Côte d’Ivoire – Vers l’inéluctable guerre civile

Triste, regrettable, malheureux.

On s’achemine, en Côte d’Ivoire, vers une guerre civile qui ne risquera jamais de finir. Tiens, au moment où le panel des chefs d’Etat tentait de mettre sur pied des mesures permettant d’arriver à un accord entre les deux parties, les milices de Laurent Gbagbo, sous des prétextes fallacieux, commençaient à tenter de raser Abobo, un quartier populaire d’Abidjan, la capitale économique, favorable à son rival Alassane Dramane Ouatarra, où les populations fuient par centaines. La zone dite PK 18 est vidée de ses habitants…

A l’ouest du pays, dans la localité dite Zouan-Hounien, puisqu’il ne veut pas partager le pouvoir, Laurent Gbagbo a ordonné des attaques contre les partisans de Ouatarra. La désinformation en revanche parle de « rebelles » qui veulent attaquer les positions des forces dites loyales. De l’esbroufe. Les combats y font rage. De nombreux morts dans les deux camps.

Une autre voltige mensongère, sorte de diversion est encore arrivée du même camp belliciste qui refuse le verdict des urnes. En effet, hier, on a appris que ceux qui n’aiment qu’eux-mêmes et non la Côte d’Ivoire veulent maintenant quitter la zone franc, pour mettre sur pied une monnaie ivoirienne. Monnaie de singe s’il en est, qui appauvrira ce pays, autre preuve manifeste de personnes qui ne pensent qu’à elles, au détriment de leur pays.

« Après moi le déluge ! » semble donc dire Laurent Gbagbo qui préfère le chaos à un règlement pacifique de la crise post-électorale. Tout, sauf le pouvoir. Il n’a jamais tenu ses promesses et, il est grand temps qu’il soit déloger. Néanmoins, il a un mérite, celui d’avoir fait croire à des milliers de gens qu’on veut l’évincer pour faire main basse sur les richesses de la Côte d’Ivoire qu’il brade pourtant aux Occidentaux. Voilà où la folie conduit. Laurent Gbagbo est une malédiction pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *