GUERISSEURS MÉCHANTS ! Garder en laisse…

 

MARIE-CLAUDE MALBOEUF  de La Presse tape aujourd’hui très fort sur tous ces gens qui, sans titres ni diplômes autres que ceux qu’ils s’attrbubent, se permettent de jouer sur le corps humain ou sa psyché pour en corriger les failles vraies ou supposées.  Bon. Excellent. Nous vivons dans un monde ou le désespoir engendre la crédulité.   Ces gens font  peut-être plus de mal que de bien et, personnellement, je ne me mettrais pas entre les mains de n’mporte qui.  Mais… il y a un bémol a mettre. Il ya en a même deux ()2) , si on veut être parfaitement honnête.

Le premier – de loin le plius important –  est qu’il faudrait profiter de cette saine méfiance  envers ceux qui disent n’importe quoi pour raccourcir un peu la laisse de ceux qui disent trop exactement ce qu’il faut dire.  Stop aux charlatans, bien sûr. Mais qu’est-ce qu’on fait pour ceux qui ONT le diplôme et le titre et font des âneries en cascades, en cabinet, dans les urgences, les cliniques, les hôpitaux ? J’ai ouï de bien des erreurs récemment…

Depuis lontemps j’y pense beaucoup avant de consulter un médecin. Trop de médicaments dont on découvre qu‘ils sont inutiles, nuisibles… parfois mortels. Trop d’analyses coûteutes dont la nécessité est douteuse, trop de diagmosctics non-sollicités, trop d’efforts pour des gestes de «précaution » qui sortent de ce qu’une prévention bien comprise devait avoir de naturel, pour entrer dans le domaine de ce qui est une promotion crasse des produits qui sont le fond de commerce de l’industrie phramaceutique.

Il y a trop de médecins dont la mise à jour des connaissances est laissée aux soins des vendeur de pilules, trop de politiques de santé qui forcent la vente a grand frais de vaccins.  Sus aux guérisseurs incompétents ! Mais ne laissez pas les plus dangereux sans surveillance.

Le deuxieme bémol a mettre, c’est qu’il ne faut pas oublier qu’il a fallu bruler bien des gens comme sorciers pour que la médecine se développe.  Les grands bonds en avant viennent des marginaux.  Parmi  toutes les invraisemblances des guérisseurs, n’y a-t-il pas du VRAI que la médecine officielle, coincée dans ses intérêts et ses certitudes, ne veut pas voir ?

 

Pïerre JC Allard

6 pensées sur “GUERISSEURS MÉCHANTS ! Garder en laisse…

  • avatar
    27 septembre 2012 à 14 02 38 09389
    Permalink

    Pierre,

    Je suis d’accord sans l’être complétement !

    D’ailleurs tout comme ton article le laisse penser.

    Nous sommes dans le sens de la contre vérité.

    Tu ne penses pas certaines personnes par causes de souffrances de tous ordres feraient n’importe quoi

    Il s’agit d’affaire tout le temps de relationnelle, cela j’en suis persuadé et ce ne sont pas les diplômes qui font la valeur.

    Par contre toi comme moi et bien d’autres, nous avons parcouru le monde entier ou presque et les histoires de « faux marabouts ou vrais magnétisseurs » sont toujours d’actualités en tous domaines, tu ne le crois pas?

    Tu verras le verras le lien merci de me livrer ton sentiment de « magistrat ».

    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    27 septembre 2012 à 18 06 58 09589
    Permalink

    @ Panda nous parlons de deux thèmes bien dfferents. Tu évoques un « cas ». Une situation spécifique où un individu a ou n’a pas commis un faute. A la justice d’en décider au vu des faits, de la loi de la preuve, etc. Je parle de tout autre chose.

    Je parle d’un SYSTEME, d’une attitude prévalente, d’un cadre de référence qui découlent de décisions sociétales et qu’il nous appartient donc a tous de lutter pour changer

    Le cas que tu soulèves est, comme tant d’autres, une manifestation extrême d’une médecine déshumanisée devenue ‘bizness’ qui permet qu’en tirent profit des imbéciles et des salopards. Mais on est ici dans les cas d’espèces et il y en aura toujours.

    Presque invisible derrière ces tragédies, il y a cependant aussi le réseau dense des péchés véniels, des examens inutiles, des prescriptions de complaisance, des billets de médecins pour les copains… des MILLIARDS qu’on fait dépenser à l’État en abusant de la crédulité des profanes pour satisfaire la cupidité de quelques-uns.

    Ce qu’on peut faire, c’est organiser médecine et pharmacie pour qu’ils ne facilitent pas ce genre de comportements, mais en dissuadent. C’est un « vaste programme’.. mais il faudrait commencer.

    Ici quelques article pour ceux que la santé et la médecine intéressent http://wp.me/P59O0-5N

    Pierre JC Allard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *