Exponentielles chinoises, économie et psyché

GILLES BONAFI

Pour mesurer la masse monétaire et donc l’inflation, on utilise des agrégats. des indicateurs qui sont classés par degré de liquidité. La meilleure définition de la liquidité n’est pas dans les ouvrages d’économie mais dans ma boîte mail, envoyée par un ami, la voici :

« Les systèmes de répartition (ou de rationnement) s’appliquent aux rapports établis avec des biens matériels, qui sont liquides, c’est à dire que pour les avoir, il faut les soustraire à autrui. Toute l’économie est une mécanique de répartition des biens liquides. Cette mécanique est stérile, inefficace, absurde et injuste, »

M0 est donc la base monétaire, c’est à dire l’ensemble des pièces et billets en circulation ainsi que les réserves et facilité de dépôts de la banque centrale.
M1 =  M0 + dépôts à vue.
M2 =  M1 + dépôts à préavis < 3 mois + dépôts à terme < 2 ans.
M3 = M2 +  OPCVM monétaires, créances ≤ 2 ans, certificats de dépôt.
M3 a disparu aux USA en mars 2006 ( death of M3).

Source : St Louis Fed research

En ce qui concerne M3, les statistiques de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiquees, se passent de commentaires. En octobre 2012, l’indice M3 de la Chine avait augmenté de  345,5% par rapport à 2005.
Source : OCDE

Face à la crise, la banque centrale chinoise, à l’exemple de la FED ou la BCE, joue les pompiers, c’est à dire quelle injecte des centaines de milliards de yuans dans l’économie.

Source : Also Sprach analyst

Lorsque l’on voit les niveaux des indices M1, M2 et M3 partout dans le monde (lorsqu’ils existent, ) et surtout leur progression, on se demande quand cela stoppera, car, bien sûr, rien ne peut aller vers l’infini et au-delà.

Cependant, les économistes oublient souvent que la masse monétaire n’est qu’une donnée de l’équation (MV = PQ). En effet, le facteur vitesse est la clé. On comprend mieux pourquoi on utilise l’informatique, les robots traders. On joue sur la vitesse, à l’image d’Alice au pays des merveilles, pour compenser la baisse de liquidité générale.

Souvenez-vous :

« Mais, Reine Rouge, c’est étrange, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ? » Et la reine répondit : « Nous courons pour rester à la même place. »

Cosmopolis, le roman phare de Don DeLillo (2003) reprenait cette idée. Face à la baisse des profits, l’homme (l’hybris) s’affronte à Chronos, tente de le fractionner en unités toujours plus petites, et, sans le savoir génère le chaos, la fameuse entropie du système.

Les débats sur la monnaie qui encombrent notre temps de cerveau disponible, n’ont que peu d’intérêts car, in fine, la monnaie n’est qu’une information. Pour pousser l’analyse plus loin, elle n’est qu’une convention, un archétype issu de notre inconscient collectif.
La science économique se heurte ainsi à une barrière infranchissable, notre psyché.

Gilles Bonafi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *