Hollande, la grande lessive

OLIVIER CABANEL.
On sait que François Hollande tente depuis plusieurs jours d’éteindre le feu qui couvre sous la cendre, et s’apprête à lancer une « moralisation » destinée à faire toute la transparence sur le patrimoine de ses ministres, voire au delà.

L’affaire Cahuzac n’en finit pas de faire des vagues, et on a appris que loin des 600 000 euros avoués, la somme réelle dépasserait les 15 millions d’euros, (lien) ce qui pour Jean Ziegler entendu le 8 avril sur « Europe 1 », parait plus logique, car dit-il : « l’UBS ne peut s’occuper d’un potentiel client en dessous d’une certaine somme, laquelle doit être supérieure à 10 millions d’euros ».

Cet ex-député suisse, sait de quoi il parle, si on veut bien se souvenir de son livre « la Suisse lave plus blanc  », ouvrage qui donnait envie de rêver en 1991 à une transparence sur l’identité des exilés fiscaux dont le montant des fonds cachés devait être dévoilé. lien

Quand l’on songe que la France pourrait récupérer, d’après Pascal Cantin, environ 40 milliards grâce à la transparence financière, on pourrait s’étonner des lenteurs politiques et administratives constatées. lien

Décidément l’affaire révélée par Médiapart a soulevé un coin du voile qui n’est peut-être que la partie visible d’un iceberg, d’autant que ce média annonce pour bientôt d’autres révélations de type fiscal. lien

Mais revenons au choc de moralisation hollandais : la tache s’annonce compliquée : si par exemple il venait au président l’idée de rendre impossible à un élu ayant eu maille à parti avec la justice de garder son mandat, il provoquerait un certain vide autant à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat, ou dans les conseils généraux, régionaux, voire mairies…

Prenons par exemple l’UMP :

Ils ont une cinquantaine à avoir été pris en défaut pour des motifs divers : de la prise illégale d’intérêt, au détournement de fonds publics, en passant par le trafic d’alcool, le vol de carte bancaire, la corruption passive, le viol sur une mineure de 12 ans, le travail dissimulé, les injures, le blanchiment d’argent, la diffamation, le harcèlement moral ayant mené au suicide, le favoritisme dans l’attribution de marchés publics, la fraude, l’exercice illégal de la profession d’avocat, les coups et blessures, discrimination, l’abus de confiance, le blanchiment d’argent, les fausses factures, emploi fictif, propos homophobes…

De Charles Pasqua (trafic d’influence, financement illégal de campagne et abus de confiance, propos homophobes) (lien) à Alain Juppé,(abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, corruption et prise illégale d’intérêt) (lien) en passant par Brice Hortefeux, (atteinte à la présomption d’innocence(lien)Henri Guaino poursuivi pour « outrage » (lien),  Alain Carignon (corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins) (lien) Georges Tron (abus de bien sociaux, harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol) (lien) Gaston Flosse (détournement de fonds publics, emplois fictifs, et prise illégale d’intérêt), (lien) Guy Drut, (emploi fictif), (lienJean Tibéri (fraude aux électeurs), (lien) Nicolas Bazire(mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi), (lien) Serge Dassault (corruption, procédure abusive)(lien) Xavier Dugoin (trafic d’alcool, salaires fictifs, corruption, falsification de documents administratifs, prise illégale d’intérêt) (lien) André Santini (faux et usage de faux, injures, détournement de fonds publics), (lien) Eric Woerth (mis en examen pour recel dans l’affaire Bettencourt) (lien) etc…ils ont tous eu maille à partir avec la justice…sans oublier Nicolas Sarközi, récemment mis en examen, (abus de faiblesse) qui a échappé jusqu’à présent à toute condamnation. lien

Henri Guaino ne s’est pas couvert de gloire, lorsqu’il a défendu Charles Pasqua, pourtant condamné définitivement par la justice, assurant que Pasqua était « un grand républicain », ce qui lui a justement contesté Eva Joly rappelant qu’un délinquant ne pouvait pas être considéré comme un « grand républicain ». lien

Quant à Jean-François Copé, qui s’interroge sur la leçon de morale que voudraient donner les membres du gouvernement, ne devrait-il pas faire de même sur son compte, (lien) lors de son élection mouvementée au sein de son propre parti ?

Dans un livre qui vient de sortir, « comment ils ont roulé Fillon  », on apprend comment Jean-François Copé a triché pour accéder à la tête de l’UMP.

On y découvre la réaction du prédécesseur de François Hollande à l’Elysée : « Copé est vraiment nul. Il ne sait pas tricher correctement  » aurait-il déclaré, s’il faut en croire Carole Barjon, et Bruno Jeudi, les auteurs du livre. lien

Mais au PS, question condamnations, ce n’est guère mieux : ils sont au moins 44 a avoir fauté : de Jean Marc Ayrault (délit de favoritisme), (lien) à Jean Paul Huchon (prise illégale d’intérêt) (lien) en passant par Pierre Mauroy (abus de confiance, emploi fictif), (lienPierre Moscovici (atteinte au droit à l’image),(lienSégolène Royal (licenciements abusifs), (lien) quant à Jean Noel Guérini menacé, il veut bien démissionner à condition que les 50 élus socialistes qui ont été condamnés, démissionnent aussi. (lien)

Et quid du Front National ?

Jean Marie Le Pen est bien placé avec des condamnations allant de coups et blessures, à l’apologie de crime de guerre, incitation à la haine raciale, trouble manifeste à l’ordre public, diffamation, banalisation de crime contre l’humanité, antisémitisme, injures publiques, oubli de plus-value boursière et sous estimation de loyer, (lien) mais on trouve aussi dans la liste des condamnés sa propre fille, Marine et Louis Alliot(diffamation) (lien), Laurent Mirabeau, le financier de Jean Marie Le Pen, (escroquerie et exercice illégal de la profession de banquier), Jean Marie Le Chevallier (subornation de témoin), Jacques Bompart (prise illégale d’intérêt), Jean Yves Le Gallou (président du groupe FN au conseil régional d’Ile de France) (provocation à la haine raciale), Catherine Mégret (discrimination), Bruno Mégret (détournement de fonds), Bruno Gollnisch (négationnisme), Alexandre Gabriac (tentative de cambriolage)…et beaucoup d’autres noms sur ce lien.

Au total près de 90 condamnations sont à mettre sur le compte du FNlien

La République a donc du pain sur la planche si elle veut moraliser le petit monde de nos élus.

Le non-cumul des mandats, l’un des points phares du programme hollandais est remis à plus tard, en2017, (lien) et le choix fait récemment d’imposer à chacun de ses ministres de dévoiler leurs patrimoines sera-t-il suffisant à effacer la suspicion qui s’est installée dans la tête des français ?…en tous cas il sera dévoilé aujourd’hui.

La manœuvre hollandaise est habile parce qu’elle oblige les autres partis à en faire de même, ce qu’a bien compris François Fillon qui n’a apparemment rien à cacher…mais quid des autres responsables de l’UMP.

Copé a tiré le premier, évoquant « un numéro de voyeurisme et d’hypocrisie » et accuse le pouvoir de provoquer un « rideau de fumée » destiné à faire oublier l’affaire Cahuzac, et tant pis pour lui si de mauvais esprits vont jusqu’à imaginer qu’il aurait quelque chose à cacher. lien

Nous voila donc à la recherche de la « transparence », mais le sera-t-elle vraiment, ou restera-t-il une certaine opacité ?

Lorsque l’on visionne cette vidéo, on peut effectivement s’inquiéter des dérives peu citoyennes constatées aux 4 coins du monde.

Mais revenons à notre république que François Hollande voulait exemplaire : doit-il garder dans son gouvernement des femmes ou des hommes qui ont été condamnés par la justice au risque de provoquer un logique remaniement ministériel.

Et Harlem Désir, le secrétaire général du parti doit-il garder parmi ses membres des élus condamnés ?

Ce qui le concerne en premier lieu, puisqu’il à lui-même été condamné pour emplois fictifs. lien

Avec la volonté des banquiers suisses qui semblent décidés à régler le problème de l’argent non déclaré (lien) et les politiciens français qui n’ont pas eu l’idée, comme l’ex-ministre du budget, de faire transiter leur bel argent à Singapour ou ailleurs, les fraudeurs ont peut-être du souci à se faire.

En tout cas, Bernard Arnaud vient de renoncer à demander la nationalité belge, déclarant qu’il ne pensait pas qu’un tel choix sème autant le trouble en France. lien

Benjamin Lebreton et Patric Michaud, experts en la matière pensent que «  les résidents français ayant un compte non déclaré en Suisse ou ailleurs n’ont plus aucune chance à court terme de passer entre les gouttes  ». lien

Ce qui demande à être prouvé, car s’il est vrai que le Luxembourg semble prêt à faire toute la transparence sur les comptes des exilés fiscaux, ça ne serait opérationnel qu’en 2015…et le Luxembourgn’est pas le seul paradis fiscal dans ce bas monde. lien

Ce délai relativement éloigné laissera tout le temps aux fraudeurs à chercher d’autres paradis.

En attendant, Jean Luc Mélenchon appelle à une manifestation « pour une 6ème République », le 5 mai prochain, un an après l’élection présidentielle, manif à laquelle Eva Joly sera présente, appelant tous les citoyens à y être. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le chameau ne se moque pas des bosses des autres ».

Olivier Cabanel

Une pensée sur “Hollande, la grande lessive

  • avatar
    2 mai 2013 à 10 10 22 05225
    Permalink

    Sortez les guillotines, on va leur faire très peur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *