Exilé surplace (12/20)

Je suis juste un homme de plus au milieu d’un nulle part de luxe à la recherche d’un but inavoué ou d’un second souffle d’occasion. Personne ne circule, ne court après le lapin blanc, alors je garde mon pouce vers le sol comme pour mieux montrer ce que je ne peux écrire. Faute de tout. Ce moment, cet endroit, cet ici, j’en ai rêvé toute ma vie, la quiétude, le calme, un no man’s land sans guerre intime —interne, universelle, inextricable— mais avec toi… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *