’une peur sur Yamoussoukro. Des hommes armés veulent ainsi semer la panique pour empêcher la prestation de serment du président élu. Espérons pour eux qu’ils n’oseront rien car, comme nous l’avions annoncé après l’attaque de l’hôtel du Golf par les défuntes Forces de défense et de sécurité (FDS) de Laurent Gbagbo, une intervention française devenait inéluctable. Avec tous les grands de ce monde qui risquent d’être sur place à Yamoussoukro, dont Ban Ki-moon le secrétaire général de l’ONU, nos amis, les rebelles pro-gbagbistes, signeront leur perte définitive au lieu de demeurer comme  opposants légitimes. Alors que le boulanger n’a plus de farine, quelle folie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *