Exilé surplace (20/20)

En gestation entre là et nulle part, dans ce chez moi sans personne, je ne t’ai pas quitté. J’y prends mes quartiers tandis je change de piles, de peau, de pouls, de poids, de choix. Ici, dans mon livre imaginaire, ma mort momentanée, mon sort réservé. Je trompe mon monde en lui refusant la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *