il est LE « caméléon »

Il ne s’agit pas ici d’évoquer le penchant que pourrait avoir un certain Léon, accro aux substances illicites, ni de ce reptile capable de changer de couleur pour mieux se fondre dans l’environnement, mais des facultés surprenantes du premier personnage de l’Etat, postulant pour 2012.En effet, comment ne pas s’étonner de cet homme aux multiples facettes, changeant au cours de ses humeurs et au fil des mois qui passent, se positionnant à gauche en évoquant un jour Jaurès, (lien) après avoir déclaré qu’il fallait tourner la page de mai 68, responsable, d’après lui, de tous nos malheurs (lien) puis se posant de nouveau maintenant en chantre de l’antilibéralisme. lien

Ne vient-il pas de prôner le référendum qu’il refusait encore il y a peu ? Sauf que celui-ci ne concernerait ni la retraite à 60 ans, ni le nucléaire, ou le traité européen…les sujets qui dérangent. lien

Ce caméléon est capable de se placer délibérément au centre, piochant allègrement dans les rangs duModem, (lien) voire de se positionner à l’extrême droite, reprenant sans vergogne le programme du FN au point que la presse étrangère le considère maintenant comme le symbole de l’extrême droite européenne.lien

Devenu brusquement « homme du peuple », abandonnant le temps d’une campagne son gros « sarko one », il vient de choisir le TGV soulevant quelques questions, car si ostensiblement il était rentré dans un wagon de 2ème classe, c’était pour rejoindre plus tard un wagon de première.

Par contre, les voyageurs ont du attendre un quart d’heure pour rejoindre leurs wagons, sécurité oblige… lien

Puis à l’occasion du salon de l’agriculture, le voila qui partage la détresse du monde paysan.

Serait-il doué du don d’ubiquité qui lui permettrait d’être en même temps l’ami des nantis, tout comme celui des ouvriers, des paysans, du petit peuple, prêt pour se déplacer à utiliser la marche à pied, le vélo, le métro, voire le train, mais aussi son airbus personnel, pour relier Paris à Valence, à grand renfort de forces de police ? lien

Récemment, il était solidaire avec quelques ouvriers, faisant racheter par un ami friqué, Bernard Arnault, l’un des invités du Fouquet’s, l’entreprise Lejaby, puis devenant écolo le temps d’une élection, il a fait racheter par son copain d’EDF, Proglio l’entreprise « Photowatt  » (lien) qu’il avait coulé auparavant, en coupant le robinet des subventions. lien

Qui pourrait se plaindre des quelques centaines d’emplois sauvés, à condition d’oublier les 100 000 emplois perdus en 3 ans  ? lien

Gandrange, les ouvriers attendent toujours le candidat qui avait promis leur sauvetage, afin d’inaugurer la stèle rappelant cette promesse non tenue, mais il est trop tard maintenant, la stèle ayant mystérieusement disparu en janvier dernier. lien

Qu’importe, à Florange, les promesses pleuvent à nouveau, et le candidat-président annonce un redémarrage au 2ème semestre 2012, ce qui laisse dubitatifs les sidérurgistes. lien

Mais ces miracles sarkozystes à moins de 2 mois de l’échéance présidentielle ont un comme un parfum d’opportunisme.

La question reste posée : comment fait Sarközi pour réaliser le tour de force d’être tout et son contraire en même temps ?

Qui allons-nous découvrir prochainement ?

Un présidendidat humble, admettant ses erreurs du passé reconnaissant du bout des lèvres que fêter sa victoire au Fouquet’s n’avait pas été d’une grande pertinence. lien

Va-t-il bientôt regretter d’avoir passé quelques jours de vacances sur le yacht de son ami Bolloré ? lien

Allons-nous le retrouver cet été au « camping des flots bleus  », dans une improbable banlieue méditerranéenne, cuisinant merguez, buvant pastis ? lien

Va-t-il aussi se métamorphoser en laïque, dédaignant l’espace d’une campagne, le giron catholique (lien) même si son déplacement papal avait choqué quelques catholiques, se permettant d’arriver en retard, ou d’envoyer des SMS depuis le Vatican pendant l’entretien. lien

Lui qui, après s’être rendu au pied de la Grande Pyramide (lien) est allé se montrer à Disney land, deviendra-t-il l’intellectuel capable de citer des passages entiers de la « princesse de Clèves » ? (lien) alors qu’il s’en prend régulièrement au « terrorisme intellectuel » (lien) ou se découvrira t-il bientôt une âme de paysan, arborant des racines d’homme de la terre ?

Allons-nous le voir un jour cultiver, à l’instar de Michelle Obama, un jardin, peut-être bio, dans un coin secret des parcs élyséens ? lien

Allons-nous découvrir bientôt un homme acceptant les étrangers, nous faisant découvrir peut-être qu’il héberge chez lui un petit Rom  ? lien

Peut-être apprendrons-nous demain qu’il glisse régulièrement la pièce au SDF qui campe depuis 5 ans sur un trottoir parisien, à défaut de lui avoir procuré le toit promis en 2007  ? lien

L’électeur moyen doit avoir quelques difficultés à s’y retrouver.

A l’occasion de l’inauguration du salon de l’agriculture, tout le monde attendait avec impatience la venue du présidendidat annoncée à 9hsamedi 25 février, salon dans lequel il s’était illustré en 2008 grâce à son célèbre « cass’toi pov con ». lien

Pour quelle raison étrange, le chef de l’état a-t-il avancé ce rendez vous d’une heure et demie ? lien

La déception était à la mesure de l’évènement.

A-t-il eu peur du peuple venu éventuellement lui serrer (ou pas) la main ?

Pour reparler de Fernand Buron, l’homme injurié par le chef de l’état en 2008 dans ce même salon, on peut découvrir son programme décapant en 22 mesures pour 2012.

Entre les taxes pour les plus values boursières, la réquisition des logements vides, l’inégibilité à vie pour les hommes politiques condamnés pour corruption, le smic pour le président de la république, le plafonnement des salaires des grands patrons, en passant par la suppression de l’immunité parlementaire pour les députés et le président, Fernand Buron à un programme attractif pour le 6 mai 2012lien

Mais revenons au salon de l’agriculture.

On sait que c’était le terrain de prédilection de Chirac, et on sait aussi que cette année, il ne pourra l’honorer de sa présence, suite à des soucis de santé, mais on peut s’interroger sur l’attachement du monde agricole depuis des lustres aux gouvernements de droite, car, depuis qu’il est au pouvoir, on ne peut pas dire que ce gouvernement ait fait grand-chose en sa faveur.

Il est vrai que Sarközy leur a affirmé qu’il partageait avec eux les mêmes valeurs, ce qu’ils ont toujours manifestement envie de croire. lien

Et puis, dans ce même salon, il avait assené il y a 2 ans, « l’environnement, ça commence à bien faire  », ce qui lui a apporté la sympathie de nombreux paysans. lien

Mais il ne fait tout de même pas l’unanimité, puisque les jeunes agriculteurs, ont manifesté quelques jours avant le salon, déposant des sacs de blé, des bottes de paille, devant le ministère de NKM, rejetant en bloc les mesures gouvernementales. lien.

Entre la répartition inégale des subventions, et la disparition de millions d’agriculteurs, le constat est sévère comme le font remarquer les animateurs de ccfd-terre solidaire dans leur blog.

Mais les bêtes à cornes ne sont peut-être pas celles que l’on croit, et ceux qui donnent aveuglément leurs voix au présidendidat risquent de déchanter bientôt.

La préoccupation des agriculteurs reste les prix payés à la production, la réforme de la PAC, et les charges sociales et les impôts, ce qui ne les empêchent pas de voter à 40% pour le présidendidat, contre seulement 14% pour Hollande (lien) et ne parlons pas de Joly qui, malgré les idées qu’elle défend, n’est pas en odeur de sainteté chez la plupart des paysans, ce qui pourrait surprendre face au succès grandissant que rencontre l’agriculture bio. lien

En effet, ce sont les écolos qui sont les plus mal vus par le monde agricole, considérés comme des empêcheurs de polluer en rond, critiquant engrais chimiques, OGM, pesticides, haies arrachées, encourageant la diversité.

Mais revenons à notre « caméléon ».

Il est aussi une montagne de contradiction, détestant les journalistes, surtout ceux qui posent les questions qui gènent, (lien) et en même temps, il est l’ami des grands patrons de presse.

De Martin Bouygues, patron de TF1, à Serge Dassault, propriétaire de la Socpresse, 1er groupe de presse français (notamment le Figaro), en passant par Arnaud Lagardère (Paris Match, Europe 1…), on peut dire qu’il a mis la presse dans sa poche. lien

Il reste pourtant des « lieux de résistance », où quelques journalistes tentent de continuer de faire leur métier en toute indépendance, mais dans un reportage de la TV Suisse, censuré en France, on découvre les pratiques présidentielles utilisées pour bâillonner les journalistes.

Les journalistes helvètes ont décrypté par le détail les méthodes utilisées pour filtrer les journalistes, empêchant par tous les moyens les « questions qui dérangent », ou mettant au placard ceux qui ont osé critiquer l’autocrate président. lien

Une seule chose est certaine, c’est que ce champion caméléon, qui attrape tout avec sa langue, est aussi un champion en matière de bagout.

Car comme dit mon vieil ami africain : « un intellectuel assis va plus loin qu’un idiot qui marche  ».

L’image illustrant l’article provient de « paradisepokertours.fr »

Merci à Corinne Py pour son aide efficace.

Olivier Cabanel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *