Gabriel Nadeau-Dubois coupable d’outrage au tribunal


PHILIPPE DAVID

L’ancien leader de la CLASSE a été reconnu coupable d’outrage au tribunal. Le juge affirme que GND a encouragé les étudiants à défier l’injonction obtenue par Jean-François Morasse. Celui-ci s’était tourné vers les tribunaux afin de pouvoir suivre son cours universitaire. Sur les ondes de Radio-Canada, le leader étudiant avait clairement demandé à ses camarades de ne pas respecter le jugement de la Cour supérieure du Québec. On doit saluer le bon jugement du magistrat dans ce dossier. Il faut que cela soit clair, personne n’est au dessus des lois. Le geste de GND est inacceptable et il doit être dénoncé. Dans un pays démocratique, on ne peut pas encourager la désobéissance civile comme l’a fait l’ancien porte-parole de la frange radicale du mouvement étudiant. Le petit anarchiste joue à la victime et il affirme que c’est une attaque sa liberté d’expression, elle est bien bonne. Il y a des limites à cette liberté d’expression et on ne peut pas remettre en question la légitimité du pouvoir judiciaire dans un système démocratique. Gabriel Nadeau-Dubois mérite de payer pour son geste odieux et antidémocratique, point à la ligne.

L’apprenti syndicaliste a annoncé qu’il va aller en appel de ce jugement. C’est un geste tout à fait légitime de sa part. Je me pose la question suivante : Qui va payer les frais d’avocat du jeune homme? La réponse est l’employeur de Monsieur Nadeau-Dubois : la CSN. Les travailleurs de cette puissance centrale syndicale vont être heureux de payer (par l’entremise de leurs cotisations syndicales) les frais juridiques de GND. Je vais continuer dans l’indécence syndicale. La Fédération des enseignants de cégep a annoncé son désir d’aider financièrement la pauvre victime dans sa cause en appel. Cela ne me surprend pas. La majorité des professeurs du réseau collégial est gauchiste. En tout cas, Gabriel Nadeau-Dubois n’aura pas de problème d’argent car il peut compter sur l’appui financier du puissant syndicalisme québécois.

Un jour, il va falloir remettre en question la fameuse Formule Rand. Il ne faut pas compter sur l’ami des grandes centrales syndicales pour toucher à cela : le gouvernement Marois.

Ecrit par : Simon Leduc le 5 novembre 2012.

6 pensées sur “Gabriel Nadeau-Dubois coupable d’outrage au tribunal

  • avatar
    10 novembre 2012 à 19 07 48 114811
    Permalink

    Je suis bien d’accord avec vous que GND est coupable… selon la loi. Mais la réalité sociale, au Québec, a été une saison « révolutionnaire », laquelle, par définition, a été un défi à la loi. Cette saison s’est terminée par une victoire de la « révolution » en deux temps: l’élection du PQ et l’annulation des mesures dont les « révolutionnaires » demandaient l’annulation. Il faudrait donc être cohérent.

    La justice n’a pas d’autre choix que de respecter la loi, mais quand une révolution réussit, elle doit au minimum tenir indemnes de leur comportement illégal ceux dont ce comportement a assuré sa victoire.

    Il faut se souvenir que Madame Marois a arboré le Carré rouge, en pleine connaissance des déclarations de GND dont on décide maintenant qu’elles sont un outrage au tribunal. Si outrage il y a eu, Madame Marois en a été complice.

    Il serait odieux, méprisable, qu’elle laisse GND être puni pour ce « crime ». Elle doit donc d’abord changer ce qu’il faut pour que rétroactivement il ait été légitime pour GND de défier la loi, mais elle doit, AUSSI, trouver une façon de « gracier » GND… Il va falloir que les juristes fassent preuve d’ingéniosité…

     PJCA

    Répondre
    • avatar
      10 novembre 2012 à 20 08 17 111711
      Permalink

      Tout à fait d’accord avec vous. Merci pour ce commentaire qui rend justice aux faits. Cela me surprend de voir que l’on peut, encore aujourd’hui, nier que des changements importants doivent avoir lieu. Évidemment, cela ne fait pas l’affaire de tout le monde.

      Répondre
  • avatar
    10 novembre 2012 à 20 08 12 111211
    Permalink

    Je suis bien d’accord avec vous que GND est coupable… selon la loi. Mais la réalité sociale, au Québec, a été une saison « révolutionnaire », laquelle, par définition, a été un défi à la loi. Cette saison s’est terminée par une victoire de la « révolution » en deux temps: l’élection du PQ et l’annulation des mesures dont les « révolutionnaires demandaient l’annulation. Il faudrait donc être cohérent.

    La justice n’a pas d’autre choix que de respecter la loi, mais quand une révolution réussit, elle doit au minimum tenir indemnes de leur comportement illégal ceux dont ce comportement a assuré sa victoire.

    Il faut se souvenir que Madame Marois a arboré le Carré rouge, en pleine connaissance des déclarations de GND dont on décide maintenant qu’elles sont un outrage au tribunal. Si outrage il y a eu, Madame Marois en a été complice.

    Il serait odieux, méprisable, qu’elle laisse GND être puni pour ce « crime ». Elle doit donc d’abord changer ce qu’il faut pour que rétroactivement il ait été légitime pour GND de défier la loi, mais elle doit, AUSSI, trouver une façon de « gracier » GND… Il va falloir que les juristes fassent preuve d’ingéniosité…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    11 novembre 2012 à 7 07 58 115811
    Permalink

    « Il y a des limites à cette liberté d’expression et on ne peut pas remettre en question la légitimité du pouvoir judiciaire dans un système démocratique. »

    Voilà le gros avantage que nous avons sur la monarchie et tout régime totalitaire. Cela me rassure.

     » Le juge affirme que GND a encouragé les étudiants à défier l’injonction obtenue par Jean-François Morasse. »

    Dans ce cas, le juge s’est gouré; GND parlait de l’injonction de l’étudiant précédant, celui qui a laissé tomber ses cours trois semaines plus tard.

    Par contre, heureusement que Morasse était là parce que ceux chargés de défendre « la légitimité du pouvoir judiciaire » ne s’étaient pas rendus compte que GND défiait la loi et ne portaient pas d’accusation. Ce qui prouve qu’il faut se « tenir les coudes ».

    AL

    Répondre
  • avatar
    11 novembre 2012 à 12 12 24 112411
    Permalink

    « Il va falloir que les juristes fassent preuve d’ingéniosité… » C’est déja fait …. Yves Boivert de La Presse a sonné le tocsin et les professeurs de droit et avocats sont a démolir par le menu le jugement … Un pauvre juge qui a fait son boulot est à se faire malmener…

    Ppurquoi avoir gardé la plainte contre GND ET SEULEMENT CELLE LA , alors qu’on a annulé toutes les autres retombées de cette affaire des Carrtés rouges ? Qui veut un gros buzz ?

    Le maximun d’impact, ce serait GND axu travaux communautaires avec quelques milliers de manifestants pour l’encourager chaque jour dans son dur labeur…

    Une fin de semaine en tôle, avec des milliers de supporters faisant une vigile avec des chandelles et des torches, ca ne serait pas mal non plus

    Une société, hélas, peut vivre dans l’injustice et la violence, mais elle ne peut pas vivre sans une certaine cohérence. Quand on a une Carré rouge comme premier ministre et le tribun des Carrés gouges en prison, il y a une incohérence qu’un certain cynisme peut penser voulue… Je suis curieux de voir comment ca finira… ce qui seul permettra de comprendre ce que l’on cherche à faire.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      11 novembre 2012 à 19 07 01 110111
      Permalink

      Tout à fait de cet avis.

      Peut-être faire taire par la peur les futurs leaders en puissance de tout mouvement non contrôlé et en non conformité avec un Système bien en place est-il l’objectif final?

      Une société de droit ne résiste au temps que si une majorité de citoyens y adhère sans contestation.

      DG

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *