Et alors, ce 3% ? Enfin l’indignation ?

 

Les commentateurs “spécialistes » qui nous “expliquent” les péripéties de la Commission Charbonneau connaissent-ils bien la nuance entre un interrogatoire et un contre-interrogatoire ?

Ils semblent traiter les informations obtenues de M. Surprenant, comme si elles étaient arrachées au témoins par l’avocat de la commission. En réalité, celui-ci a son plan de match auquel le témoin est bien consentant.  On interroge celui-ci pour bien mettre en lumière ses informations et il va les fournir selon l’ordre que l’avocat trouve opportun.

Il n’y a donc pas à s’étonner que l’interrogatoire d’aujourd’hui n’ait pas porté du tout sur le 3% qui était payé au « Comité de l’exécutif » selon M. Surprenant … ou au « Parti du maire », selon M. Zambito. Les Larocque et Martineau aiment beaucoup s’indigner comme des vierges offensées, mais sans raison.

Zambito et Surprenant savaient qu’un 3% était payé à « quelqu’un » des « hautes sphères » de la ville de Montréal. On avait dit à l’un : « le Parti du maire » et à l’autre « le Comité exécutif » ?  Soit, mais pour l’instant,  ce ne sont que des « on dit ».  Cela ne peut que laisser supposer une large « compartimentation » des pots-de-vin distribués par la mafia.

On sait que ce 3% était « récolté » par M. Miliotointermédiaire entre les entrepreneurs et la Mafia;  c’est la Mafia qui, ensuite, acheminait ce 3% à « qui de droit ». Il faudra attendre l’interrogatoire de cet intermédiaire ou celui d’un « bénéficiaire » pour connaître réellement l’identité de cet « À qui de droit ». Les « révélations » de Surprenant n’iront jamais plus « haut » que M. Marcil, le patron de son patron M. Themens.

Quant au qualificatif de « secret de Polichinelle » du système de collusion à la ville, c’est, on s’en est rendu compte, des mots que l’avocat de la commission a mis dans la bouche de M. Surprenant. Ce dernier n’a jamais pensé que « tout le monde » à la ville était au courant; il se limitait à penser que « tout le monde de son département » s’en doutait…mais lui n’en ayant jamais parlé avec d’autres que M. Leclerc.

Tout indique que l’on partageait largement. Quoi de plus noble que le partage, n’est-ce pas ?
 André Lefebvre

2 pensées sur “Et alors, ce 3% ? Enfin l’indignation ?

  • avatar
    24 octobre 2012 à 13 01 56 105610
    Permalink

    Le plus troublant pour l’instant est que tout ce déversement d’informations qui éclaboussent des gens pourtant influents, fait douter de la réelle influence de ces personnes puisque visiblement la machine continue de rouler. En fait personne en haut lieu ne semble paniquer, comme s’ils étaient tous hors d’atteinte. Troublant et révélateur.

    Il est permis de croire que tant que quelques têtes ne tomberont pas (ici on a le choix de l’interprétation), on aura fait qu’effleurer le problème.

    Répondre
  • avatar
    24 octobre 2012 à 13 01 58 105810
    Permalink

    Mais à bien y réfléchir, la « compartimentation » indique qu’en réalité, on ne partage pas du tout. La « lumière » viendra certainement bientôt.

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *