Dollar: le faiseur de Rois

En venant au secours et en justifiant l’action de la Réserve Fédérale dans sa décision d’injecter 600 milliards de dollars supplémentaires dans l’économie US, Barack Obama a vraisemblablement perdu ses chances de se faire ré élire.

En effet, la politique du Président de la Fed, Ben Bernanke, présente de nombreuses similitudes avec celle de William Miller, patron de la Fed entre 1978 et 1979 sous la Présidence Carter. Obama semble donc sceller aujourd’hui son sort à celui de Bernanke à l’instar de Carter qui avait chèrement payé le prix de la stratégie catastrophique de Miller. Les opposants d’Obama, qui ne rateront aucune occasion de le discréditer, retourneront immanquablement contre lui le fiasco annoncé de la politique monétaire de la Fed actuelle à l’image de Ronald Reagan qui avait réussi à faire de Carter le Président d’un seul mandat.

Miller (comme Bernanke) ne prétendait-il effectivement pas que le fonctionnement de la planche à billets rétablirait la croissance et réduirait le chômage via la dévalorisation du dollar? La stagflation, nauséabonde mixture faite de croissance insignifiante et d’inflation, ne fut-elle pas plutôt au rendez-vous? Ayant ainsi été nommé en Mars 1978 dans un contexte où la croissance trimestrielle du P.I.B. était de 6.1% et alors que l’inflation annuelle était de 6.1%, Miller devait contribuer activement à ce que, moins de 18 mois plus tard, cette croissance tombe à 2.3% tandis que l’inflation s’envolait à 10% !

L’or, baromètre traditionnel de l’inflation, n’avait-il par ailleurs pas flambé de 75% durant la même période? Le remplacement de Miller par Paul Volcker en Août 79 n’y fit rien: les dommages ayant déjà été causés, l’excellence de ses mesures énergiques de lutte contre l’inflation ne furent couronnées de succès qu’après l’échec de Carter … qui devait toujours être identifié à cette crise économique sévère. Pour bonne qu’ait ainsi été la décision de Carter de nommer Volcker à la tête de la Fed, il fut néanmoins toujours associé aux excès Keynésiens de Miller…

De nos jours, Bernanke subira probablement le même fiasco que son lointain prédécesseur Miller car, à cet égard, l’envolée des cours de l’or est on ne peut plus révélatrice: de 800 dollars l’once en Novembre 2008 – date du démarrage des baisses de taux quantitatives -, les cours atteignent aujourd’hui le niveau approximatif de 1’400 dollars enregistrant donc une appréciation de l’ordre de 75% ! L’équipe aux manettes aujourd’hui vise en effet les mêmes objectifs que Miller, à savoir la création pharaonique de monnaie afin de noyer l’économie tout en affaiblissant le billet vert. Pourtant, la dure leçon de Carter devrait dissuader tous les pourfendeurs de dollars qui se plaisent à déclasser du même coup tous les actifs libellés en cette devise.

Les expériences malheureuses de Nixon et de Carter, la ré élection et la popularité de Reagan et de Clinton l’attestent: les Présidents ont échoué quand le dollar était faible et vice-versa. Obama devrait donc prendre conscience qu’en s’attaquant au dollar, il brise sa Présidence.

Une pensée sur “Dollar: le faiseur de Rois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *