Heureusement que j’ai confiance en mon Gou-bernement!!!

 

Heureusement que j’ai confiance en mon Gou-bernement!!!

 

 

Je le répète avec insistance : Heureusement que j’ai confiance en mon gou-bernement!!! (Veuillez m’excuser, j’ai une mauvaise grippe); car alors je serais assailli par de graves questions d’éthique.

La situation sociale actuelle se présente ainsi :

 

1)      Le Gou-bernement se retrouve enchevêtré dans des soupçons de filouteries au sujet du financement des partis politiques. Ce qui pourrait déclencher une « répercussion » grave, chez le peuple, dont on ne connait pas l’ampleur.

2)      Ce financement proviendrait d’un système de « collusions » pour octroyer les contrats publics par, entre autre, le ministère des transports, à des compagnies de constructions contrôlés par la mafia. On peut facilement considérer ces faits, reconnus publiquement, comme seulement  la pointe de l’iceberg.

3)      On veut donc trouver des coupables et incarcérer les criminels  au plus vite!!!

 

Les solutions politiques misent en place pour régler le problème sont actuellement les suivantes :

 

1)      On a créé, le 16 février 2011, l’UPAC qui se charge de contrôler les enquêtes criminelles sur ce système de collusion. Celui qui est en charge de l’UPAC est un ancien inspecteur de la sureté du Québec, M. Robert Lafrenière. Il est devenu sous-ministre de la sécurité publique en 2009;  première année où le parti libéral fut devenu majoritaire. Il n’est certainement pas en conflit d’intérêts.

2)      Une supposée « commission d’enquête » est finalement mise sur pieds pour débusquer et incarcérer les « responsables » de ces « crimes ».

3)      Depuis deux ans le premier ministre refusait la création d’une commission d’enquête publique. Ne pouvant plus s’opposer à la volonté du peuple, il accouche d’une commission d’enquête handicapée de tout pouvoir. Après deux revirement de 360 degrés (Trudeau, lui, n’avait fait qu’une seule pirouette devant la Reine), il refuse toujours, à chacune des sessions parlementaires, jusqu’à celle d’hier, d’accorder le pouvoir de contrainte à la juge France Charbonneau, commissaire en charge de cette commission d’enquête. Rien n’est changé depuis la création de cette commission, malgré les dires des médias et des députés au pouvoir.

4)      Pendant que le premier ministre tergiverse sur les pouvoir de la commissaire, la ministre du travail propose un projet de loi (loi 33) qu’elle dit vouloir promulguer INTÉGRALEMENT. On installe ensuite une commission parlementaire pour entendre les raisons de l’opposition à cette loi. Ceux qui s’opposent à l’abolition du « placement syndical », le font pour s’assurer que les « Fonds de ce placement » (187 millions) ne se retrouvent pas dans les goussets du gouvernement, c’est-à-dire la CCQ. Rien n’y fait, la ministre tient son bout et ne lâche pas, même devant l’évidence de l’incapacité de la CCQ à gérer le placement des employés. Cette commission parlementaire s’avère une farce inutile et coûteuse. On peut même ajouter que la « Lionne » Mme Lemieux et « bras droit » de la ministre, en charge de la CCQ, a déclaré publiquement que la CCQ ne voulait pas du tout se charger du « Placement » des employés de la construction. Ce qui n’est pas la première contradiction de ce gou-bernement. (À noter qu’au niveau de la vérification des « cartes de compétences » sur les chantiers, la CCQ a été obligée de demander l’aide des syndicats, ne pouvant pas gérer efficacement ce simple problème d’inspection).

5)      Hier, mercredi le 26-10-2011, la ministre du travail propose une autre loi : la loi 35 qui servira à sanctionner « certaines » pratiques frauduleuse dans l’industrie de la construction résidentielle. Le projet de loi prévoit «la création d’un fond de garantie dont la gestion sera confiée à la Régie du bâtiment du Québec.  À première vue, cela semble être la seule modification à l’ancienne loi 57 (2009) apportée par la loi 35. Selon Yvon Boivin, porte parole de La coalition Proprio-Beton : «Ils sortent le plan de garantie des associations d’entrepreneurs. … ». On peut se demander combien de millions seront demandés aux « bénéficiaires » pour la création du « fond de garantie » qui sera dorénavant géré par le Gou-bernement.

 

Historique des évènements politiques qui nous ont conduit à cette situation :

 

1)      8 Décembre 2008 le Gou-bernement Charest obtient la majorité. Leur mainmise sur le pouvoir(les deux mains sur le volant) se met en place.

2)      Nathalie Normandeau est vice première ministre, ministre des affaires municipales. Elle démissionnera lorsque le problème de collusion sera à son apogée.

3)      Monique Jérôme-Forget (la Dame de fer du Québec) est ministre des finances. Elle démissionne le 8 avril 2009, suite à la perte de 40 milliards de la Caisse de dépôt et de placement du Québec au début de février.

4)      Michelle Courchesne: ministre de l’Éducation, des Loisirs et du Sport, ministre responsable de la région de Laval. Elle y fout le bordel depuis ce temps.

5)      Yves Bolduc: ministre de la Santé et des Services sociaux. Il obtient ce poste avant même d’être élu député. Le 7 septembre 2011, il est écarté de ce ministère, car il n’y a plus assez de place (pour lui?) dans les corridors d’hôpitaux.

6)      Sam Hamad: ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. Il deviendra ministre des transports le 11 août 2010 et en sera écarté le 7 septembre 2011, lors de l’apogée du problème de collusion touchant ce ministère.

 

7)      David Whissel. Il était le ministre des transports qu’a remplacé Sam Hamad. Il démissionne de son poste avant que des allégations de conflit d’intérêts deviennent trop graves. Le premier ministre s’explique de la façon suivante : «L‘apparence d’intégrité de mon gouvernement est tout aussi importante pour mon gouvernement que l’intégrité elle-même». On ne peut qu’être parfaitement d’accord,  aujourd’hui. L’apparence est d’une importance CAPITALE pour ce gou-bernement. Surtout que M. Whissell possédait l’entreprise D’ASPHALTE ABC Rive-Nord qui fait des affaires d’or grâce à des contrats Gou-bernementaux.

8)      Robert Dutil, ministre du revenu deviendra ministre de la sécurité publique et leader adjoint du gou-bernement depuis le 11 aout 2010. Il est le frère de Marcel Dutil, président du groupe Canam inc. Il est évidemment très renseigné sur les « besoins » immédiats du ministère du revenu.

9)      Tony Tomassi, ministre de la famille (Hum!). Il a été démis de ses fonctions et exclu du caucus du Parti Libéral le 6 mai 2010 en raison de dépenses personnelles qu’il aurait fait avec une carte de crédit d’une compagnie privée alors qu’il était ministre. Il était, au même moment, au centre d’une controverse sur l’attribution de place en garderie par le gou-bernement. (Il aurait implanté un système de favoritisme). (Je me demande où il a bien pu trouver cette idée de favoritisme? Se servait-il de « post-it », serait certainement une question pertinente). Il est, actuellement, sous le chef de trois accusations au criminel.

10)   Lise Thériault, ministre déléguée à l’emploi et à la Solidarité sociale. Elle est ministre du travail depuis le 11 août 2010. C’est elle qui mène le combat ultime pour coller définitivement  les deux mains du premier ministre sur le volant. Pour ce faire, elle semble avoir la tâche de trouver des fonds susceptibles de « boucher les trous » dans le domaine de la construction qui pourraient être découverts par une commission d’enquête publique sur la construction.

 

Du moins c’est ce qui semble découler des travaux actuels du gou-bernement; et je m’explique :

Le rapport Duchesneau est rendu public par un « coulage » d’informations, après que le gou-bernement l’eut reçu depuis deux semaines. À noter que deux jours après ce coulage, le premier ministre n’avait pas encore lu ce rapport. Çela n’avait pas été nécessaire puisqu’il ne devait pas être rendu public. Il a même fait une conférence de presse avant de l’avoir lu. Il a dû, finalement, le lire le lendemain de la conférence de presse.

La pression populaire oblige, ensuite, le premier ministre de « faire semblant » de répondre aux vœux de la population. Il installe une commission d’enquête sans dents ni griffes. Il fait, par la suite, deux « virages de 360 qui n’avancent à rien; et il continuera, jusqu’à aujourd’hui, de refuser le pouvoir de contrainte à la Juge Charbonneau.

 

La raison est assez simple à percevoir :

Il n’a pas encore terminé d’assurer ses arrières, puisque la commission devra se pencher sur le financement des partis politiques depuis 15 ans. Il donnera ce pouvoir à la juge Charbonneau seulement lorsque la ministre du travail aura court-circuité les liens dangereux du gou-bernement avec la construction, au moyen des lois 33 et 35 qu’elle « fera accepter INTÉGRALEMENT » quoi qu’il se dise à la commission parlementaire.

-L’opposition du Parti Québécois fait en sorte de ne pas apporter d’arguments trop solides pour que M. Charest soit obligé de donner ce pouvoir. 15 ans, c’est probablement trop loin en arrière. Le premier ministre va jusqu’à accuser l’opposition de ne pas « faire confiance » à la juge. C’est d’un cynisme incroyable; car en fait, c’est bien lui qui ne fait pas assez confiance à la juge pour lui donner les pouvoirs NORMAUX d’une commission d’enquête publique. La juge Charbonneau est une habituée des procès au criminel (elle en a gagné 86 sur 87); et sait, beaucoup mieux que le premier ministre, comment ne pas bousiller une preuve policière qui devra servir à l’inculpation d’un criminel. La juge est plus que compétente pour protéger la preuve en se servant, avec discernement, des pouvoirs « NORMAUX » qu’elle devrait avoir comme commissaire principale d’une commission d’enquête. L’inquiétude et le manque de confiance est donc du côté gou-bernemental.

-Le premier ministre est en train de sauver ses intérêts qui est notre système démocratique « représentatif »  parce que ce système est, aujourd’hui, pourri de façon irrécupérable. Cette pourriture s’étend non seulement au système gouvernemental, mais possède la main mise sur le système économique, social, politique et financier de la province (L’évidence n’est pas encore établie au sujet du système judiciaire).

 

Il est même possible, suite à ce qui est dévoilé à la commission parlementaire sur l’industrie de la construction, que les syndicats soient les seuls à produire de l’efficacité administrative dans notre société.

Il est indubitable que les syndicats se servent de « gros bras » pour tenir les raines de leur pouvoir. Il est indiscutable que les syndicats « s’organisent » pour arriver à leurs fins. Par contre, si leurs syndiqués procèdent par votes secrets, les syndicats sont définitivement démocratiques. De plus, s’ils ont des représentants syndicaux sur chacun des chantiers pour chacune des spécialités, leur démocratie est « participative » beaucoup plus que « représentative ».

Il est aberrant de voir le gou-bernement reprocher aux syndicats de « collusions » pour placer leurs employés au travail (remarquablement sans post-it), d’administrer des « fonds » appartenant aux travailleurs (sans disparitions d’argent) et d’intimidation avec des « gros-bras » (mais sans forces policières), tout en étant obligé d’admettre l’excellente administration de ceux qui viennent témoigner à la commission parlementaire. Heureusement que la majorité des citoyens n’ont pas le temps de visionner ce travail de la commission parlementaire; car les médias ne pourraient pas n’en faire ressortir que la partie qui influence positivement le « travail » du gou-bernement.

Je pense que le gou-bernement marche actuellement sur des œufs. Il ne faudrait pas qu’il dépasse les bornes face aux 150,000 travailleurs de la construction. Ceux-ci ne sont pas reconnus comme étant des mauviettes sans colonnes vertébrales protégés par des « organismes armés ». Aussi longtemps que ceux-ci se disent prêts à travailler pour payer leurs comptes, les autorités peuvent continuer à déblatérer ce qu’elles veulent. Mais le jour où ces travailleurs se rendront compte que le gou-bernement ne vise qu’à s’approprier des « fonds » qu’ils ont accumulé par prévoyance et pour leur sécurité, ce gou-bernement ne pourra jamais contenir leur colère qui enflammera rapidement la colère de tous les autres travailleurs Québécois, de tous les domaines, qui sont actuellement, tous dans la même situation.

Advenant une telle réaction sociale, les autorités croient que la « force policière » pourra contrôler les manifestants. Je pense qu’ils rêvent en couleur quand je vois des policiers ne pas oser mettre sous arrêt des supposés « gros-bras » qui cassent des vitres, devant eux, au bureau de la CCQ.

Je doute de l’honnêteté de ceux qui affirment qu’une femme de la côte nord n’a pu se présenter à la commission parlementaire parce qu’elle fut victime de « coups de bottes de construction à cap d’acier », quand la preuve est faite, le lendemain, que ces « coups de bottes », elle les a reçus de la part d’un employeur et non d’un syndiqué.

Je doute de l’affirmation stipulant que deux femmes se sont retrouvées à l’hôpital de Havre-St-Pierre à cause de violence syndicale quand l’enquête démontre que cela ne s’est jamais produit.

Il est évident, pour ceux qui connaissent ces travailleurs que « des femmes maltraitées et abusées » est un sujet qui mettrait en rogne beaucoup plus de travailleurs de la construction que des membres des autorités policières et même gou-bernementales. Il ne faudrait pas mandater ces travailleurs de circonscrire ce problème social, même si certains d’entre eux pourraient en être coupable. Ce serait réglé assez rapidement et efficacement, je pense.

Finalement, vous pouvez constater que ma confiance en mon gou-bernement est complètement saturée de doutes, tout simplement parce qu’elle baigne dans une huile « colluée » depuis des décennies.

Mais je peux faire erreur et il est toujours possible que toute cette opinion personnelle est due à ma propension inconsciente naturelle aux « magouilles ». D’un autre côté, cette propension naturelle est peut-être ce qui me fait percevoir aussi facilement les magouilles évidentes de ceux qui nous dirigent.

Attention à tous!!! Car maintenant c’est le projet de loi no 23 qui entre en lice. Ce projet de loi touche les régimes de retraite. Heureusement que notre gou-bernement est au-dessus de tout soupçons.

Ajout de dernière minute:

Aujourd’hui, à l’émission MONGRAIN, un ancien membre important de la commission Cliche qui avait participé à l’enquête sur l’industrie de la construction et qui oeuvre dans le domaine depuis 45 ans et enseigne les relations de travail dans le domaine de la construction à l’université Laval , a été formel dans ses déclarations:

1) La loi 33 est de la fumée jetée aux yeux des citoyens.

2) L’énoncé-titre même de cette loi est faux face à son contenu.

3) L’industrie de la construction bénéficie d’une paix qui date de 25 ans, ce qui ne s’est jamais vu ou très peu souvent.

4) Le fameux « placement » ne concerne qu’au maximum 15% de l’industrie.

(Et la loi envisage d’imposer un joug sur 100% de l’industrie)

 

Mea culpa, si jamais c’est nécessaire.

Amicalement

André Lefebvre

 

 

 

 


16 pensées sur “Heureusement que j’ai confiance en mon Gou-bernement!!!

    • avatar
      28 octobre 2011 à 10 10 16 101610
      Permalink

      Merci Gaétan.

      Je vais continuer à décrire cette table. Son importance est plus que critique; car le rôle du gou-bernement ne devrait pas être pour améliorer l’impunité du « système » de collusion, mais plutôt pour le démanteler.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    28 octobre 2011 à 13 01 46 104610
    Permalink

    Bonjour André, très bon article. J’en apprends en te lisant. Ça n’a pas d’allure.

    Quelques dictons qui me viennent à l’esprit :

    Le passé est garant de l’avenir;

    Qui s’assemble se ressemble;

    Si ça marche comme un canard, caquette comme un canard et ressemble à un canard, c’est probablement un canard;

    😀

    Répondre
    • avatar
      28 octobre 2011 à 17 05 08 100810
      Permalink

      Ajoutons que M. Jacques Duchesneau, celui qui a monté le dossier sur la collusion, a été limogé (foutu à la porte) aujourd’hui, pour cause de déloyauté.

      Comme il est évident qu’il a été loyal envers les Québécois, c’est donc que ces mêmes Québécois font partie du même groupe déloyal que M. Duchesneau; ce qui nous indique ceux qui ne sont pas loyaux aux Québécois.

      Je le répète: M. Lafrenière est policier, en charge de l’UPAC, il est supposé être « indépendant » donc apolitique. Pourtant il est sous-ministre à la sécurité publique.

      Croyez-vous qu’il y aura plusieurs autres « Tomassi » qui seront traduit en justice?

      Ce n’est pas que le gou-bernement nous prend pour des « caves »; il sait qu’on le sait; mais il s’en fout puisqu’on ne réplique pas.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        28 octobre 2011 à 18 06 33 103310
        Permalink

        D’ou la très grande urgence de préserver le registre des armes de chasse.

        De quoi ils ont peur au juste?

        On pourrait rajouter que quand un sous-ministre est aussi en charge d’un important groupe de policiers, on approche de … vous savez quoi… l’état policier.

        Bientôt le gouvernement va avoir peur de ses propres policiers, parce que ce n’est pas des mauvais gars les agents de la paix, c’est du monde comme vous et moi, avec une famille, des enfants, des amis.

        Je suis certain qu’ils n’aiment pas ce qu’ils voient, pas plus que vous et moi.

        Vite, créons une crise pour distraire le peuple.

        Mais il faudrait aussi neutraliser le ministère de la propagande. Vous savez celui qui publie les grands quotidiens et qui diffuse à la télé…

        Les Américains ont un dicton…

        Tu peux confondre certaines personnes tout le temps.

        Tu peux confondre tout le monde parfois.

        Mais tu ne peux pas confondre tout le monde tout le temps.

        C’est là qu’on est rendu. La baloune est pêtée. et quand tu as perdu la confiance, c’est très long à retrouver.

        Il leur reste la peur. Faire peur aux gens pour les faire bouger dans un sens ou l’autre.

        N’ayez pas peur, l’avenir sera plus agréable quand tout cela sera fini, mais résistez à la tentation de suivre ces gnochons.

        Manipulateur un jour, manipulateur toujours.

        Allez Messieurs les grands seigneurs, et messieurs et mesdames les valets de service… il est temps pour vous de plier baggage.

        Faites des excuses et retirez-vous. Pour de bon!

        Le bon peuple en a soupé de vos conneries.

        Répondre
  • avatar
    28 octobre 2011 à 18 06 54 105410
    Permalink

    Le registre des armes de chasse!!!

    Encore une autre niaiserie où les chasseurs ont accepté de payer au lieu de crier.

    Ça ne pourra pas toujours marcher, joual-vert. C’est pas possible!!!

    Je dois dire que ça me manque d’être assis sur une roche près d’un lac à regarder travailler des castors.

    Remarque que de regarder un ours manger quand je n’ai qu’une bonbonne de poivre de Cayenne, ça ne m’intéresse pas tellement.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      28 octobre 2011 à 20 08 25 102510
      Permalink

      Ca marche parce qu’ils ont réussi à nous diviser, depuis longtemps.

      Les gens aceptent parce qu’ils ont peur.

      Ils ont peur parce qu’il se sentent seuls.

      Ils se sentent seuls parce qu’il ont réussi à nous diviser.

      Voilà, la boucle est bouclée.

      Comment briser ce cycle?

      Répondre
      • avatar
        28 octobre 2011 à 23 11 10 101010
        Permalink

        « Comment briser ce cycle? »

        Peut-être qu’en retrouvant notre « humanité » et en refusant d’être des « numéros » aiderait????

        Peut-être que si, en parlant d’un malade, on parlait d’un être humain au lieu d’une maladie aiderait?

        Peut-être que si, en parlant d’un pauvre, on parlait d’un être humain au lieu de la « pauvreté », ça aiderait???

        Je crois que ça ne ferait pas de tort, en tous les cas.

        Amicalement

        Elie l’Artiste

        Répondre
  • avatar
    29 octobre 2011 à 1 01 34 103410
    Permalink

    Je suis bien d’accord avec toi André.

    Il faut avoir de la compassion pour les autres et être solidaires. N’importe qui pourrait se retrouver dans cette situation.

    La pauvreté n’est pas nécessaire, mais elle est imposée. C’est comme les soins de santé. Cela pourrait être beaucoup mieux, mais Big Pharma et les Associations médicales ne veulent tout simplement pas guérir certaines maladies très payantes. ILs bloquent l,information et persécutent ceux qui ont des solutions efficaces en dehors de leur système dans lequel, évidemment, vous êtes à leur merci, et le résultat est souvent une santé moins bonne qu’avant. Ça va pas mal loin.

    Voici le discours de JFK sur les sociétés secrètes
    (sous-titré en français). Ceux qui n’ont jamais écouté cela, ça vaut la peine. Vous ne traiterez plus jamais personne de conspirationniste après avoir écouté ça.

    http://www.youtube.com/watch?v=vLVtrlOPbqk

    😉

    Répondre
  • avatar
    29 octobre 2011 à 11 11 13 101310
    Permalink

    Voici la vidéo du témoignange de Robert Duchesneau à l’Assemblée Nationale. Il dit avoir sauvé 347 millions au gouvernement, puis il est congédié pour manque de loyauté. Wow! Ils ont montré à peine 30 secondes de la conférence de presse de Lafrenière, le directeur de l’UPAC qui congédie Duchesneau. Mort de rire.

    Duchesneau dit que le pouvoir municipal est corrompu et il discute du directeur général des élections et des mesures qui pourraient être prises.

    Pourtant, si je me souviens bien, lors des électionsmunicipales de 2005, la plupart des municipalités avaient utilisé le vote ÉLECTRONIQUE, qui peut être facilement TRUQUÉ, ce qui avait donné lieu à plusieurs plaintes, mais le directeur général des élections avait dit que RIEN ne pouvait être fait, ce qui est un mensonge, évidemment.

    Dire que rien ne peut être fait, c’est comme dire que la loi ne s’appliquait pas à ce cas.

    Puis Duchesneau explique que c’est corrompu au Québec au moins depuis 50 – 60 ans.

    Je regardais RDI hier. Ils ont parlé de cette affaire 30 secondes, pas plus. En tout cas voici la vidéo:

    http://www.youtube.com/watch?v=tJMtnl_3GbQ

    Merci Robert Duchesneau et beau travail. (Y)

    Répondre
  • avatar
    29 octobre 2011 à 11 11 23 102310
    Permalink

    Reportage full biaisé à TVA avec les 3 acteurs professionnels qui se lancent des fleurs, étalent leur prétendu C.V. et font diverses insinuations à l’endroit de Robert Duchesneau.

    Mort de rire. Quels bouffons!

    ‘Vous me connaissez. J’ai couvert 20 campagnes politiques, je suis à la télé depuis 30 ans, je vérie toutes les informations 3, 4, 5 fois bla, bla, bla, bla…’

    http://www.youtube.com/watch?v=FKBChJqYZ5A&feature=related

    😛

    (Y)

    Répondre
    • avatar
      29 octobre 2011 à 11 11 26 102610
      Permalink

      Mon article de Lundi soir traite de cette « affaire Duchesneau ». Ce n’est pas une sinécure; ou peut-être en sera-t-elle une?

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
    • avatar
      29 octobre 2011 à 11 11 29 102910
      Permalink

      Le pouce en l’air n’a pas d’affaire là. (N)

      C’est quand même tordant de regarder les 3 acteurs en mode ‘damage control’.

      Surtout quand le type raconte qu’ils vérifient toutes les informations.

      Quelle estie de bullshit!

      Ce genre de nouvelles provient d’une firme de relations publiques, qui écrit la nouvelle, et le donne au poste de télé.

      Le présentateur ne vérifie rien, ne fait aucune recherche, et lit le bout de papier qu’on lui remet.

      Non mais…

      Répondre
      • avatar
        29 octobre 2011 à 16 04 19 101910
        Permalink

        Dans le reportage de TVA ci-dessus, le commentateur fait grand cas du fait que Duchesneau a été congédié de son poste de directeur de la sécurité dans les aéroports, mais il conclut en disant qu’il ne sait pas la raison pour laquelle il a été comgédié.

        Wow, du grand journalisme d’enquête.

        Mais le ton est nettement accusateur, avec un parti-pris évident contre Robert Duchesneau.

        Du journalisme de bas étage.

        Répondre
  • avatar
    29 octobre 2011 à 16 04 21 102110
    Permalink

    Flasback au 16 mars 2011…

    ‘Unité anticorruption: Québec nomme Robert Lafrenière à titre de commissaire

    Le gouvernement du Québec a confirmé mercredi après-midi que c’est Robert Lafrenière qui sera le commissaire à lutte contre la corruption.

    Cette nomination, confirmée par le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil, sera effective à partir du 28 mars. Il aura pour mandat la direction de l’Unité permanente anticorruption. Robert Lafrenière a fait carrière au sein de la Sûreté du Québec et a notamment été directeur des services d’enquêtes criminelles, directeur de la protection des personnalités et directeur de la protection du territoire. Il a également été sous-ministre associé aux Affaires policières, puis sous-ministre en titre au ministère de la Sécurité publique

    «Grâce à 39 années passées au service de la sécurité publique, il possède indéniablement une grande compétence ainsi qu’une vaste expérience qui font de lui le candidat idéal pour assumer cette importante responsabilité», soutient le ministre Dutil.

    «Je suis convaincu d’avoir l’indépendance requise et les ressources pour accomplir mon mandat et intervenir auprès de quiconque transgresse les règles, peu importe son statut», a soutenu de son côté Robert Lafrenière.

    par Olivier Caron ‘

    Source :
    http://www.branchez-vous.com/info/actualite/2011/03/unite_anticorruption_quebec_no.html

    😉

    Répondre
  • avatar
    29 octobre 2011 à 17 05 17 101710
    Permalink

    Extraits de l’article précédent :

    1) ‘Cette nomination, confirmée par le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil,…’

    2) ‘Il (Robert Lafrenière) a également été… sous-ministre en titre au ministère de la Sécurité publique’

    3) «Grâce à 39 années passées au service de la sécurité publique…’

    Mainetenant regardez ceci :

    http://www.youtube.com/watch?v=erDJmi6I56A

    Pas grand chose à rajouter. Ils vous prennent pour des idiots. C’est évident. (C)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *