Fralib, la mère de toutes les luttes

« Le 28 septembre 2010, le groupe Unilever a annoncé son projet de fermeture de Fralib Gémenos, résume la pétition en ligne. Les salariés, leurs syndicats CGT et CGC ont démontré à plusieurs reprises que l’argumentaire économique avancé par la direction ne tenait pas la route. Unilever a tout mis en œuvre pour plomber l’usine de Gémenos pour délocaliser la production en Pologne. » Le motif officiel de la fermeture est en effet une prétendue surcapacité de production.

Or dans le même temps que le site de Gémenos est condamné, Unilever achète les machines pour produire en Pologne : on est bien là dans un cas de délocalisation pure et dure, pour gagner deux ou trois centimes par sachet sur le dos d’ouvriers français sacrifiés parce que coupables d’être mieux payés que leurs homologues polonais. Aujourd’hui les Fralib occupent leur usine 24h sur 24 et réclament de pouvoir utiliser les machines et garder la marque L’Eléphant, qui n’est produite par Unilever via Lipton que pour le marché français. « Cette marque, née à Marseille il y a 119 ans, appartient au patrimoine marseillais et aux salariés, affirme Gérard Cazorla, secrétaire au Comité d’entreprise.

Selon une étude du cabinet Progema, les 182 emplois seraient maintenus à partir d’un seuil de production de 1 ?000 tonnes. Or notre usine en produit 2 ?900 tonnes. » Mais Unilever ne lâche rien, ne veut rien entendre. « Toutes les études du cabinet d’expertise comptable du Comité d’entreprise démontrent la rentabilité de Fralib avant que cette dernière ne subisse une contraction voulue de son activité, ont écrit en septembre dernier les salariés aux trois ministres du Travail, de l’Economie et de l’Agriculture, lettre co-signée par le député communiste André Chassaigne. Cette contraction a été volontairement organisée en 2007 par le groupe avec la mise en place d’une chaîne logistique USCC (Unilever Supply Chain Company) domiciliée en Suisse pour des raisons fiscales.

Cette nouvelle organisation a transformé Fralib en « centre de coût ». Les profits issus de l’activité de Fralib sont confisqués par l’USCC et échappent de fait à la fiscalité française. Les salariés refusent légitimement le chômage, la précarité et la misère. Ils se sont engagés dans la construction d’une solution alternative pour le maintien à Gémenos de l’activité thé et infusions sous la marque « Thé l’Eléphant » et des 182 emplois. Elle a reçu le soutien du Conseil régional et de l’ensemble des collectivités territoriales. » Mais Unilever ne voit que ses bénéfices et les dividendes à verser aux actionnaires, comme le commande le système libéral mondialisé. Alors la lutte continue. En occupant l’usine mais aussi devant le tribunal. A suivre…

Une pensée sur “Fralib, la mère de toutes les luttes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *