États-Unis : une nouvelle guerre avant la fin des présidentielles ?

La frénésie électorale états-unienne qui bat son plein en ce moment pourrait nous faire oublier que George W. Bush et sa bande sont encore sur le pied de guerre, et qu’il ne faudrait qu’une étincelle pour allumer le feu aux poudres. Comme on se souvient, ils sont passés à un cheveu de rentrer avec leurs grands chevaux en Iran et, malgré l’évidence, ils continuent de croire à la légitimité de leur position belliqueuse, encore maintenant.

Certains croient même que c’est l’écrasement du satellite KH-13 dans une région éloignée du Pérou, qui « aurait pu servir à guider les missiles nucléaires vers les buts iraniens », qui expliquerait ce sursis. Alors, serait-ce trop alarmiste, comme l’indique l’article, « Est-ce qu’une attaque nucléaire des États-Unis contre l’Iran a été déjouée par la destruction d’un satellite ? », paru sur voltairenet.org, de penser que les « seigneurs de guerre américains sont décidés à mener le monde entier dans une guerre totale pour agrandir leur hégémonie » ?

Et cette nerveuse position ne se résume pas qu’à l’Iran. Selon l’agence russe d’information internationale Novosti, le 15 décembre dernier, une dépêche annonçait que les États-Unis n’excluaient pas « la possibilité d’un affrontement global et direct avec la Russie ». Bien sûr, ce n’est pas une nouvelle qui a alimenté une folie médiatique, mais elle reste quand même représentative. On peut alors se demander pourquoi du côté de Bush toutes les raisons sont bonnes pour déclarer la guerre où cela est possible, encore et encore.

Il y a peut-être un semblant d’explication, si on revient dans le passé : en 1967 est paru le Rapport sur l’utilité des guerres qui examinait « froidement et sans position morale les effets qu’aurait la possibilité d’une « paix permanente » et les implications qu’entraînerait une reconversion économique de l’industrie militaire ». « Les membres du groupe, au nombre de quinze, [qui] provenaient d’horizons les plus divers afin de favoriser la réflexion la plus large et de mettre l’accent sur l’interdisciplinarité », sont arrivés à la conclusion que le système capitaliste, du moins états-unien, a besoin sine qua non de la guerre pour bien fonctionner.

Est-ce que ce rapport serait, encore aujourd’hui, une sorte de bible qui influence la politique étrangère états-unienne ?

Car il y a beaucoup de questionnements qui ressortent de toutes ces circonstances, surtout quand on sait que l’économie de cette superpuissance est en eaux troubles depuis quelque temps, malgré l’Afghanistan et l’Irak, et que le résultat de sa croissance des dernières années est seulement allé dans les poches des plus riches

Il ne manque alors qu’un événement décisif, fortuit ou pas, pour que l’arsenal idéologique de la maison blanche, encore en fonction jusqu’à la fin des élections, il faut le rappeler, nous enfonce encore plus dans l’horreur.

L’avenir nous le dira, en espérant que ce texte ne s’avérera pas prophétique.

3 pensées sur “États-Unis : une nouvelle guerre avant la fin des présidentielles ?

  • avatar
    7 janvier 2008 à 21 09 58 01581
    Permalink

    Toutes les sources et liens disponibles ici

    Ce fut aussi l’objet d’une de mes émission de radio, L’Autre Monde

    Maintenant que le rapport des 16 agences américaines du renseignement a été rendu public il y a deux semaines, le NIE (National Intelligence Estimate) à propos des activités des iranniens dans le dossier nucléaire, il a été révélé qu’on savait à la Maison Blanche et à Tel Aviv depuis au moins un an que l’Iran avait complètement arrêté son programme nucléaire en vue de produire une bombe nucléaire (La Russie et l’Iran vont plus loin en affirmant qu’il n’y a jamais eu de volonté ni programme nucléaire militaire même avant 2003). Ce que ceci signifie c’est qu’on nous a menacé depuis un an avec un prospect d’holocauste nucléaire, de 3e guerre mondiale et de catastrophe totale tout en démonisant encore plus les arabes et islamiques dans le processus… et c’était un autre mensonge. Tout comme celui utilisé pour nous vendre la guerre contre l’Iraq, avec la menace de bombe nucléaire et d’armes de destruction massive.

    On manipule politiquement les renseignements des agences secrètes pour justifier les agendas guerriers qui profitent au complexe militaro-industriel, les banquiers et les compagnies de pétrole et quelques politiciens verreux qui n’hésitent pas à massacrer plus de 1 000 000 d’iraquiens depuis mars 2003 tout en polluant le pays de radioactivité (contaminé pour 4.5 milliards d’années) causé par les armes à uranium appauvri. Et on veut remettre ça avec l’Iran. Mais le rapport du NIE vient de saper toute la base et la campagne de terrorisation de la population par les gouvernements et les médias de masse qui s’en sont donné tout l’honneur d’en faire la propagande pour faire augmenter ses cotes d’écoutes avec des nouvelles sensationnelles.. mais fausses.

    Tout ça en sachant que c’était des mensonges. Ça fait au moins 4 ans qu’on sait que l’Iran ne cherche pas à produire une bombe nucléaire, alors que les papiers de Nixon montrent qu’on sait qu’Israël possède clandestinement des armes nucléaires depuis au moins les années soixantes. L’Iran est totalement en conformité avec toutes les exigences internationales et a signé l’accord de non prolifération nucléaire alors qu’Israël n’est pas signataire et n’est pas conforme avec les exigences internationales.

    Et qui est le principal avocat pour la guerre contre l’Iran, qui a annoncé publiquement qu’ils ont déjà des plans de préparés pour attaquer, avec des bombes nucléaires s’il le faut, créant un vacarme de par le monde que l’Iran est une menace globale ? Israël. Qui pousse les États-Unis à attaquer l’Iran en son nom et qui a fourni des données faussées au sujet de l’Iraq ? Israël. Si Israël veut tant attaquer l’Iran, pourquoi ne pas le faire eux-mêmes ? Qu’ils le fassent eux-mêmes, s’ils se sentent si menacé que ça. Mais ils feraient mieux de prendre note que la Russie a annoncé publiquement qu’une attaque contre l’Iran serait considérée comme une attaque sur la Rusie même. Oui, vous avez bien lu. Et les premières livraisons russes d’uranium enrichi pour activer la première centrale nucléaire pour produire de l’électricité sont arrivées en Iran cette semaine. Donc une attaque sur les installations de l’Iran serait vraiment désastreuse maintenant, en terme de pollution radioactive et dévastation sur la population civile du Moyen-Orient.

    Alors voilà, à vous de jouer maintenant. N’embarquez plus dans ces campagnes de peur. Soyez informés !

    Répondre
  • avatar
    7 janvier 2008 à 23 11 09 01091
    Permalink

    Merci pour ce commentaire très instructif.

    Si ça ne dérange pas, je vais copier-coller ce commentaire (bien sûr avec les sources) à la suite de ce même texte, publié sur mon blogue et sur le blogue Un homme en colère.

    Répondre
  • avatar
    7 janvier 2008 à 23 11 43 01431
    Permalink

    Mais bien sûr cher ami ! J’ai aussi visité vos deux blogues et je les trouve intéressants. Je devrais publier un texte bientôt sur le cas de l’Iran. À suivre…

    F. Marginean

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *