des meubles qui cartonnent

Par ces temps de disette, l’imagination vient à l’aide des citoyens désargentés, et propose des meubles en carton, robustes, beaux, et recyclables.

Pourquoi s’en priver ?

Il y a carton et carton : l’un est plat, et l’autre ondulé.

On doit l’invention du premier à René Antoine Ferchault de Réaumur, qui en contre-collant plusieurs couches de papier a permis la réalisation de reliures, de cartes à jouer, par exemple.

L’autre carton contient une couche ondulée piégée entre deux feuilles de carton, ce qui en augmente considérablement la résistance.

C’est un américain, préparateur en pharmacie à qui l’on doit cette invention.

Il s’appelait Albert L. Jones.

La légende veut qu’ayant introduit une feuille de papier dans une plisseuse, cet appareil qui permet de plisser les jupes des dames, et demoiselles, il va de fil en aiguille réussir a insérer ce papier ondulé entre deux bandes lisses.

Il est loin de se douter de ce que va devenir son invention quelques années après.

Le brevet qu’il va déposer ne concernait en 1871 que l’emballage des bouteilles.

Pourtant en 1856, les anglais sont les premiers à déposer un brevet pour une machine portative destinée à fabriquer du carton ondulé et c’est en 1881 que la première machine à faire du carton ondulé, sera mise en service. lien

Ce carton est appelé « carton canneluré » et il se décline en simple, double, voire triple cannelure et est utilisé la plupart du temps par les entreprises afin de protéger le transport de leur production.

On comprend aisément que la multiplication des cannelures augmente la résistance du carton.

Ces emballages sont ensuite destinés à l’incinération, ce qui est un sort peu enviable.

D’où l’idée très écologique qui a germé dans l’esprit de quelques uns, dans les années 70 de fabriquer du mobilier avec du carton, afin de permettre une réutilisation intelligente, et imaginative de celui-ci, évitant ainsi de « consommer de la forêt ».

Ces créateurs atypiques se sont désignés sous le vocable « cartonnistes » et se passionnent pour la création non seulement de meubles, mais de nombreux objets, utilitaires, ou simplement artistiques.

Frank Gehry, l’architecte américano canadien, célèbre pour avoir été le concepteur du fameux musée Guggenheim, à New York en est l’un des pionniers.

Aujourd’hui ses meubles se vendent parfois au delà de 1000 €, telle la chaise illustrant l’article, qui vaut plus de 700 €. lien

Chez les « pros », à part Frank Gehry, toute une école de concepteurs s’est mise en place.

Olivier Leblois, architecte lui aussi, est l’un d’entre eux, et il est l’auteur d’un livre sur les meubles en carton qui présente les différents créateurs qui se passionnent sur le sujet. « carton- éditions parenthèse ».

Son livre passionnant et très complet évoque aussi toutes les techniques employées, en proposant des plans, des conseils….

Leblois est aussi naturellement créateur de mobiliers en carton très dépouillés, et très convaincants comme on peut s’en apercevoir sur ce lien.

Le carton permet toutes les audaces, et l’imagination est au pouvoir.

Dans le style sobre et très coloré, il faut présenter le fauteuil de Peter Raadke. lien

On peut découvrir les sièges superbes en carton alvéolé de Tokujin Yoshioka. (photo), les canapés et les divans en carton alvéolé du studio Molo.

Comment ne pas évoquer aussi le fauteuil noir, sobre et élégant de Julie Dubois, mais aussi ses mobiliers en carton où elle laisse apparaitre les marques, les logos, qui figurent sur les cartons. Concept qui n’aurait surement pas déplu à Andy Wharol. lien

Et que dire des luminaires somptueux de Jànos Terbe, ainsi que de ses deux fauteuils et sa table basse suprenants ?

L’un des plus connus parmi les cartonistes se nomme Eric Guiomar, et il propose, entre autres, une très jolie bibliothèque en forme d’escargot.

On ne peut ignorer Jean Louis Avril est ses trois chaises en carton laqué d’un esthétisme incontestable, ni le mobilier en carton ondulé de Claude Courtecuisse.

L’un des plus audacieux des cartonistes est peut-être David Grass, qui a pris le parti de ne rien cacher en montrant toute la structure de ces meubles. photo

Robert Buss, quant à lui, propose des meubles réalisés avec des rouleaux de carton, et le résultat mérite le détour. lien

Et on peut terminer la liste en donnant un coup de chapeau à Ginette Robitaille qui propose justement des chapeaux en carton.

Au delà de l’utilitaire, d’autres cartonnistes créent de véritables sculptures en carton telle cette très réaliste fiat 500, cette vespa, cette cafetière, réalisées  par Chris Gilmour.

Encore plus insolite, les masques pliés de junior Fritz Jacquet.

Il réalise ces masques à partir de rouleaux de carton, qu’il froisse, ou plie, pour nous proposer des visages pour le moins étonnants. lien

Et puis, grâce à Internet, on peut découvrir les petits secrets de fabrication, comme par exemple cette  vidéo qui va vous permettre de vous initier à la fabrication d’un fauteuil en carton.

Mais au-delà des designers plus ou moins réputés, il existe maintenant tout un réseau « amateur » de cartonnistes qui fabriquent pour leur compte des mobiliers avec les moyens du bord.

Ils récupèrent des cartons chez les commerçants lesquels sont bien heureux de s’en débarrasser, et ils choisissent de préférence des cartons de grande taille, de bonne qualité, sachant que ceux qui sont de couleur claire donnent généralement de meilleurs résultats.

Un des meilleurs plans pour en récupérer est de s’adresser aux garagistes, ou aux vendeurs de vélos, réputés pour avoir des stocks de cartons de grande taille.

Il paraitrait que les cartons qui emballent les motos japonaises sont particulièrement résistants.

Pour la création de leurs meubles, ou de leurs objets de décoration, il faut ensuite quelques outils, cutter, ou même scie sauteuse, pistolet à colle, papier kraft, papier de soie, ou du Népal, vernis, peinture etc.

Une erreur serait de croire que la réalisation de ces objets en carton ne couterait rien ou presque, car même si la matière première est en principe gratuite, puisque le carton est récupéré, s’il fallait compter les heures passées à la réalisation, le prix final de l’objet dépasserait les prévisions les plus optimistes.

Pour recouvrir le meuble fini on peut peaufiner le travail avec du papier kraft gommé, afin de cacher les trous, les repères de construction.

On peut ensuite recouvrir le meuble réalisé par différents styles de papiers mélangés à la colle, ou le garder brut, avant de le vitrifier lien

Mais il existe aussi la possibilité d’utiliser la technique du « papier mâché », ainsi que le propose Schmulb (lien)

Ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans le carton, tel Roland Torres, qui après avoir élevé des poules, et travaillé en ébénisterie, fabrique aujourd’hui des meubles en cartons impressionnants. lien

Sur ce blog, de multiples démonstrations de ce que l’on peut faire, allant de la simple chaise, à la réalisation de sculptures, en passant même par celle de sacs à main.

Sur cette vidéo, comment faire un fauteuil en carton..

Marie Hélène Zeidan en a fait tout un livre qui permet à l’amateur de se familiariser avec la fabrication. (Meubles en carton- éditeur l’inédite).

Les blogs des amateurs se multiplient, avec chacun sa personnalité, ses réalisations, comme celui de l’atelier Toutankarton, lequel à déjà à son actifs d’assez étonnantes réalisations.

Nombreux sont ceux qui proposent des stages, comme « kiki carton », ou « artetcarton »…et de nombreux autres, dans toutes les régions de France.

Devant le succès rencontré, des commerçants se lancent à leur tour dans la vente de meubles en carton prêts  à être montés, (lien), parfois en s’inspirant d’Ikéa, comme le designer portugais Pedro Gomes. Lien

On peut même trouver des kits, avec livret de formation, photos, plans, patrons taille réelle, rouleau de kraft gommé, etc. lien

D’autres proposent des meubles en carton à des fins de communication (salons, festivals etc) comme l’entreprise Ecoway.

D’autres professionnels proposent même des meubles en carton brut qu’il ne reste plus qu’à peindre. lien

La chaise en carton que l’on porte sous le bras, et que l’on déplie à la première occasion en quelques secondes, comme la chaise Flux, d’Andrew Liszewski est réellement pratique.

On peut en voir ici la vidéo de démonstration.

Le meuble en carton a même son festival, à Muntzenheim dans le Haut-Rhin, qui invite l’association Enkoikilé afin qu’elle animé des ateliers de création de meubles en carton.

Il aura lieu du 28 février au 5 mars 2011.

Plus de doutes à avoir, le carton est en train de faire un véritable carton, car comme dit souvent mon vieil ami africain :

« une main toute seule ne peut pas applaudir ».

L’image illustrant l’article provient de « consoblobe.com »

Merci à Mankoo, la cartonniste pour son aide précieuse.

6 pensées sur “des meubles qui cartonnent

  • avatar
    26 janvier 2011 à 3 03 21 01211
    Permalink

    Bonjour

    Toutes mes félicitations pour cet article complet, reprenant bien la démarche historique des précurseurs du mobilier en carton. L’article est bien illustré aussi pour mettre en lumière le travail d’artistes talentueux.

    Je relève toutefois une erreur d’attribution de meuble: L’escargot, à ma connaissance, n’est pas d’Eric Guiomar mais de Patricia Dessoulles, qui travaille le carton alvéolé (ce qui explique la finesse des parois de l’escargot), alors qu’Eric travaille le carton ondulé, ce qui donne des parois plus épaisses.
    Il me semblerait plus judicieux de trouver un autre modèle pour illustrer le travail d’Eric. Un des plus connus est le fauteuil Ming, qui illustre mieux son travail.
    A votre disposition pour tout complément d’information.
    Bien cordialement
    evelyne@studio-carton.fr

    Répondre
    • avatar
      26 janvier 2011 à 14 02 26 01261
      Permalink

      Bonjour Evelyne
      merci d’avoir rectifié cette erreur,
      il faudrait pouvoir le signaler à ceux qui ont proposé l’article, dont j’ai fait le lien.
      vous devriez en profiter pour nous donner un lien pour ce « fauteuil Ming » que les lecteurs seront surement ravis de découvrir.
      et merci de votre commentaire sympa!
      😀

      Répondre
    • avatar
      27 janvier 2011 à 13 01 11 01111
      Permalink

      copyleft
      merci pour votre fidélité, et bien sur pour les liens très pratiques, dont je suis sur que les lecteurs feront bon usage.
      🙂

      Répondre
  • avatar
    28 janvier 2011 à 2 02 27 01271
    Permalink

    Bonjour,
    bravo pour votre article trés bien fait, sauf cette faute c’est « David Graas » et non pas « David Grass ».
    Il faut aussi faire attention, car beaucoup de meubles sont trés beau, mais pour un particulier il faut savoir qu’il sont trés difficile à faire, car pour avoir des formes trés exigues il faut du carton ‘nid d’abeille » trés difficile à trouver, sauf pour un pro qui l’achéte! La méthode la plus employée en france est la méthoide bleuzen, car la méthode Schmulb est hors de prix et il est le seul à l’enseigner car à 31 000€ le droit de l’enseigner, aucun stagiaire ne se lance :-O
    Mais votre article montre bien ce que les pros et des artistes peuvent faire, avec de l’argent et des machines qui coupent le carton à leurs place.
    Heureusement, nous les petits(les particuliers), nous avons pas de sous,pas de grosse machine, mais des bras, des mains pour couper le carton, et beaucoup de cartons gratuit à récuperer un peu partout.
    Alors n’hesitez pas à vous lancer dans cette belle activités, car dans le carton tout est bon, mais attention dés que l’on commence on ne s’arrête plus 😛
    Bisous
    Simone
    http://simonecartonne.free.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *