FIDEL EST TOUJOURS LÀ

Depuis quelque temps nos médias officiels nous « informent » que l’état de santé de Fidel Castro s’est détérioré beaucoup et certains parlent même qu’il n’est plus en possession de ses facultés mentales. En somme, qu’il en est à ses derniers moments, à moins qu’il ne soit déjà mort et qu’on en fasse un secret d’État.

Mais voilà, qu’en fin de semaine, il s’est montré au grand public, en accompagnant l’ex-Vice président du Venezuela à son Hôtel, après avoir reçu la délégation vénézuélienne pendant plusieurs heures à sa résidence.  Aujourd’hui, il signe une réflexion, Fidel « esta agonizando », accompagnée de plusieurs photos. Cette réflexion de Fidel est reproduite en français suite à cette brève présentation.

Il est certainement l’homme qui bat tous les records Guinness quant au  nombre de fois qu’il fut victime de tentatives d’assassinat. Il y en a 638 qui ont été répertoriées et documentées. Si nous ajoutions à ce nombre toutes les fois que nos médias en faisaient un agonisant, ce serait alors des milliers de fois. S’il eut été par hasard un personnage de la haute hiérarchie  de l’Église catholique, il y a longtemps qu’il eut été considéré comme un protégé de Dieu.

Qu’a-t-il donc cet homme pour que certains souhaitent tellement sa mort, veuillent à ce point sa disparition de la scène politique et sociale? N’est-il pas celui que l’ex-Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miguel Descoto Brockmann, avait qualifié, en 2009, d’homme le plus solidaire au monde? Il pensait alors aux brigades cubaines, en éducation et en santé, déployées dans des dizaines de pays de l’Amérique latine pour y repousser l’analphabétisme et y faire émerger la santé et le bien-être physique et mental de millions de personnes. Tout cela dans un contexte difficile et sans priver, pour autant, de tous ces biens essentiels son propre peuple. Tout en étant un pays pauvre, Cuba se démarque de ses voisins des Antilles et de l’Amérique du Sud par sa performance dans le secteur de la santé et par son école internationale de médecine qui reçoit des milliers d’étudiants venus de l’étranger.

Encore une fois, Fidel survit aux assassinats médiatiques qui doivent ravaler leur salive au lendemain d’une apparition aussi percutante qu’imprévisible.

Voici en continuation ce que le principal intéressé avait à dire.

Fidel Castro est à l’agonie

IL a suffi d’un message aux diplômés de première année de l’Institut des Sciences médicales « Victoria de Giron » pour que le poulailler de la propagande impérialiste se déchaîne, et que les agences de presse se lancent derrière le mensonge, avec voracité. Mais ce n’est pas tout, dans leurs dépêches, elles ont ajouté sur le patient les stupidités les plus insolites.

Fidel Castro

 

 

 

 

 

 

 

Le journal espagnol ABC a publié qu’un médecin vénézuélien, établi on ne sait où, a révélé que Castro a souffert d’une embolie massive au niveau de l’artère cérébrale droite, « je peux affirmer que nous ne le reverrons plus en public ». Le soi-disant médecin qui, si c’en est un, a dû d’abord abandonner ses propres compatriotes, a qualifié l’état de santé de Castro de « très proche de l’état neurovégétatif. »

Même si beaucoup de gens dans le monde sont trompées par les organes d’information, presque tous aux mains des privilégiés et des riches, qui publient ce genre de bêtises, les peuples croient de moins en moins à ces mensonges. Personne n’aime être trompé, même le menteur le plus incorrigible attend qu’on lui dise la vérité. Tout le monde a cru, en avril 1961, les nouvelles publiées par les agences de presse affirmant que les envahisseurs mercenaires de Giron ou de la Baie des Cochons, comme on veut bien l’appeler, arrivaient à La Havane, alors qu’en réalité, un petit nombre d’entre eux tentaient vainement de rejoindre en canot les navires de guerre yankees qui les escortaient.

Les peuples apprennent les leçons, et la résistance grandit face aux crises du capitalisme, qui se répètent de plus en plus fréquemment ; aucun mensonge, aucune répression, pas même les nouvelles armes ne pourront empêcher l’effondrement d’un système de production toujours plus inégal et injuste.

Il y a quelques jours, peu avant le 50° anniversaire de la « Crise d’Octobre », les agences ont signalé trois coupables : Kennedy, fraîchement arrivé à la tête de l’empire, Khrouchtchev et Castro. Cuba n’a rien eu à voir avec l’arme nucléaire, ni avec le massacre inutile d’Hiroshima et de Nagasaki perpétré par le président des États-Unis Harry S. Truman, instaurant la tyrannie des armes nucléaires. Cuba défendait son droit à l’indépendance et à la justice sociale.

Lorsque nous avons accepté l’aide soviétique en armes, en pétrole, en aliments et en autres ressources, ce fut pour nous défendre contre les plans yankees d’invasion de notre Patrie, soumise à une guerre sale et sanglante que ce pays capitaliste nous a imposée dès les premiers mois et qui s’est soldée par des milliers de vies et de mutilés cubains.

Lorsque Khrouchtchev nous a proposé, au nom de la solidarité, d’installer des projectiles de moyenne portée semblables à ceux que les États-Unis avaient en Turquie – encore plus proches de l’URSS que Cuba des États-Unis –, Cuba n’a pas hésité à accepter un tel risque. Notre conduite a été moralement irréprochable. Jamais nous ne présenterons d’excuses à quiconque pour ce que nous avons fait. Une chose est sûre, c’est qu’un demi-siècle s’est écoulé et nous sommes toujours là, la tête haute.

J’aime écrire et j’écris ; j’aime étudier et j’étudie. Il y a beaucoup de tâches dans le domaine du savoir. Jamais les sciences, par exemple, n’ont avancé à une vitesse aussi vertigineuse.

J’ai cessé de publier des Réflexions parce que ce n’est certainement pas mon rôle de remplir les pages de notre presse, qui se consacre à d’autres tâches dans l’intérêt de notre pays.

Oiseaux de mauvais augure ! J’ai même oublié ce qu’est un mal de tête. Pour prouver à quel point ils sont menteurs, je vous offre les photos qui accompagnent cet article.

Fidel Castro Ruz
Le 21 octobre 2012
10h12

Une présentation par Oscar Fortin
Québec, le 22 octobre 2012
http://humanisme.blogspot.com
avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *