Denis Lessard, André Boisclair… et les autres

Commençons pas Denis. Je vois le nom de Denis Lessard dans les journaux depuis une éternité. Il a fait du bon boulot comme chroniqueur parlementaire à Ottawa. Il en fait encore à La Presse. Il a le talent rare de dire tranquillement des choses terribles.

Parce qu’il ne cherche pas à couvrir de sa voix ce que les choses ont à dire, on les entend et on s’en souvient.  Il n’insulte personne, il montre ce qu’ils font. Vient un jour où l’on se dit que le PLQ à Québec et Gerald Tremblay à Montréal, ça se tient. Puis vient un autre jour où tout le monde en gueule et des jours enfin sans Tremblay ni Charest. Denis Lessard est UTILE.  Il aura une comfortable pension : il la mérite.

Il y a d’autres pensions dont on est un peu jaloux.  André Boisclair est ce jeune homme sympa, bien de sa personne,  bon tribun, et avec tout plein d’amis qui a monté une OPA réussi sur le PQ au départ de Bernard Landry. Il nous a fait perdre –ou épargné, c’est un autre débat –  quelques années de régence Marois.   Il est passé en étoile filante, comme l’une de ces comètes qui annoncent des fins de mondes.   Boisclair annonçait la fin de l’Ére BQ-PQ, présentement en rémission, mais dont le pouls est bien irrégulier.

Boisclair mérite quelques pieds-de-page dans l’Histoire du Québec. Mais mérite-t-il vraiment d’être Délégué du Québec à New York ?   En « mode comète », aussi, car le decret de nomination précise que le gouvernement «peut remplacer en tout temps M. Boisclair” – ne doutez pas que ceux qui viendront après le PQ le feront vite ! –  avec la garantie d’être alors “réintégré parmi le personnel du Ministère au traitement qu’il avait comme Délégué général à New York». (170 000 $ par année, indexé).

Une gentillesse… D’autres en ont reçues; Boisclair n’est pas le seul enfant chéri du Bon Dieu. Voyez l’article de Lessard:

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201212/03/01-4600299-boisclair-gagnant-a-vie.php

Mais Boisclair merite-t-il d’être SIMULTANÉMENT nommé sous-ministre adjoint au ministère des Relations internationales du Québec, un poste permanent qui lui permettra de prendre sa pleine retraite, sans pénalités actuarielles, dès qu’il aura atteint l’âge de 55 ans ?

Ne soyons pas jaloux. Mais restera-t-il des pensions pour les autres. Comme vous et moi, par exemple ?

PIerre JC Allard

 

 

 

 

2 pensées sur “Denis Lessard, André Boisclair… et les autres

  • avatar
    4 décembre 2012 à 20 08 56 125612
    Permalink

    Il faut toujours un peu de temps avant que tout ce qui était prévu se mette en place. Peu importe qui donne le coup d’envoi, la course aura lieu. On avait prévu un pistolet de départ à canons multiples. Autrefois, on retrouvait cette métaphore dans: Le roi est mort vive le roi.

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/331641/industrie-du-gaz-de-schiste-andre-boisclair-nomme-conseiller-de-questerre

    On s’attaque peu, même pas du tout en fait…, aux fonds de retraite kevlar. Ils ont tous été élus démocratiquement, les anciens comme les nouveaux, ce qui légitime tout.

    Remercions-les tous de nous fournir encore un peu de suspense en nous permettant de voter. En plus d’être démocratique, le vote a un effet placebo incroyable, à ce qu’il paraît.

    Répondre
  • avatar
    5 décembre 2012 à 0 12 36 123612
    Permalink

    @ ELYAN

    Ca confirme que le monde politique, pas plus que la société, ne se divise entre une Gauche et une Droite, mais plutôt entre un « au-dessus » où se tiennent quelques milliers d’individus et un « en-dessous » où se tassent 99,9 % de la population. Le lien d’intérêts entre un élu et ses électeurs est toujours moins fort que celui entre deux élus… et le reste est simple a comprendre, y compris pourquoi la démocratie est une blague.

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *