Coup d’état monarchique et bancaire au Canada

800px-royal_standard_of_canadasvg

Les 7 du Québec


Ce texte a été originalement publié sur Les 7 du Québec

Si je vous demande qui est le chef d’État du Canada, plusieurs répondront que c’est le Premier ministre du Canada. En réalité, c’est la reine Élisabeth II qui est notre chef d’État. Vous, vous êtes ses sujets. C’est à travers le gouverneur général du Canada que son pouvoir est représenté  et ce pouvoir est plus important que celui du Premier ministre lui-même. Présentement, c’est son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale et commandante en chef du Canada qui assume le pouvoir le plus élevé au pays et qui maintient un lien direct avec la monarque. On vous dira que ce n’est que cérémonial et figuratif. Mais si vous lisez les chartes du Commonwealth, vous constaterez que c’est les parlements des pays membres du Commonwealth qui sont cérémonials.

Gilles Duceppe et les autres ministres ainsi que ceux à la Chambre des communes du Québec, sans oublier les membres des forces armées, doivent porter allégeance et loyauté à la reine avant d’entrer en fonction.

Nous ne sommes pas réellement propriétaires de ce pays en tant que Canadiens. Environ 89% du territoire canadien (8,886,356 km²) constitue ce qu’on appelle les Terres de la Couronne du Canada, ce qui signifie que personne ne possède les terres (à part le 11% restant qui sont entre des mains privées). De ce fait, elles appartiennent à la reine du Canada. Dans les monarchies constitutionnelles, la sanction royale est un acte par lequel le monarque ou son représentant approuve une législation adoptée par le Parlement. Ensuite, nous avons la Gendarmerie royale du Canada. La face royale de la reine est partout sur notre argent. Toutes ces appellations et faits ne sont pas là pour des raisons sentimentales. Vous êtes la propriété, ainsi que tout ce pays, de Élisabeth II, par la grâce de Dieu, reine du Royaume-Uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth, défenseur de la foi.

Nous pouvons trouver la preuve de cela avec le «coup d’état monarchique» récent au Canada où le Parlement a été prorogé, c’est-à-dire fermé, ce qui met un terme à la session parlementaire et donc à tous les travaux en cours. Tout ceci pour permettre au gouvernement Harper d’éviter un vote de confiance qu’il aurait vraisemblablement perdu.

La conséquence d’une prorogation:

«Toutes les affaires non complétées sont abandonnées ou expirent au Feuilleton et tous les comités perdent leur mandat, permettant ainsi un nouveau départ à la session suivante.» – Source: La procédure et les usages de la Chambre des communes, des auteurs Robert Marleau et de Camille Montpetit.

Un autre exemple éloquent remonte au temps de Brian Mulroney alors qu’il faisait face à un Sénat dominé par les Libéraux qui refusaient de faire passer la loi sur la TPS et qui s’opposaient à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Mulroney utilisa une provision constitutionnelle peu connue pour augmenter temporairement le nombre sénateurs de huit ainsi donnant la majorité au Conservateurs dans la haute chambre. C’est Élisabeth II qui les nommera. Démocratie de façade. La reine du Canada a décidé qu’elle voulait garder Harper car il soutient et implémente  l’Union nord-américain et l’expansion de l’ALÉNA appelé à devenir la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA).

Lorsque cela compte réellement et que les gens qui se tiennent derrière la reine d’Angleterre et du Canada n’aiment pas ce qui se passe au Canada, ils peuvent suspendre le Parlement et apposer leur véto contre n’importe quelle loi par simple décret de son représentant, le gouverneur général. La reine représente beaucoup plus que la simple royauté. Elle est la représentante de la Cité de Londres – que l’on nomme aussi la City – et ses intérêts financiers. La Cité est principalement composée de plus de 500 banques comme le Crédit Suisse, Barclays Bank, Bank of America, Citigroup et HSBC, de la Bourse de Londres, de compagnies d’assurance tel que la Lloyd’s of London, de grandes entreprises et de journaux. Nous pouvons donc dire que la reine est en quelque sorte la porte-parole et représentante de cette oligarchie.

eiir-canadian_parliament

Ceci étant dit, ce système de gouverneurs  dans cette monarchie constitutionnelle canadienne et québécoise coûte excessivement cher aux contribuables canadiens. Selon les estimations du gouvernement fantoche, c’est plus de $30 millions que nous devons dépenser chaque année, soit environ le même montant que Harper voulait couper dans le financement des partis politiques dernièrement. Nous pouvons constater les priorités.

Donc, ce à quoi nous assistons est en quelque sorte un coup d’état monarchique et bancaire. N’oubliez pas que dans tout ce tourbillon politique, Harper a octroyé $75 milliards aux banques privées, dont une grande quantité de cet argent finira dans les mains de quelques banquiers à Londres. Un coup d’état silencieux et sans effusion de sang. Par contre, c’est notre économie et nos finances personnelles qui vont saigner. En effet, avec ce montant qui se rajoutera à la dette nationale et qui devra être remboursé avec les intérêts, nous pouvons nous attendre à subir un sérieux coup très bientôt.

Cela prendra forme de:

– Coupures importantes dans les services sociaux et autres dépenses publiques
– Mises à pied massive
– Effondrement des finances publiques autant au niveau fédéral que provincial, ce qui mènera à une accentuation et accélération de la privatisation de l’état laissant une plus grande emprise des créanciers sur l’appareil politique
– Un appauvrissement de la population dû à l’épargne qui est anéanti ainsi que les fonds de pension de l’état qui seront nettoyés, car le gouvernement va aller piger directement dans ces fonds de pension pour financer les opérations de sauvetage financier, argent qui sera ensuite utilisé pour faire des acquisitions dans le secteur financier et réel de l’économie.
– Tiers-mondialisation des pays développés.

Certaines banques canadiennes comme la Banque Royale du Canada (oui, Royale) sont en train de magasiner pour racheter des institutions financières en difficulté aux États-Unis. D’où viendra l’argent nécessaire? Des poches des contribuables, par l’octroi de ce $75 milliards aux banques à charte par le gouvernement fédéral.

Le seul moyen d’arrêter cette trahison serait de voir un front commun s’organiser à la grandeur du Canada et au moyen de grève générale. Nous avons maintenant la certitude que nous ne sommes pas représentés par ces politiciens ce qui se traduit par une perte de démocratie et de liberté grave. En de tel cas, nous ne sommes plus obligés de payer nos impôts, nos taxes ni de payer les factures encourues par ces gouvernements qui ne sont plus que les CEO d’une économie fasciste. Je dirais même plus, il est de notre DEVOIR de résister et de dissoudre ces gouvernements dangereux et criminels.

Vidéo: LES ENJEUX DE LA CRISE FINANCIÈRE: Une conférence de Michel Chossudovsky – 1:13:01


2 pensées sur “Coup d’état monarchique et bancaire au Canada

  • avatar
    16 décembre 2008 à 11 11 36 123612
    Permalink

    Les capitalistes canadiens sont indépendants, ils font leur décisions basé sur la bénéfice brut, c’est juste ça. La bourgeoisie canadienne est lié aux capitalistes du monde entier, pas seulement le Royaume Uni et sa règne.

    Oui, sur le papier, dans les lois, il est évident que le contrôle reste avec la monarchie, mais en fait le monarchie ne représente rien que les classe dirigeante, comme vous avez dit. Donc n’y a pas de question sur la démocratie ou la connexion royale, il est une question du pouvoir.

    Il est très intéressant que vous avez appelez nous à une grève générale. Chez-nous marxistes, nous disons que la grève générale pose la question de pouvoir.

    Répondre
  • avatar
    15 septembre 2013 à 13 01 06 09069
    Permalink

    J’aimerais que vous tentiez de percer la situation réelle des Premières-Nations au Québec.J’ai fait quelques recherches et je porte à croire qu’elles pourraient être la solution à nos problèmes.Bon,on peut aussi dire que si elles auraient suportées le oui au référendum nous serions séparés mais avouons qu’ont ne leur offrait guère que ce qu’ils ont actuellement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *