Exilé surplace (15/20)

Par le plus grand des hasards, j’effleure la définition de la folie, trouver des voix en soi lorsqu’il n’en reste plus autour. Je dois être prêt pour ma première tentative de suicide collectif. Parce que j’ai la mémoire dans le cœur et un peuple dans ma tête. Ici, là, il n’y a plus de fautifs, de causes perdues d’avance, de lieux et de liens à prendre ou à rendre. Plus rien. Et je ne suis pas béat, simplement à la dérive, en pleine déroute au milieu de nulle part. Sans récifs où m’abimer ou rochers sous lesquels m’abriter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *