Harper, Marois, Kabila

Donc on continue d’aller dire à l’Afrique comment s’organiser après l’avoir bien organisée. Et par-dessus le tas Stephen Harper et Pauline Marois se rencontrent pour la première fois dans leurs fonctions officielles et «s’organisent» du bout des lèvres. Pauvre Canada, pauvre Québec qui regardent les autres du haut ce cette indécrottable condescendance occidentale post-coloniale dont ils sont aigrement tributaires.

Un fait cocasse dans le champs si crispé des petits symboles vides d’action. Quand le premier ministre français (Matignon) rencontre officiellement le premier ministre québécois, à coté du premier ministre québécois, il y a un seul drapeau, le fleurdelisé québécois, à coté du premier ministre français, il y a deux drapeau, le tricolore français et le pluristellaire européen. Je vous demande un peu qui à l’air folklorique et sectaire, dans l’affaire. À la conférence de Kinshasa, Stephen Harper est assis avec devant lui une petite affichette disant CANADA. À sa gauche, à un siège de distance Madame Marois est assise avec devant elle une petite affichette disant CANADA (Québec). Entre les deux, est assis un epsilon-tampon-biculturel avec devant lui une petite affichette disant: CANADA (Nouveau-Brunswick). Je vous demande un peu qui à l’air folklorique, divisé et boudeur, à cette heure. Oui, monsieur Kabila, oui, allez-y, ricanez. Ce sont ces trois chiens de faïence anglaise, fragiles, si fragiles, qui vont vouloir apprendre aux citoynes de votre pays à mettre de l’ordre dans leurs affaires de sous-continent multi-ethniue et polyglotte en guerre civile endémique.

Le Congo-Kinshasa, c’est soixante-douze millions d’habitants dans un des pays les plus immenses d’Afrique. Cette population est pauvre, mais aussi jeune, remuante, entreprenante, séditieuse, fonceuse. Qui a l’air emmerdé, certes, ensanglanté assurément, mais surtout, pris assis, tout petit, sur un haut fourneau quasi-incontrôlable ayant un immense avenir devant lui. Oui, ricanez, Monsieur Kabila. C’est jamais que le sommet, putride et guindé, de la Francophonie. Et, elle, CE N’EST PAS une organisation d’avenir.

Harper, Marois, Kabila ne sont pas des leaders d’avenir, eux non plus. Mais le Congo-Kinshasa, oh, la, la…

PAUL LAURENDEAU

 

2 pensées sur “Harper, Marois, Kabila

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *