Georges Frêche: bye bye !

REUTERS/J.P. PELISSIER

Georges Frêche, le Président de la région Languedoc-Roussillon s’en est allé. Il était réputé autant pour ses réalisations que pour ses provocations…Derrière tout ça, beaucoup de mensonges, ces contrevérités qu’on annonce pour faire barrage à un adversaire. Je salue l’homme, surtout ses réalisations, et rien d’autre parce que je ne suis pas un lyncheur et un imbécile.

Les hypocrisies solférinesques me désole. Quand on sait que Martine Aubry avait tenté de mettre lors des Régionales quelqu’un d’autre à la place de Georges Frêche, en l’occurrence mon amie Hélène Mandroux envoyée au front sans armes ni soldats, une grosse faute de la gauche, c’est triste. Et ceci, parce que Georges Frêche avait dit : «Si j’étais en Haute-Normandie, je ne sais pas si je voterais Fabius. Je m’interrogerais. Ce mec me pose problème. Il a une tronche pas catholique. Mais ça fait rien, peut-être que je voterais pour lui, mais j’y réfléchirais à deux fois.» Il répondait aux attaques de l’ancien premier-ministre. Elle salue « un grand élu visionnaire et bâtisseur dont le nom restera à jamais lié à Montpellier et à sa région ». Quand on sait qu’il était un ultra sioniste même, l’accuser d’antisémitisme -l’arme fatale-, était simplement ridicule, de la part de Solférino ou de la presse.

Je ne retiens pas de l’homme ses saillies, entre autres «Allez avec les gaullistes à Palavas. Vous y serez très bien! Ils ont massacré les vôtres en Algérie et vous allez leur lécher les bottes! Mais vous n’avez rien du tout! Vous êtes des sous-hommes!». Contrairement aux affirmations mensongères de la presse et de ses adversaires, il ne s’adressait qu’à ce groupe et non à l’ensemble des harkis. D’ailleurs la justice l’a reconnu. Ou encore son fameux « il y a trop de noirs en équipe de France », propos tenus aussi par….Bernard Kouchner, Finkielkraut ou encore feu Sevran et la bite des noirs, ces trois derniers absous pas les organisations mafieuses dites antiracistes et Frêche traîné dans la boue alors qu’en réalité, il voulait dire que les blancs, en football, en France, sont nuls…

La disparition de Georges Frêche risque de créer de vrais problèmes lors des primaires socialistes. Il avait dernièrement déclaré qu’il voterai pour Dominique Strauss-Kahn, après avoir été un franc soutien de Ségolène Royal que les militants languedociens préfèrent. Au-delà des hommages en demi-teinte dont certains fondamentalement ridicules comme ceux de Girard et de certains hommes politique, notamment de gauche, Georges Frêche était un grand homme, n’en déplaise aux esprits chagrins…

Adieu Monsieur !

Ajout: 9h36. Merci à Daniel pour cette vidéo dans laquelle Bernard Kouchner cherche des blancs dans l’équipe de France.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *