Fonctionnaires de merde !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même mes adversaires,  sur  le web comme ailleurs, ont été jusqu’ici unanimes  pour reconnaître que je m’adresse à eux comme aux autres avec courtoisie et dans un langage correct.  Je sacrifie maintenant  ici cette bonne réputation. J’utilise quelques gros mots pour être entendu même des oreilles sales.  Je le fais pour une cause que je crois  juste. Importante. Incontournable.

Il y a des fonctionnaires de merde, arrogants, prétentieux, nuisibles et IL FAUT LE DIRE. Il faut se le répéter. Il faut les identifier et faire en sorte qu’ils soient évacués du système par les voies naturelles. En attendant, ce serait faire oeuvre pie, pour quiconque les rencontre, de leur mettre une baffe ou un coup de pied au cul.  Il faut se débarrasser de cette maudite engeance.

Bien sûr, la majorité des fonctionnaires sont des gens très bien, mais il y en a trop qui n’ont pas compris qu’il sont là pour servir et obéir, qu’ils doivent venir quand on les sonne et que s’ils font dérailler le processus démocratique ils devraient être au mieux limogés  et parfois mis en tôle. Si on frôle la trahison, par exemple.  Deux événements coup sur coup m’ont conduit à ce coup de gueule.

1.  On vient d’apprendre  par Wikileaks – Que Dieu/Allah nous conserve Assanges ! – que lors de l’invasion de l’Irak par la « coalition » américaine, opération entreprise sous de faux prétextes comme on sait et à laquelle le Canada  s’était sagement abstenu de participer, des rencontres ont eu lieu régulièrement entre hauts-fonctionnaires américains et canadiens dont le résultat a été de faire participer intimement et secrètement le Canada à cette guerre.

Participation qui allait à l’encontre de la volonté des Canadiens et faisait fi de la politique formellement exprimée par leur gouvernement démocratiquement élu.  De qui ces fonctionnaires ont-ils alors reçu leurs ordres ? Est-ce le gouvernement qui à hypocritement donné aux fonctionnaires des instructions opposées à celles qu’il a rendues publiques, avec le risque politique énorme  lié a ce double langage…. Ou sont-ce des fonctionnaires, nommés et non élus, à divers niveaux, agissant en parfaite connivence, qui ont pris leurs directives de Washington plutôt que d’Ottawa. ?

Il faudrait bien que l’on éclaircisse ce point. On parle d’une guerre.  Si des fonctionnaires ont contrevenu aux ordres du Gouvernement, on est à la frontière de la haute-trahison. Dieu Merci, Monsieur Chrétien est encore avec nous et pourrait nous en dire plus. Il suffirait de le lui demander. Nos médias écrits ont-ils le courage de suivre ce genre de dossier ?

2. Passons à autre chose.  Bon article de Daphné Cameron en page A 16 de La Presse du 17 mai.   De quoi s’agit-il ?  En 1964, Rejean Hinse a été condamné pour vol a main armée. Il a purgé 5 ans de pénitencier. En  1989, 25 ans de combats plus tard à clamer son innocence,  il a réussi à porter sa cause devant la Commission de Police qui a estimé qu’il avait été victime d’une enquête « pourrie »  En 1991, la Cour d’appel a cassé son verdict de culpabilité. En 1997, 7 juges de la Cour Suprême, à l’unanimité, l’ont acquitté.

M Hinse a demandé compensation… le gouvernement a refusé.  Retour devant la justice, où, il y a six semaines – 47 ans après les faits ! – la juge Hélène Poulin de la Cour Supérieure a rendu jugement. Elle parle d’inertie administrative, de paralysie institutionnelle et de « cafouillage juridique qui donne le vertige »  Le Gouvernement va-t-il enfin reconnaître  ses torts ?    Va-t-il payer ?  OBÉIR au tribunal  qui ordonne le paiement immédiats de dommages intérêts à Monsieur Hinse qui a maintenant 73 ans…. ?

Que non.  Un fumier de fonctionnaire anonyme a convaincu le Procureur général de porter le jugement en appel.  Tout pour ne pas admettre un erreur des commis de l’État. Un cas unique ?  Voyez  aussi ça,  et ça aussi... La stratégie évidente est que la victime tôt ou tort mourra.  On l’enterrera et avec lui l’erreur des fonctionnaires de merde qui ont détruit sa vie.  Si jamais j’ai le nom des responsables et particulièrement du salopard et de ses acolytes qui ont proposé de faire appel de ce dernier jugement, je les publierai avec mes commentaires et je signerai.

Evidemment le pleutre de fonctionnaire va dire que la décision vient d’en haut. Le Procureur Général ?  Que peut-il connaître de ce dossier ?  On se gargarise du mot démocratie, mais le système est fait de telle sorte qu’une petite clique de fonctionnaires, nommés et non élus, pratiquement inamovibles, en étroit contact avec les lobbies nationaux et étrangers, mais jamais sous la loupe qui pourrait déceler chez eux la corruption ou la trahison, sont les vrais gouvernants de ce pays.

Les politiciens seront blâmés et on en change de temps en temps, mais c’est de la poudre aux yeux.  Ils servent de paratonnerre, de caution si le peuple se fâche, mais c’est la merde d’un fonctionnariat  qui usurpe son autorité qui est le cœur du vrai fascisme.  Sur ce fonctionnariat bien caché, le peuple n’a aucun contrôle.  La merde n’apparaît que si on soulève le couvercle de la politique qui cache les latrines de l’administration.  Elle n’est ni bleue, ni rouge, ni orangée….  Elle est de toutes les couleurs et elle me donne la nausée.

Je ne lancerai pas une pétition, mais si vous voulez dire au Ministère de la Justice ce que vous pensez de ses 47 ans d’injustice dans l’Affaire Hinse et des autres « dégueulasseries » de ses larbins, c’est à cette adresse webadmin@justice.gc.ca Un fonctionnaire vous lira. Peut-être.

PIERRE JC ALLARD

13 pensées sur “Fonctionnaires de merde !

  • avatar
    19 mai 2011 à 0 12 56 05565
    Permalink

    Tout un coup de gueule justifié!

    Il est temps de sortir de l’anonymat ces serpents en publiant le nom des fonctionnaires mis en cause et en demandant des comptes place publique.

    Expurgeons le système de ces parasites non-élus. Trouvons les. Que tout ceux de bonne foi qui ont des contacts en ces milieux informent le peuple.
    Que les derniers journalistes d’enquête qui ont encore un peu de courage cherchent et relaient l’information anonymement si le système les empêche de publier. Les citoyens eux-mêmes feront le travail.

    C’est la merde d’un fonctionnariat qui usurpe son autorité qui est le cœur du vrai fascisme. – PJCA

    DG

    Répondre
  • avatar
    19 mai 2011 à 9 09 02 05025
    Permalink

    Bravo Pierre JC Allard.

    Laisser végéter cette situation aussi longtemps est la preuve de l’importance de l’individu face au gouvernement. Déjà, que le judiciaire a salit sa réputation avec ce cas. Aucun individu n’est vraiment protégé face au « système ».

    Je me demande si je n’ajouterai pas à « ma description d’une vrai démocratie » une loi qui ne laisserait la cour d’appel qu’exclusivement accessible à l’INDIVIDU.

    C’est à dire que le gouvernement et les industries en opposition avec un individu, ne puisse pas,eux-mêmes, y avoir recours en en laissant la possibilité à l’individu.

    Évidemment, lorsque deux organismes sont en opposition, ils y auraient droit.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      19 mai 2011 à 9 09 03 05035
      Permalink

      Par contre, en attendant, les coups de pieds au cul ne sont pas du luxe.

      Répondre
  • avatar
    19 mai 2011 à 18 06 33 05335
    Permalink

    Il est amusant de voir la provenance des lecteurs de cet article… On en reparlera (H)

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    19 mai 2011 à 21 09 51 05515
    Permalink

    (Y)
    P.S.: Je suis un fonctionnaire de CP qui n’a rien à voir avec l’image. :-O
    ______

    J’avais lu cette saga quelque part.
    La « justice » est devenue un art de la traînerie en longueur. On devrait mettre une longueur maximum et cesser le gargarisme des formules, et agir.
    « Elle parle d’inertie administrative, de paralysie institutionnelle et de « cafouillage juridique qui donne le vertige » »

    ET L’affaire Robinson.
    Bien sûr, ce n’est pas une accusation de crime, mais c’est la même méthode ou quasi:

    Ces aveux n’ont rien de banal, puisque les parties ont nié leur connaissance du travail de Claude Robinson dès le début des procédures, en 1996.

    «Ça veut dire qu’ils m’ont « niaisé » et qu’ils ont « niaisé » la cour pendant 16 ans», a commenté M. Robinson en marge des audiences. «Ils changent leur version en fonction de l’étape des procédures et de la preuve qu’on a pu faire», a-t-il ajouté.

    Un jugement étoffé

    En août 2009, le juge Claude Auclair a condamné Cinar, son cofondateur Ronald Weinberg, Christophe Izard et une kyrielle de défendeurs à payer 5,2 millions de dollars à Claude Robinson pour plagiat.
    _______________________
    Les gens ont le temps de mourir, comme vous le soulignez, Pierre.
    Voir le dossier des eaux polluées par l’armée à Shannon.
    Plusieurs sont déjà décédés.

    À bien y penser, la photo, c’est bien… :-$

    Répondre
  • avatar
    20 mai 2011 à 17 05 15 05155
    Permalink

    C’est aussi la stratégie favorite des compagnies d »assurance pour ne pas payer les réclamation, sans parler des actions abusives faites pour faire taire ceux qui ont un scandale environnemental a dénoncer.

    Nous sommes au point où les garanties démocratiques mises en place ont été si parfaitement manipulées et maitrisées par ceux qui en abusent, que les injustices qui en découlent dépassent les avantages que l’on en retire.

    Ce n’est pas pour rien que les héros de la télévision sont de plus en plus des justiciers qui font prévaloir le bon droit en marge ou parfois même CONTRE la loi. C’est une situation très dangereuse pour l’État de droit, quand on voit Quidam Lambda applaudir pendant qu’on casse tout a fait illégalement la gueule à ceux qui apprivoisent l’injustice.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/171-karcher/

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      20 mai 2011 à 17 05 33 05335
      Permalink

      Ce n’est pas tellement nouveau; tous les héros des « comic books » étaioent hors la loi; et cela a commencé vers les années 30.

      On peu même aller jusqu’au début du 20e siècle avec les Pardaillans qui sont presque toujours en marge de la loi.

      Que dire de Robin des bois?

      La seule différence est que les tout nouveaux « héros hors la loi », agissent pour leur intérêt personnel.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
  • avatar
    20 mai 2011 à 18 06 25 05255
    Permalink

    La différence, c’est qu’au temps de Robin Hood on espérait le retour du bon roi Richard… Maintenant, à moins d’attendre la « Deuxieme Venue du Christ », il semble que ca ne pourra changer que si chacun prend sur soi de faire bouger un peu la justice ou si les Chinois viennent nous dire que les règles du jeu ont changé… Il y a aussi l’hypothese de l’Homme Providentiel que j’évoque dans le lien précédent, mais c’est toujours un mauvais moment a passer…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/15/un-mauvais-moment/

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    22 mai 2011 à 21 09 06 05065
    Permalink

    Je remercie ceux qui m’ont fait parvenir par mail d’autres exemples d’incurie administrative et je confirme que leur anonymat sera scrupuleusement respecté dans la cadre d’autres articles qui seraient ici publiés sur le même thème.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      25 mai 2011 à 18 06 19 05195
      Permalink

      Pourrait-on ajouter un « détail » qui vient d’apparaître aux nouvelles:

      Le juge en charge du procès du petit génie d’une trentaibe d’années, qui a abandonné son bébé de quelques mois dans la forêt l’an passé, est condamné à 14 mois de travaux communautaires.

      Il a une histoire de conneries qu’il a fait au cours de sa vie, mais il….regrettait beaucoup ce qu’il avait fait à son bébé.

      Pôvre ti-monsieur qui a des problêmes probablement à cause de son enfance. Heureusement qu’il a eu un juge « compréhensif » et « humain ».

      Remarquez qu’il n’a pas été condamné à aller nettoyer les bords du Richelieu.

      Est-ce que cela arrive qu’une personne soit condamnée à la prison pour non paiement de contravention ou encore pour bris de véhicule public?

      Un enfant de deux ou trois MOIS; faut quand même être équitable au niveau de la justice!!!!

      Je suis tout près de démissionner sur les êtres humains. Je vais m’acheter un chien. (&)

      Elie l’Artiste

      Répondre
  • avatar
    25 mai 2011 à 18 06 49 05495
    Permalink

    Il est difficile de faire une séparation nette entre ce qui est criminel au sens strict et ce qui est pathologique, car cette distinction était à l’origine de peu d’intérêt pour une société en mode survie.

    Aujourd’hui, c’est devenu le fond du problème, mais le système n’est pas encore adapté à cette nouvelle donne. Je ne connais pas le dossier, mais ma première impression est que celui qui abandonne un bebe de deux mois en foret devait faire l’objet d’un suivi psychiatrique pendant un bon bout de temps… Et a plus forte raison dans les cas plus graves

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/118-innocente-homolka/

    PJCA.

    Répondre
    • avatar
      25 mai 2011 à 19 07 09 05095
      Permalink

      Une bonne thérapie serait de l’abandonner dans les territoires du Nord-Ouest en lui laissant une boussole.

      Il aurait le temps de réfléchir à quel psychologue il demandera de l’aide à son arrivée en ville.(Parce que le psychiêtre va lui donner des « pillules » qui ne guériront rien).

      Je commence à en avoir très marre des bébés maltraités par des « pôvres » malades qui ont besoin d’aide.

      Je suis d’accord pour les coup de pieds au cul des fonctionnaires iméciles mais j’en garderait quelques-uns pour les « malades » qui s’en prennent à des femmes ou des enfants.

      Vous m’excuserez mais je trouve cela beaucoup plus révoltant que « l’exécution sommaire » de Ben Laden.

      André Lefebvre

      Répondre
  • Ping : Ne payez plus vos impots : L’état et les fonctionnaires sont des assistés, ils ont pas besoin d’argent : et je vous montre comment remplacer tous vos fonctionnaires de votre VILLE :) « singularite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *