Hommage à un « bon Jack »


Par Philippe David

Au Québec, une des expressions populaires que nous avons pour dire que quelqu’un est un bon diable est qu’il est un « bon Jack ». J’ignore d’où provient cet expression, mais elle est certainement appropriée dans le cas de Jack Layton. Jack Layton est né et a passé son enfance et son adolescence au Québec d’ailleurs. Je ne suis pas d’accord avec ses points de vue politiques, mais force est de reconnaitre qu’il avait de la classe et qu’il avait le cœur à la bonne place. Parmi les membres d’une classe politique qui suscite plus la dérision que l’admiration de nos jours, il était un des rares personnages qu’on aurait pu qualifier de « gentleman ».

Il y a déjà plusieurs jours que son décès a pris les canadiens par surprise. Pourtant sa dernière apparition publique, celle où il a annoncé qu’il cédait sa place, ne laissait que peu de doute dans mon esprit que son combat était loin d’être gagné. Jack Layton, un homme d’ordinaire énergique, n’était plus que l’ombre de lui-même et semblait avoir vieilli de 10 ans. Le cancer est une terrible maladie qui a emporté déjà plusieurs membres de ma famille. Je ne souhaiterais pas cela à mon pire ennemi. Mes pensées sont avec sa famille.

Jack, comme les québécois se sont plu à l’appeler aux dernières élections, nous aura quitté à l’apogée de sa carrière pour avoir réaliser l’impossible de gagner le cœur des québécois pour une formation politique qui leur était totalement antipathique avant lui. Aucun autre chef du NPD n’avait réussi à seulement faire une percée au Québec. À la dernière élection fédérale, les québécois n’avaient pas voté pour le NPD, ils ont voté pour « Jack ». Ils ont voté pour le chef le plus charismatique et on ne pourrait les blâmer, considérant les alternatives. Michael Ignatieff et Stephen Harper n’ont certainement pas su les rejoindre. Seul l’avenir dira si l’aventure entre le Québec et le NPD survivra à Jack Layton. Quant à moi, j’ai de gros doutes. Je ne vois pas vraiment qui pourrait remplir ses chaussures. Comme successeur possible, il y a bien Thomas Mulcair, mais il aura fort à faire pour maintenir les gains que le NPD a fait au dernier scrutin.

2 pensées sur “Hommage à un « bon Jack »

  • avatar
    26 août 2011 à 5 05 54 08548
    Permalink

    «Le cancer est une terrible maladie qui a emporté déjà plusieurs membres de ma famille. Je ne souhaiterais pas cela à mon pire ennemi. Mes pensées sont avec sa famille. »

    Elle est bonne celle-là! Drôle de façon de s’en prendre à ses adversaires…, que de passer par la mort d’un autre de ses adversaires pour en glisser une! Mais voilà que cela me glisse sur le dos…, comme la goûte sur le dos du canard. Et je souhaite d’autant plus, des cancers généralisés à tous les capitalistes qui tiendront le fort quand les peuples opprimés du monde entier viendront le prendre.

    À Harper; qui pratique les Coups d’État, la torture d’enfants-soldats, les assassinats extraterritoriaux, le soutien au terrorisme d’État, le terrorisme d’État, l’usage d’arme de destruction massive, soutient les dictatures amies et le génocide à petit feu sur la population palestinienne à qui on a volé la terre d’origine, je souhaite un méga cancer très souffrant, généralisé autant que possible. Ce ne sera qu’un bon débarras!

    Combien de gens meurent chaque jour, faute d’un système économique qui se fiche éperdument de concentrer les richesses au sein d’une minorité parasitaire, pendant que la majorité laborieuse souffre de tous els maux? Alors rien à cirer, moi, des capitalistes de leurs fausse modestie, et de leur hypocrisie surtout. Harper largue des bombes sur la tête des civils libyens, il a soutenu le largage de bombes sur la tête des Irakiens, et sur celle des Afghans, etc.., pour mettre d’ailleurs, en Afghanistan, en place une dictature, celle D’Hamid Karzaï, un agent de la CIA (mis en place à l’instar de Ben Ali et Mubarak d’ailleurs, par un Coup d’État!).

    Ils peuvent tous aller se faire foutre, les libertariens et les capitalistes, tous autant qu’ils sont. Pas de faux sentiments de ma part pour des salauds qui se fichent profondément de la vie des autres.

    «À la dernière élection fédérale, les québécois n’avaient pas voté pour le NPD, ils ont voté pour « Jack ». Ils ont voté pour le chef le plus charismatique et on ne pourrait les blâmer, considérant les alternatives. Michael Ignatieff et Stephen Harper n’ont certainement pas su les rejoindre.»

    On ne doit pas voter pour le chef, mais pour les idées, alors oui, ils sont à blâmer, en quelque sorte. J’ai voté NPD, pas Jack, pour ma part. Je n’ai jamais voté pour un parti en fonction de la belle moustache de son représentant, ce sont les idées, que je soutiens, pas les faiseurs de discours. Je ne soutiens d’ailleurs pas Fidel Castro à Cuba, mais son socialisme. Pareil au Venezuela. Identique ailleurs, où nous prenons du galon.

    Répondre
  • avatar
    26 août 2011 à 6 06 02 08028
    Permalink

    Ce texte n’a rien de surprenant, venant d’un libertarien, et semble appeler l’électorat à voter pour le porte-parole, plutôt que pour les idées.

    Jack n’a pas inventé le partage de la richesse, il s’en est inspiré. Les idées d’un meilleur partage de la richesse au Canada ne mourront pas avec Jack, le socialisme n’est pas mort avec le mur, heureusement.

    Vous donnez trop d’importance aux chefs de parti et nous avons réglé la question chez Québec-solidaire, en ne nous donnant que des porte-parole, sans pouvoir sur leur base, autre que celui de leur droit de parole, comme les autres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *