HAÏTI ET LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Rarement aura-t-on fait référence avec autant d’insistance à la communauté internationale pour analyser et confirmer les résultats du premier tour de scrutin pour les présidentielles. C’est maintenant fait, le rapport sera remis officiellement au Président et au Conseil électoral, mais déjà des fuites permettent de confirmer que le candidat proche du parti au pouvoir, Jude Célestin, passe au troisième rang et que l’OEA recommande que les participants au second tour soient Mirlande Manigat y Michel Martelly, le chanteur. Ce dernier serait passé au second rang avec une majorité de 3000 voix sur son plus proche rival, Jude Célestin. Dans le présent cas, la communauté internationale, représentée par l’OEA, se ramène aux États-Unis, au Canada et à la France, les trois pays identifiés par l’OEA pour participer à cette révision du recomptage des votes. Dans un article antérieur (http://www.vigile.net/Comment-repre…) j’ai eu l’occasion de commenter cette façon de faire.

À l’occasion du premier anniversaire de ce terrible tremblement de terre les forces les plus sécurisantes de la dite communauté internationale, se donnent rendez-vous. Il y la représentante du Congrès des États-Unis, la républicaine d’origine cubaine, Ileana Ros-Lehtinen, bien connue pour ses prises de position anti-Chavez et ses nombreux appuis aux actions terroristes contre Cuba. Le Vatican sera également au rendez-vous avec son représentant spécial le cardinal Robert Sarah qui apportera un don de 1 200 000 $ de la part du Pape. La Presse internationale sera évidemment là pour mettre en relief le travail extraordinaire de la communauté internationale qui est parvenue à résoudre le problème du recomptage des votes au premier tour du scrutin présidentiel.

L’occasion sera toute désignée pour appeler à l’unité les forces humanitaires afin d’affronter le grand défi de la reconstruction. Les bourses pourront se délier et les argents promis, il y un an, pourront enfin arriver sous forme de divers services d’ingénierie, de services de santé, de matériaux de toute espèce. La solidarité internationale enfin à l’œuvre au service d’un peuple mal aimé par la nature et le destin. Premier pays des Antilles et de l’Amérique latine à avoir conquis son indépendance en 1804, il aura appris avec les années que le destin, aidé par certaines forces humaines, ne lui aura pas permis d’en jouir longtemps.

Tout cela est bien beau, mais rien de moins certain que tout entrera dans l’ordre de cette communauté internationale encore mal définie. Ce matin, dans Prensa latina, Fidel Castro fait appel à cette autre communauté internationale qui forme l’Assemblée générale des Nations Unies et à celle formée par les pays de l’Amérique latine, pour qu’on évite l’horreur de nouveaux bains de sang à ce peuple déjà amplement éprouvé. Il craint que le candidat, proche du gouvernement et qu’a écarté l’OEA pour le second tour se résiste à une telle opération de prise de contrôle du scrutin et que ses partisans se révoltent eux aussi devant une telle ingérence des États-Unis, du Canada et de la France qui ont placé leurs pions sous le couvert de l’OEA.

Il semble qu’il est temps que la dite communauté internationale élargisse ses bases de manière à rejoindre la véritable communauté internationale, seule en mesure de donner de la crédibilité aux actions entreprises. La paix recherchée par la manipulation et la tromperie ne saurait apporter la stabilité si nécessaire au peuple Haïtien. Une autre fois ce sera le peuple qui paiera la note.

Oscar Fortin Québec, le 11 janvier 2011-01-11


avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

4 pensées sur “HAÏTI ET LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

  • avatar
    21 janvier 2011 à 5 05 17 01171
    Permalink

    Alors que le Président Préval a fait savoir que l’ordre des candidats pour le second tour demeurerait celui initialement arrêté par le Conseil électoral provisoire, et que les recommandadations de l’OEA seraient prises en considération dans le cadre des procédures de contestation, la représentante des États-Unis, au Conseil de sécurité,exige que Préval accepte les recommandations de l’OEA quant aux candidats pour le second tour. Elle parle de démocratie, du respect de la volonté du peuple Haïtien…

    Elle oublie de dire que seulement 22,9% de l’électorat ont été voté et que les candidat au second tour ont obtenu respectivement 6% et 4% de cet électorat. Où commence le peuple et où finit-il? Où commence la démocratie et où s’arrête-t-elle?

    http://www.vigile.net/Haiti-et-le-vote-populaire

    http://www.cepr.net/index.php/other-languages/french-press-releases/une-verification-independante-des-resultats-des-elections-a-haiti-revele-des-irregularites-massives-au-dela-de-celles-constatees-par-loea-et-le-cep

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2011 à 7 07 18 01181
    Permalink

    Au nom de toute l’équipe de toute l’équipe de CentPapiers, j’aimerais vous souhaiter la bienvenue!

    Nous sommes heureux de pouvoir vous lire ici.

    Votre billet touche un point important: l’aide humanitaire, les désastres sont devenus une business. L’important n’est plus d’aider, mais bien de générer de l’argent, contrôler et se dorer une image publique.

    Une infime partie de nos dons se rendent vraiment aux gens qui en ont le plus besoin. Un coup que le blast médiatique est passé, on ne s’occupe plus des victimes. Les Haïtiens sont toujours dans la misère causé par le tremblement de terre de l’année passée, les gens vivent encore dans des tentes et des abris de fortune et le choléra sévit partout, une gracieuseté des forces de l’ONU qui on apporté le virus sur l’île via son personnel.

    Fantastique.

    Je vous invite à voir ce que j’avais publié sur le sujet. Une petite rétrospective historique pour mieux comprendre « les pauvres » Haïtiens.

    Haïti – Je me souviens

    L’hypocrisie générale des médias et des politiciens dans le cas des tenants et des aboutissants – de l’Histoire – d’Haïti, est tout simplement répugnante. On s’émeut de la catastrophe qui s’y est produit sans jamais parler du contexte dans lequel se trouve les Haïtiens depuis le début de l’arrivée des premiers empires colonialistes. Cette mise en contexte de la condition d’Haïti est non seulement absolument nécessaire pour comprendre pourquoi ce pays et sa population sont pris dans cette misère endémique, mais aussi par respect pour eux.

    Il n’y a pas plus irritant que de voir ces politiciens occidentaux et médias se demander de façon condescendante pourquoi est-ce que les Haïtiens semblent être incapables de s’autodéterminer et se sortir une bonne fois pour toute de cette misère cauchemardesque. S’ils possédaient ne serait-ce qu’une once d’honnêteté, ils se regarderaient dans le miroir et feraient un retour substantiel sur l’Histoire pour comprendre comment un pays et son peuple peut être détruit, anéanti, subjugué et dénié.

    La suite: http://les7duquebec.wordpress.com/2010/01/26/haiti-%E2%80%93-je-me-souviens/

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2011 à 7 07 44 01441
    Permalink

    Merci pour cette bienvenue sur Centpapiers que vous me souhaitez si aimablement. Je suis très touché par votre texte sur Haïti que vous me donnez en référence. Vous avez tout à fait raison de dire que tout évènement sorti de son contexte nous prive de ce qui lui donne vraiment un sens. Votre rappel historique de ce vaillant peuple au destin si tragique ne peut que nous inspirer dans cette lutte menée pour faire reculer les ombres de la désinformation et faire apparaître, autant faire se peut, la lumière de la vérité des choses, des personnes et des évènements. Encore une fois merci

    Répondre
  • avatar
    22 janvier 2011 à 11 11 27 01271
    Permalink

    Ce qui est effarent, c’est qu’ils parlent (les médias et nos politiciens) toujours des Haïtiens comme un peuple qui n’arrive pas à s’en sortir par lui-même, comme s’ils étaient des incapables et trop nonos pour s’organiser. La réalité est que les pouvoirs occidentaux les ont mis à genoux il y a très longtemps et les gardent dans cette position depuis. Haïti a été parasité et l’est toujours par des puissances étrangères qui font en sorte que le peuple Haïtien ne peut s’en sortir.

    Je suis furieux que seulement une petite fraction de l’aide humanitaire ramassée à l’aide de nos dons se soit rendue aux Haïtiens qui vivent toujours dans des refuges un an après la catastrophe. Des centaines de millions. Même la Croix-Rouge n’a déboursé qu’une infime partie de l’argent qu’on leur a donné pour la cause.

    Révoltant.

    Merci à vous de garder ce dossier vivant sur la scène de l’actualité. Un coup que les grands médias ont profité des images du désastre, on les ignore totalement médiatiquement parlant. C’est donc tout à votre honneur et c’est pourquoi nous sommes heureux de vous compter parmi nos auteurs réguliers sur CentPapiers.

    J’invite aussi les lecteurs à visiter le site personnel d’Oscar Fortin:

    http://humanisme.blogspot.com/

    Cordialement,

    François Marginean

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *