Exilé surplace (5/20)

Alors que les Hommes ont de la terre ici et là pour s’inventer une mère universelle, mes semelles, orphelines,  sont vierges de tout périple à la recherche du temps perdu. Seul au monde, touriste en puissance et colon en devenir, j’oscille entre Patrick McGoohan et Ricardo Montalbàn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *