Fukushima s’enfonce-t-il ?

L’expert nucléaire Arnie Gundersen vient, avec d’autres, de sonner l’alerte : le bâtiment n°4 de Fukushima s’enfoncerait dans le sol de façon inégale. lien Information inquiétante si l’on veut bien se souvenir que c’est dans la piscine de refroidissement de ce bâtiment que se trouvent un très grand nombre d’assemblages nucléaires. En effet, ce bâtiment se détériore rapidement, et si la piscine, laquelle se trouve perchée à 30 mètres de (…)


Environnement

/
,
,
,
,
,

16 pensées sur “Fukushima s’enfonce-t-il ?

  • avatar
    30 octobre 2012 à 11 11 51 105110
    Permalink

    Il est étonnant de retrouver à peu près tous les jours des articles sur Fukushima, catastrophe naturelle dû à un tremblement de terre doublé d’un tsunami qui tua plus de 15 000 personnes. Si les centrales nucléaires résistèrent pas tous: combien de mort à cause de l’accident de Fukushima? 0 Et les taux de radioactivité observée actuelles au Japon, si vous vous intéressiez non pas à créer des peurs irrationnels, sont loin d’avoir atteint des doses mortelles ou des doses provoquant le cancer (des 6000 enfants qui eurent le cancer de la thyroide après Tchernobyl, et non pas les millions comme le veut la propagande anti-nucléaire, dont une 15 moururent, ce fut par manque de diffusion d’info aux familles qui continuèrent à faire boire de l’eau trop radioactive; l’élément le plus dangereux est l’émission d’Iode et fort heureusement il a une demie vie de 8 jours, diminuant constamment; et le césium, c’est 10 fois moins dangereux: les doses sont trop faibles pour générer un cancer chez qui que se soit).
    La radioactivité est tout à fait naturelle, nous vivons dans une mer de radioactivité, dont environ 12% que vous recevez à chaque jour vient de vous mêmes!!! (du potassium 40 que vous avez en vous!). Du gaz radon, des rayons cosmiques (et vous en recevrez plus en allant en hauteur).
    Si vous prenez un scanner, vous recevrez 9 mSV en dose aigu: et à ce que je sache, personne ne panique (et personne n’a besoin de paniquer!!!). C’est à partir de 200 mSV qu’on observe des probabilités de cancer; la radioactivité naturelle est autour de 2,4 mSv, mais beaucoup de site sur la terre (Iran, Inde, Brézil) dépasse les 50 mSv et plus et non seulement on n’y détecte pas plus de cancer, mais moins que la moyenne générale!
    http://www.laradioactivite.com/ on explora le phénomène ici.

    Mais mon point principal est ici: comme vous semblez vous intéressez à la vie, et n’importe quel être rationnelle tâchera d’éliminer les causes les plus dangereuses en premier et seulement à la fin s’attardera au cause les moins dangereuses. Donc, la première cause de mortalité est la pauvreté et le sous-développement: il beaucoup plus dangereux de n’avoir pas d’énergie que d’en avoir. Sous ce regard, pourquoi ne pas constamment faire des articles sur la situation déplorable en Haïti où à la suite du tremblement de terre 300 000 morts et à cause de la pauvreté du pays, ne sont pas en mesure de reconstruire et surtout d’empêcher la contamination de l’eau: ça tue à TOUS les jours aujourd’hui encore? C’est pas un problème environnemental ça de l’eau pollué? Pourquoi Greenpeace ne dépense pas ces millions en campagne là-dessus???? (c’est une multinationale de la peur avec plus de 200 millions en budget d’opération annuel!!).

    Et côté énergie: le nombre de mort par quantité d’énergie produite est beaucoup plus dangereux pour le charbon (qui en plus libère de l’uranium dans l’air, plus que ‘industrie nucléaire!!) que pour le nucléaire (et en fait, le nucléaire est le moins dangereux,, incluant Tchernobyl qui était une centrale complètement déficiente pour son époque, pas même d’enceinte de béton autour du réacteur; même l’hydro électricité est plus mortelle; on ne fête jamais la catastrophe du barrage Banquio en 1975 qui tua plus de 150 000 morts et déplaça 11 millions de personnes).

    Pourquoi alors ne mettez-vous un article à tous les jours déplorant les conditions de travail de les mines qui tuent souvent?
    41 morts en août 2012 en Chine, s’ajoutant au 2000 morts en 2011 (soit 5 par jours).
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/08/31/un-coup-de-grisou-fait-37-morts-dans-une-mine-chinoise_1753833_3216.html

    Et que dire des mines turques? 80 morts annuels et évitable à part cela!!
    http://www.rfi.fr/emission/20120816-mines-charbon-turques-plus-meurtrieres-europe
    Et au Mexique? etc.
    Serait-ce que c’est mort ne sont pas importantes? Que c’est moins sensationnel de mourir d’un coup de grisou, ‘c’est normal’, que de radioactivité, avec laquelle on peut faire peur au monde?

    Il est toujours étonnant de voir des écolos s’inquiéter des produits chimiques comme les pesticides, avoir des angoisse irrationnelle sur la radioactivité, mais qui en même temps, surtout en Californie, je ne sais pas en France, sont les plus gros consommateurs de drogues allant de la mari aux drogues les plus chimiques comme le LSD… on imagine que c’est bénéfique pour la santé…. sic… ou encore la cigarette qui cause le cancer…

    En Occident (du moins jusqu’au mesure d’austérité récente pour sauver les banques…) on a jamais vécu aussi bien et aussi vieux: et les causes de cancer dans une écrasante majorité, viennent de comportement individuel: fumer, trop boire, trop de soleil (ie cancer de la peau), mal bouffe, peu d’exercice. Ensuite une partie de bactérie et virus et finalement de problème de pollution (environ 2%). On oublie trop facilement que les villes modernes sont beaucoup plus propre (et on peu faire mieux, vivre la voiture électrique!) qu’elle ne l’était fin 19e. À Montréal, fin 19e siècle, 1 enfant sur 3 mourrait avant 1 ans: ie le lait non pasteurisé et surtout l’eau pas potable (dû à la pauvreté et l’exploitation à outrance: des conditions d’hygiènes déplorables.) Encore aujourd’hui, en Afrique, beaucoup meurent à cause du monoxyde de carbonne: n’ayant pas accès à l’électricité, usent du bois et souvent s’intoxiquent: mais de ça, jamais aucune campagne de nos valeureux écolos qui disent se préoccuper de l’humain…

    Ce n’est pas avec moins de science et un retour à l’âge de pierre qu’on réglera les choses; au contraire, c’est avec du développement et de nouvelles technologies qu’on peut mieux faire. Sait-on qu’il y a plus de forêt en Europe aujourd’hui qu’il y
    à 400 ans? En changeant de source énergétique, du charbon au pétrole, à l’hydro et au nucléaire (l’énergie la plus dense nécessitant le moins de surface pour produire le plus, aucune pollution de l’air et contrairement à la mythologie, une quantité de déchet très faible (ie 3 000 000 de fois plus dense que le charbon: on produit beaucoup avec peu: et on peut s’en occuper contrairement à la mythologie: voir http://www.polymtl.ca/nucleaire/docs/documents/BAPE_DR_V2.pdf))
    Et qu’on sillonne l’Allemagne ou la Suisse et même les USA: beaucoup plus propre que bien des pays en voie de développement: c’est avec plus de richesse (non pas au sens monétaire néolibéral qui pille et se fou éperdument des conséquences) qu’on peut commencer à s’occuper de la pollution .

    Répondre
    • avatar
      30 octobre 2012 à 12 12 06 100610
      Permalink

      ASIQ
      c’est justement, bien au contraire, pour compenser le silence fracassant des médias officiels qu’il me semble important d’évoquer le risque monstrueux que nous fait courir, à tous, la situation à Fukushima.
      bien sur, ça n’exonère pas de parler des autres drames, ce que je fais régulièrement.
      quand à votre affirmation concernant « l’angoisse irrationnelle », elle pourrait faire sourire, si on oubliait que ce sont les 127 millions de Japonais qui sont aux premières loges.
      j’imagine que votre commentaire est porté par la volonté de défendre cette énergie désuète et dangereuse qu’est le nucléaire?
      c’est de bonne guerre.
      ça n’empêche pas de garder un peu de sens critique.
      merci d’avance.
      🙂

      Répondre
    • avatar
      30 octobre 2012 à 13 01 35 103510
      Permalink

      j’ajoute un commentaire très judicieux de Paul Jorion:
      « Ce n’est pas nécessairement la probabilité d’accident qui est trop élevée (encore que des manches comme la direction de la firme Tepco, nous en connaissons tous), c’est le nombre maximum de morts, à savoir dans ce cas-ci, sept milliards. Et la conclusion, c’est que le nucléaire civil n’est pas compatible sur le long terme avec l’existence de l’espèce humaine à la surface de la planète Terre. C’est tout, et aucun coupage de cheveux en quatre s’appuyant sur des modèles mathématiques mal bâtis et/ou mal compris n’y changera jamais rien. »
      la totalité de son commentaire est sur le lien qui suit:
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=42828
      je suis sur qu’il va vous interpeller. 🙂

      Répondre
  • avatar
    30 octobre 2012 à 18 06 19 101910
    Permalink

    127 millions de japonais menacés????? Vous êtes vraiment sérieux dans votre propos??? C’est vraiment du catastrophisme à 100000% et de la démagogie pure!! Si vous êtes pas à Greenpeace ou au World Life Fund (WWF) du Prince Philippe, allez-y immédiatement, ils vous engageront sûrement pour faire des films de peur et ainsi augmenter les bénéfices! Ou bien vous en fumer vraiment du trop bon…

    Vous croyez que ça peut exploser et faire disparaître la terre ou quoi? Si oui, vous connaissez vraiment rien de rien aux bombes nucléaires et la concentration nécessaire d’uranium/plutonium qu’il faille pour ce faire. Et la radiation vous direz? le plus dangereux est l’Iode et son effet diminue rapidement. Les substances restantes sont encore moins dangereuses que d’ingérer du plomb, sélénium, etc. que l’industrie utilise abondamment et tout le monde s’en fou. La radioactivité, au niveau terrestre à Fukushima est confiné à des taux allant de 20 à 50 mSv et un peu plus (bien sûr dans le réacteur plus haut: mais qui parle d’y aller?): si vous croyez que c’est mortel: il faudra évacuer bien des régions de la planète où vivent des gens depuis des siècles sans problème!!! (c’est en haut de 200 mSv qu’on commence à observer des probabilités d’effet).

    D’abord, jamais une centrale qui flanche ne pourra être pire qu’une bombe nucléaire en terme d’effet (et doit-on rappeler que deux bombes nucléaires sont tombés, inutilement, sur le Japon à cause de Truman avec des milliers de morts: pourtant, aujourd’hui Hiroshima et Kyoto sont deux villes bouillonnantes de vie et on s’y porte très bien).
    Vous direz que les bombes étaient petites, certes: mais les tests nucléaires suivants, pour chaque bombe individuellement, ont répandu bien plus de radioactivité que Tchernobyl dans l’atmosphère dans l’atmosphère: serait toujours mieux de l’éviter bien sûr, mais des doses en deça de tout danger (sauf pour qui reçoit la bombe dessus bien sûr). Et Tcherno, effectivement complètement désuète même à son époque: c’était une centrale civile ET militaire et consciemment ont la fit fonctionner en état critique… va savoir pourquoi, bonjour les soviets; et à Fukushima: 0 mort et aura vraissemblement 0 mort: on est loin du 127 millions annoncés; la drogue tue plus de gens dans le pays annuellement…: et en plus 3 centrales qui ont tenu le coup à un telle catastrophe de dame nature: c’était loin de centrale les plus modernes et tous résistèrent à un tremblement de terre pour lesquelles elles n’étaient pas conçu: c’est le tsunami qui a achevé les autres: un simple mur de béton stoppant l’eau aurait suffit et d’autres mesures: à moins bien sûr que vous ne souscriviez au genre de discours: l’homme ne contrôle rien et joue aux apprentis sorcier… On connait très bien comment ça marche (et malheureusement, Tcherno fonctionna exactement comme prévu: on savait le réacteur instable si on ne le faisait pas fonctionner à plein régime et pourtant le firent fonctionner ainsi!) : bref, et je l’espère, on peut apprendre et encore faire mieux: par contre, il ne faut pas laisser ça entre les mains du privé qui veut trop pressuré le citron pour les actionnaires, là, bien d’accord.

    Désuète? J’espère que vous voulez parler du vent!! Et je ne vois pas en quoi la maîtrise du processus physique au coeur de notre soleil soit désuète: (bien que sera mieux la fusion et plus tard matière/anti-matière): aucune actuellement n’a une densité d’énergie aussi grande: avec le moins de matière qu’on produit le plus. Aucune production massive d’énergie n’est plus moderne (vent, solaire, pétrole, charbon, géothermie, hydro). Tant mieux si vous trouvez mieux…

    Et puis ce n’est pas que l’énergie: si vous avez si peur des radiations, j’espère que vous êtes honnêtes que et que jamais vous ne mettez les pieds dans un hôpital, que vous ne passez aucune radiographie, scanner, etc: c’est le lieux par excellence pour être irradié. Il faut parler de la dose: bien sûr il ne faut se mettre là où la radiation est trop forte et faire exprès pour en ingérer: mais encore là, c’est une question de dose et si vous ne mentionnez pas les unités de mesure et les doses (et à quelle dose elles sont dangereuses: tout cela est très connu, mais vous préférez le taire semble-t-il pour mystifier vos lecteurs), vous êtes vraiment malhonnête et jouer de la peur ou vous mêmes vous êtes ignorants et content de le rester.

    Répondre
  • avatar
    30 octobre 2012 à 18 06 34 103410
    Permalink

    ah oui, 127 millions menacés: on s’en reparle avec plaisir dans 10, 20 et 40 ans (s’il n’y a pas eu guerre bien sûr): je suis près à parier toute ma fortune qu’au pire, quelques personnes auront pu en décéder (à ne pas confondre avec qui sont mort du tsunami). C’est comme pour le climat, on nous promet les pires choses au monde, allant vraiment au ridicule, se gardant bien de mentionné que l’impact sera positif pour bien des régions et moins bonnes pour d’autres: mais rien d’extraordinaire et nous avons tout à fait le temps de nous y préparer (construire des digues ici comme le font les hollandais depuis des siècles), etc. Mais encore une fois, c’est le sous-développement qui empêche de faire face à des changements inévitables, humains ou pas.

    (car les catastrophismes de tout poil peuvent dire n’importe quoi pour créer l’émotion: les jours de l’explosion, les mass-médias déjà nous parlait de l’apocalypse sur terre et comme les morts n’étaient pas au rendez-vous, il a fallu se rabattre sur du ‘human interest’ et les peurs angoissés entretenues pas les médias (et bien sûr des craintes tout à fait justifier, mais monter en épingle par les médias et les écolos: il y a une raison de ne plus en parler sous l’angle de la fin du monde et de milliers de mort. Qu’on parle d’incompétence dans la gestion ou autre, ok, mais franchement ça concerne les japonais. Vous en déplaise, la catastrophe annoncée n’a pas eu lieu; celle de la nature féroce, elle, est belle et bien arrivée et a tué plus de 15 000 personnes: commet pourrait-on éviter cela la prochaine fois au Japon?)

    Répondre
    • avatar
      31 octobre 2012 à 2 02 24 102410
      Permalink

      ce n’est pas le genre de paris qui me passionne…
      parier sur la mort des gens.
      une fois de plus, vous semblez ignorer que la catastrophe de fukushima n’est pas le résultat du tsunami ou du tremblement de terre: c’est une erreur humaine, et ça a été mainte fois prouvé.
      tout comme à tchernobyl
      sauf que là, l’addition va être plus lourde,
      y compris pour vous.
      quand au nombre de morts, dus a la catastrophe nucléaire, il devrait dépasser celui estimé pour tchernobyl, (1 million de morts)
      mais le macabre décompte ne sera possible que dans vingt ans minimum

      Répondre
  • avatar
    31 octobre 2012 à 18 06 06 100610
    Permalink

    Bon point sur le pari; mais je garde pour mémoire.

    Donc, si je vous comprends bien, sans le tremblement de terre et le tsunami, les centrales auraient flanché de toute manière…? (Tchernobyl, en partant mal conçu, était réellement dû à une erreur humaine: on le fit fonctionner à un état sous-critique instable en toute connaissance de cause).

    Je croyais que l’argument anti-nucléaire était justement de dire que puisse qu’on ne peut pas prévoir tous les scénarios, il faut arrêter: mais s’il s’agit d’une erreur humaine (donner moi les détails), alors tant mieux, car plus facile de régler le problème.

    1 millions de mort à Tchnerno: n’importe quoi. Vos sources?

    Et vous évitez toujours toutes les questions de doses dangereuses absorbés, la radiation naturelle, etc. Vaut mieux maintenir dans l’ignorance pour faire peur…

    Japon: donc, vous maintenez que d’en 20 ans il n’y aura plus de japonais car tous mort du cancer… Ou quelles approximation faites-vous et par quel mécanisme? Donnez des chiffres, le type de cancer, les mécanismes pour qu’on puisse voir dans 20 ans.

    Car il y soit la radiation général qu’on reçoit par l’extérieur (et là, franchement, aucune radiation suffisamment forte pour provoquer des cancers: si vous n’êtes pas d’accord: dite clairement que vous croyez qu’à tel niveau de radiation il à développement assurer à tant de % de cancer: si vous ne le dit le dite pas: vous êtes pas sérieux et cela semble être le cas car vous évitez toujours). Seulement proche du réacteur il pourrait y avoir des doses dangereuses et personnes ne s’y trouvent.

    Secondo: par l’ingestion: mais encore-là, il y a des conditions spécifiques pour que ça arrivent: par exemple, pour le cancer de la thyroide, de loin le plus important possible (et il faut savoir que naturellement ce développe ce cancer avec des variétés de % très grand selon les populations; et au Japon, j’imagine qu’ils ont les statistiques d’avant: on pourra donc voir si augmentation); mais encore là, contrairement à Tcherno où des mères ont continués à donner de l’eau contaminé, au Japon les enfants, plus susceptibles à fixé l’iode, ça n’arrivera pas. De plus, ce cancer se soigne à 90% (6000 cancers de ce type ont été détecté). C’est déplorable en effet il faut tout faire pour l’éviter; mais en quoi la mort par explosion dans une mine, par inhalation de fumé, de barrage qui craque (comme en France dans les années 50 ou en Chine), de gens qui tombes d’éolienne, etc. est-ce moins déplorable?
    Jamais oublié que sans énergie, industrialisation, politique de santé massive (possible avec industrialisation) c’est et de loin la plus mortelle des choses et pour l’espérance de vie (ce que les écolos vivant au nord oublient aisément; je l’ai mets au défi d’aller vivre dans les conditions les plus pauvres (pas d’électricité, toilette, eau courante, nourriture journalière non garanti, pas d’internet, pas de téléphone, pas d’hôpital ni clinique, pas de voiture, probablement pas de vélo, etc: s’ils le fond, là je les écouteraient sur la décroissance, sinon, des hypocrites.

    Ensuite, pour les atomes comme le Césium et co, beaucoup moins de radioactivité (encore une fois, la mesure: si vous dites: il y a radiation, je panique, vous êtes un charlatan de première: admettez-vous au moins qu’il y a de la radiation naturelle?? Jamais vous ne le dites: serait-ce que cela vous forcerait à admettre que c’est une question de dose et qu’il vous faudrait donner des chiffres, des mesures?

    Et que dire de tous les déchets industrielles comme le sélénium, plomb, mercure, cyanure, cuivre qui se retrouvent sans contrôle dans nos dépotoirs, qui sont aussi dangereux, sinon plus, si non ingéré? Alors que zéro mort des déchets nucléaire en France sur plus de 60 ans (et c’est au début la période la plus dangereuse: car contrairement aux contaminants comme le mercure qui sont éternels et qu’on met allègrement dans nos dépotoirs sans penser aux générations futures, la radiation diminue sans cesse avec le temps: contrairement à la légende, c’est seulement si on venait à ingérer ces substances, comme le cyanure, que ça devient dangereux).

    Bon j’écris trop. Mais j’y tiens: admettez-vous qu’il y a de la radioactivité naturelle sur terre et ce depuis des milliards d’année?
    Ensuite: peut-on la mesurer?
    À quelle dose affirmez-vous que ça commence à être dangereux? (niez-vous qu’il y a des mécanismes autorépateures au niveau des cellules chez les humains (comme pour la animaux) et donc qu’il faille des doses suffisamment élevés pour déborder de tel mécanisme?)

    Répondre
    • avatar
      1 novembre 2012 à 3 03 27 112711
      Permalink

      asiq
      lorsque, comme vous, on veut faire du lobbying pronucléaire, on prépare ses dossiers.
      je suis surpris que vous ne sachiez pas que l’académie des sciences de new york a consacré un dossier très complet sur le nombre de morts dus à la catastrophe de Tchernobyl.
      le chiffre de un million de morts devra d’ailleurs etre revu à la hausse, au cours des années qui vont passer.
      extrait d’un article sur le sujet paru dans le journal « le courrier »:
      Ils mettent en évidence l’ampleur des retombées radioactives: 10 milliards de curies (soit 200 fois plus qu’initialement prévu et 100 fois plus que les retombées générées par les bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki). Entre 1986 et 2004, ce sont ainsi près d’un million de personnes qui ont perdu la vie de par le monde.
      la totalité de l’article est sur ce lien:
      http://www.lecourrier.ch/l_impact_de_tchernobyl_revu_a_la_hausse_pres_d_un_million_de_morts_0
      quand à la radioactivité naturelle que vous évoquez, c’est parfaitement manipulateur de vouloir la comparer à celle rejetée en cas d’accident nucléaire (ou de bombe).
      et vous le savez.
      on ne peut pas comparer le radon (piégé à l’intérieur d’un bloc de granit) dont la période (demi vie) est très courte (moins de 4 jours) et le plutonium (24 400 ans)et pour lequel il suffit d’une fraction de milligramme pour provoquer un cancer.
      http://www.greenpeace.fr/stop-plutonium/impacts.php3
      le ciel vous tienne en joie.

      Répondre
  • avatar
    31 octobre 2012 à 22 10 03 100310
    Permalink

    Si Fukushima joue sa dernière symphonie, il est plus que probable que des millions d’humains et d’animaux auront besoin de mécanismes auto réparateurs dignes de Terminator.

    Répondre
  • avatar
    1 novembre 2012 à 22 10 10 111011
    Permalink

    Avant que j’oublie, car comme d’habitude vous ne répondez pas: alors, au Japon, j’attends votre réponse: sans le tremblement de terre et le tsunami, il y aurait quand même eu l’accident nucléaire??? Alors pourquoi les réacteurs en haut de la colline n’ont eus aucun problème? Vous me mystifier mon cher!

    Mon cher,
    Technique bien connue de mystificateur comme vous de sortir de sa poche une accusation après l’autre en évitant de répondre au point précédant et d’éclairer le sujet, en espérant éviter des faits embarrassant à vos théories… dans le doute, courrez en rond, crier et chahuter…

    Maintenant vous jouez la peur Ralph Nader… Le plutonium, la substance la plus dangereuse du monde: mais encore faut-il dire le mécanisme par lequel ça peut tuer: il faut l’avaler. De même, si vous avalez du cyanure, vous allez crever.
    Saviez-vous que si je vous injecte de l’air dans les vaines: vous allez mourir sur le champ! (CQFD: il faut bannir l’air, c’est très dangereux).

    Sur la radioactivité naturelle:

    La radiation, peut-importe d’où elle provient, à le même effet (rayon alpha, beta, gamma): l’important comme toujours, c’est la dose (dont vous vous gardez sciemment d’informer le lecteur afin qu’il ne puisse pas se faire aucune idée de comparaison et savoir à quelle dose ça commence à être dangereux: et si vous étiez cohérent, vous devriez dire à tout le monde de ne pas faire de scanner, rayon X, car on y reçoit plus de radioactivité ou égal que les retomber nucléaire de Tchernobyl (excepté le périmètre proche de la centrale) .

    Le radon qui se trouve dans l’environnement est sous forme de gaz: achetez-vous un dosimètre et vous pourrez le détecter (et il y a même des compagnies qui font peur aux gens et leur vendre à fort prix des moyens d’éliminer le radon de leur sous-sol….): vous êtes manipulateurs de première: pourquoi ne parlez-vous que du radon, et mal en plus!,(on parle du gaz libéré à la surface de la terre,vous niez que ça existe?) et non de ce qui se trouve sous terre comme l’uranium: d’ailleurs, on trouve de l’uranium radioactif en très grande quantité dans les mers!!! et dans le charbon qu’on brûle qui en émet plus dans l’atmosphère que toutes les centrales nucléaires!) et non de la totalité des sources radioactives?
    (et là, je ne vois pas pourquoi je continue d’écrire avec votre mauvaise foi complète; mais bon, laisser le renard dans le poulailler, ça finit en carnage et je ne supporte pas l’obscurantisme digne du moyen-âge).
    Le lecteur pourra consulter ce site pour la base du nucléaire:
    http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/RadioNaturelle.htm

    Ça inclue le potassium-40 dans votre propre corps, rayons cosmiques, etc. et de la grande variété sur la planète, dont des lieux en Iran, Brézil, Inde avec des taux plus élevés que dans les alentours de Fukushima actuellement du fait de la composition spécifique des roches: le NIEZ-VOUS? Et tous les études de ces populations y vivant depuis des siècles ne démontrent pas plus de cancer qu’ailleurs, souvent même moins. (allant de 260 mSv annuel en Iran et même 790 mSv annuel au Brésil!).

    Votre malhonnêté: vous dites, le radon à une demi-vie de 4 jours (ie pour le bénéfice des lecteurs qui ne prennent pas le temps de découvrir la science nucléaire et écoutent le lobby anti-nucléaire financé par les pétrolières, les soviets un certain temps, et les malthusiens (Greenpeace: c’est vraiment pas sérieux, c’est une multinationale multimillionnaire de la peur, avec un budget bien plus grand que le réel lobby nucléaire-à ne pas confondre avec tous les scientifiques du nucléaire et des médecins radiologistes – même un fondateur a quitté pour leurs méthodes mensongères et de propagande; au QC, l’«expert» de Greenpeace était Stéphane Guilbeaut, ayant une formation en théologie… et je connais une fille travaillant à la communication qui ne connait que dal de science et elle l’admet elle-même… )., la demi-vie d’un atome est le temps que met 1g de matière pour arriver à 0,5g en se désintégrant: plus le temps est cours, plus la radiation émise est dangereuse car plus intense, par contre ça dure pas longtemps; plus la demi-vie est longue, moins il y a de désintégration par seconde et moins la substance est dangereuse; on rappellera que des substances tout aussi dangereuse que le cyanure, plomb, etc durent éternellement): et bien l’iode radioactif n’a qu’une demi-vie de 8 jours (donc rapidement son danger est moindre): c’est là substance qui peut causer des cancers de la thyroïde chez les jeunes et qui tua, parce que consommée, des dizaines de jeunes (ce cancer se soigne à 90%) à Tchernobyl (type de réacteur qu’il faut évidemment bannir!)

    On parle d’Hiroshima et Nagazaki: êtes vous si ignorants pour savoir qu’il y a eu de nombreuses bombes plus puissantes qui depuis ont explosées?: Tcherno, c’est 200 fois moins d’émission de radiation que les 543 bombes qui explosèrent depuis.

    La moyenne naturelle est de 2,4 mSv (voir les liens plus bas pour le lecteur curieux):
    Pour un habitant de l’hémisphère nord: c’est environ 0.045 mSv qui fut reçu de Tchnerno; dans les zones les plus contaminées, c’est environ 1,4 mSv en Ukraine (très très en deça des doses où il y des effets). (plus élevé dans le réacteur : et c’est là que furent les travailleurs).

    Votre rapport de NY: ah oui, vous voulez dire celui financé par Greenpeace… Qui n’est qu’une traduction de trois chercheurs russes qui attribuent tous les morts à la radiation, avec une méthodologie complètement douteuse, sélective et une attribution de tous les cancers possibles aux radiations très faible… (les seules doses de radiation létale furent l’iode (ie cancer de la thyroide) et de leucémies pour les travailleurs qui ont été directement sur le site trop longtemps (et on parle pas en millions, mais en deçà 1000 décès; le reste, les radiations furent trop faible pour provoquer quoi que se soit; les autres types d’énergies causent plus de mort par kw/produit et pas avoir d’énergie, c’est encore plus mortel). Effectivement, il y aura plus de mort dans les années qui viennent: nous sommes déjà à 25 ans après la catastrophe! Vous savez, la mort est une fatalité pour tous. (Et il ne faut pas oublier que la Russie, l’Ukraine ont subit des thérapies de choc néolibéral qui ont diminué dramatiquement les niveau de vie de la population et l’accessibilité au soin).

    On lira cette revue de cette pseudo-étude, dont on cherche vainement les millions de morts (et les bizarreries de l’académie..)
    http://atomicinsights.com/2011/10/devastating-review-of-yablokovs-chernobyl-consequences-of-the-catastrophe-for-people-and-the-environment.html
    http://atomicinsights.com/2012/08/challenging-nyas-decision-to-keep-yablokovs-chernobyl-fiction-online.html

    On lira le autrement plus sérieux rapport de UNSCEAR de la communauté scientifique, dont des médecins expert en radiologie (aucunement tenu en compte par les auteurs de l’étude) http://www.unscear.org/unscear/en/publications.html (qu’évidemment les anti-nucléaires, ces bons petits militants contre le ‘puissant’ lobby nucléaire, évitant bien sûr de dire qu’eux-mêmes n’existent que grâce au autrement plus puissant lobby pétrolier et aux oligarques anglo-américain qui financent, à travers le Club 1001 (mettez-le dans votre chercheur favori) le WWF qui désespèrent de voir les pays du tiers-monde se développer (en plus, ils ont la peau foncée…).

    Mécanisme réparateur: encore une fois, vos connaissances m’épatent!! Un peu biologie, ça vous dirait?
    Saviez-vous que nous avons environs (c’est approximatif!) 100 billions de cellules, que dans chaque cellule, environ 240 000 ADN se brisent chaque jours pour diverses raisons (incluant radiation). La plupart sont réparées dans les secondes ou minutes suivantes: il y a environ 130 ADN gènes réparateurs; il y a parfois de mauvaise réparation (avec une telle quantité!): soit ne se passe rien, soit il y a une mort programmée de la cellule qui s’enclenche, soit certains effets biologiques, dont un cas rare possible comme le cancer.
    Je n’entrerai pas ici dans les détails, mais la probabilité qu’un cancer est extrêmement faible de cette manière. (ie quand les radiations sont basses, pas de problème pour le corps humain: même que les études montrent qu’au contraire, il y aurait des effets bénéfiques des faibles doses, car stimule le système humanitaire). C’est de cela qu’il était question. Phénomène bien connue en biologie…
    Pour le cas spécifique qui nous intéresse:
    http://www.nwmo.ca/uploads_managed/MediaFiles/551_32_NWMO_background_paper.pdf p.55 du PdF.

    Et pour le lecteur voulant connaître et comprendre les unités de mesures, c’est important, car les charlatans aiment parler en bequerel avec des gros chiffres (nombre de désintégration par seconde) sans donner aucun outil de comparaison permettant d’avoir des proportions, on lira
    http://www.polymtl.ca/nucleaire/docs/documents/BAPE_DR_V2.pdf
    Pour ceux lisant l’anglais, ce bon condensé qui met très bien les choses en perpectives et permet de sortir des sophismes comme vous les faites (demi-vérité, explication grossière, jouez sur les émotions, jamais de comparaison; jamais d’explication de la science nucléaire en général, de la radioactivité, de l’effet de la radioactivité sur le vivant selon la dose, etc.):
    http://www.ecolo.org/documents/documents_in_english/VariousNuc.infos.Sutherl.EN.pdf
    Et existe de nombreux ouvrages fort intéressant:
    (http://www.edition-sciences.com/nucleaire.htm ici mélange entre ouvrage plus technique et de vulgarisation; on pourra notamment lire: Nucléaire, pas de panique )
    On pourra lire aussi:
    Les 10 plus gros mensonges sur le nucléaire
    http://www.journaliste-enqueteur.com/attachments/File/Crousier_ENPC.pdf

    Etc.

    Pas besoin de répondre, je ne reviendrai plus: si oui: je mettrai une question courte à la fois en attendant votre réponse: sinon, on va du coq à l’âne et on ne peut jamais trouver le vrai. On pourra faire un vrai dialogue socratique et examiner chaque proposition et en faire le tour (incluant indiquer les connaissances nécessaires pour être sûr de pouvoir bien juger: il faudra probablement expliquer en détail ce qu’est la radioactivité, demi-vie, les unités de mesures (cruciaux, sinon on est dans l’ordre du fantasme et de l’irrationnel: aucune science ici).

    Répondre
    • avatar
      2 novembre 2012 à 2 02 48 114811
      Permalink

      asiq
      insuslter, comme vous le faites, en me traitant de mystificateur, est la preuve que vous êtes à court d’arguments, et tous les copiés collés du monde d’une parfaite foi que vous nous proposez pourrait me faire sourire, s’il ne s’agissait pas de s’interroger sur la survie de l’espèce humaine.
      comment peut-on encore aujourd’hui défendre le nucléaire, sachant que depuis plus d’un demi siècle nous n’avons toujours pas de solutions pour nous débarrasser des montagnes de déchets produits, a part les balancer dans la mer, ou les stocker pour des milliers d’années.
      chacun sait que les enterrer et les recouvrir est la pire des solutions, sachant que personne ne peut prévoir la pérénité et l’étanchéité des containers…
      idem pour le démantèlement des centrales nucléaires, lequel a été sous estimé d’un facteur 10, et qu’il faudra bien payer un jour ou l’autre.
      ce n’est que le jour ou le chiffre réel de l’électricité nucléaire apparaitra sur votre facture que vous commencerez manifestement à vous poser la question.
      quand a votre déni du travail remarquable des universitaires de New york, il est parfaitement scandaleux.
      vous devriez au moins avoir un peu de respect pour ce million d’êtres humains qui ont laissé leur vie à cause de la catastrophe nucléaire.
      au delà du macabre décompte, dont vous affirmez sans preuve qu’il aurait été financé par greenpeace, quand bien même il aurait été financé par le pape ou par l’union des consommateurs, je ne vois pas bien ce que ça changerait au résultat.
      nous avons aujourd’hui largement les moyens, sans nous priver, de nous passer du nucléaire, comme je l’ai prouvé dans plusieurs articles, alors pourquoi persister dans l’erreur?
      le ciel vous tienne en joie.
      🙂

      Répondre
  • avatar
    2 novembre 2012 à 9 09 19 111911
    Permalink

    Et hop, un autre épouvantail de votre chapeau…

    Donc, revenons sur la centrale au Japon:
    Vous avez affirmez que ce fut la cause d’une erreure humaine et nom du tremblement de terre doublé du tsunami: éclairez nous et cette explication doit aussi rendre compte de pourquoi les réacteurs situés plus haut non causé aucun problème?

    La seule manière de dire que se fut humain, mais je suis prêt à changer d’opinion, contrairement à vous j’imagine, si vous me le démontrer: c’est qu’avant la catastrophe naturelle, la compagnie n’est pas installer des pompes qui fonctionnes à l’air; ou encore que n’est pas les substances qui recombinent l’hydrogène (ce qui existe) pour éviter une explosion. Autrement j’attends vos lumières SVP!

    (déchet: le lecteur francophone est invité à lire ce document:
    http://www.polymtl.ca/nucleaire/docs/documents/BAPE_DR_V2.pdf
    Chercheur de polytechnique.
    On remarquera d’abord que la quantité de déchet nucléaire est très petite en quantité, car le merveilleux du nucléaire, cette qu’on produit énormément avec peu (ce que déteste l’oligarchie malthusienne comme la fondation Rockfeller qui lança les campagnes anti-nucléaire dans les années 70s: ne voulait surtout pas d’une énergie abondante et peu coûteuse dans les pays en voie de développement, au malheur…) Secundo, on remarquera qu’on produit des déchets chimiques toxiques en énorme quantité et de manière bien plus grande en proportion que le nucléaire (vous en parlez jamais de cela, n’est-ce pas?), tout aussi toxique et surtout éternel contrairement aux ‘déchets’ nucléaire qui deviennent de moins en moins dangereux avec le temps, car dans 10 milles ans, ce n’est pas le problème de radiation externe le problème: c’est l’ingestion, au même titre que d’avaler du sélénium ou du plomb.
    Et personne ne garantit des sites d’enfouissements pour des millions d’années, c’est absolument pas nécessaire: la radiation sera tellement diminué que plus aucun danger. Et il s’agit de piéger le peu d’éléments problématique (on peut calculer le poids exacte de quantité de déchets que vous vous gardez bien de dire, évidemment il faut le sensationnalisme) avec le processus de vitrification, ensuite dans un container et ensuite bien enfoui (et il a y eu des réacteurs nucléaires naturelles enfouies comme à Okli au Gabon; de même l’Uranium en Saskatchewan est dans des zones stables depuis des millions d’années). Mais en fait, cette solution est stupide, ça serait comme enterrer de l’or ou du diamant!! Car les réacteurs actuels ne ‘brûlent’ qu’environ 1% du combustibles. Et les écolos toujours à nous parler de recyclage (ce qui est très bien!), ici reste muet et surtout ne veulent même que se soit possible, ne mentionne pas qu’on peut, avec des surgénérateurs, recycler à 95% les ‘déchets’ et ainsi produire encore plus d’énergie avec encore du peu de déchet existant.)

    Répondre
    • avatar
      2 novembre 2012 à 11 11 16 111611
      Permalink

      asiq
      c’est largement expliqué, avec toutes les preuves, dans les articles précédents.
      ils sont sur ce site, et sur agoravox
      normalement, c’est dans l’un des derniers parus
      Les normes sont-elles normales ?

      Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

      Fukushima, l’en pire Japonais

      Le mensonge nucléaire de Sarközy

      Palmiers contre nucléaire

      Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

      Fukushima, les limites du cynisme

      Ce cher nucléaire

      Nucléaire, de la fission aux fissures

      La fable du thorium

      L’hallali nucléaire

      Fukushima, à 2 doigts du pire…

      Répondre
  • avatar
    2 novembre 2012 à 12 12 41 114111
    Permalink

    «Et il s’agit de piéger le peu d’éléments problématique (on peut calculer le poids exacte de quantité de déchets que vous vous gardez bien de dire, évidemment il faut le sensationnalisme) avec le processus de vitrification, ensuite dans un container et ensuite bien enfoui (et il a y eu des réacteurs nucléaires naturelles enfouies comme à Okli au Gabon; de même l’Uranium en Saskatchewan est dans des zones stables depuis des millions d’années).»

    On remarquera ici la nécessité de faire appel à des zones stables, ce dont le Japon manque cruellement. On a d’ailleurs agrémenté son sous-sol d’un collisionneur. Par ailleurs même en présence de zones stables, il y a des foreurs qui parcourent la planète avec un plan semblable à ceux qu’on remet avant une course au trésor. Un gros X là où il faut creuser.

    Je n’apprendrai à personne qu’il y a des permis de forage sur les terrains même de la centrale Gentilly, ce qui paraît aller à l’encontre d’une stabilité du sol (pour ne pas dire du gros bon sens) et ouvre la porte à des accidents.

    Ainsi donc, même si on essaie d’assimiler un discours rassurant, il reste toujours ce sur quoi l’individu n’a aucun contrôle: la nature et la folie humaine, ce qui est au coeur des inquiétudes d’une multitude de personnes qui ne sont plus estomaqués devant la nature scientifique des discours mais sont devenus vigilants face aux fruits qu’on produit ses discours, fruits qui sont de plus en plus amers.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *