Exilé surplace (14/20)

Soit, mais arrivé à destination, ici, là sans invitation, je ne me souviens plus de la traversée et de la raison de mon départ sans toi. Planté là comme un con, lesté de mes démons amicaux mais proche de la démence étrangère, je n’ai jamais autant tutoyé cet équilibre qui me faisait tant défaut. Celui qui me pousse à avancer sans me retourner, à prier le futur, à garder malgré-moi un peu d’espoir dans ma cage thoracique. Si je tombe sans jamais y arriver, je n’emporterai personne avec moi, ici. Et voilà, l’évidence me gifle plus fort que l’impact de ma boîte crânienne sur le sol lorsqu’enfant, j’ai rencontré l’autre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *