Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir…

La Réserve Fédérale Américaine semble ne pas accepter l’idée qu’une politique monétaire – autrement dit la définition des taux d’intérêts – dépasse les cadres conventionnels de l’inflation et des taux de production. C’est ainsi que les autorités US pensent leur stratégie comme si les données économiques prédominantes au sein de leur pays étaient leur seule et unique préoccupation, négligeant – ou feignant d’oublier – que leur dollar est également la première monnaie de réserves au monde… Les organisations internationales – F.M.I. ou même le G-20 – supposées (du moins sur papier) assurer la stabilité du système et l’harmonie des marchés sont pourtant dans l’incapacité totale de régler une probable crise des monnaies sans la coopération Américaine. De surcroît, les déséquilibres financiers et économiques mondiaux sont aujourd’hui aussi massifs que ceux en vigueur aux USA préalablement à la période des subprimes.

Ces tourmentes en devenir glissent pourtant comme du téflon sur M. Bernanke – soucieux d’embrasser torridement un second round de baisses de taux quantitatives – car soucieux des seules considérations intérieures Américaines. La Réserve Fédérale démontre (une fois de plus) son inadmissible déficit de gestion des risques car la crise des devises touchera également et d’abord les Etats-Unis en leur qualité de premier importateur mondial. Dans un contexte actuel excessivement perturbé où les menaces d’interventions et de contrôles des flux de capitaux sont de plus en plus brandies, une crise du billet vert échapperait fatalement à tout contrôle du fait du statut prédominant de cette devise. M. Bernanke se rend-il seulement compte qu’une spirale baissière de sa monnaie aurait des conséquences autrement plus dévastatrices sur son pays que les questionnements – souvent très académiques – relatifs à une dose supplémentaire de baisses de taux quantitatives?

4 pensées sur “Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir…

  • avatar
    22 octobre 2010 à 17 05 56 105610
    Permalink

    Il y a une solution à laquelle je pense et qui est …je ne sais comment dire…

    Je me demande ce qui se passerait si une entente internationale ferait effacer toutes les detes existante actuellement incluant les dettes personelles de tous. Et on repart à zéro.

    Les cie sans « cash flow » sont éliminées et les autres continuent de plus belle.

    Ce serait un embryon de redistribution des richesses, je pense…mais…

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    24 octobre 2010 à 16 04 38 103810
    Permalink

    Bonsoir Michel Santi !

    Heureux de te retrouver… (L)

    Nous assistons de toute évidence à une fuite en avant qui n’est pas sans rappeler les prémisses de la révolution française , quand on faisait valser Necker ou Turgot .

    Je ne dis pas que des évènements identiques se préparent . Tout peut advenir , mais il est impensable que ce déséquilibre n’entraîne pas des changements .

    Lesquels ? 🙂 ou 🙂 ?

    Répondre
  • avatar
    24 octobre 2010 à 16 04 40 104010
    Permalink

    Version très optimiste !!!

    Car ça peut être ça : ;-( ou 🙁

    ou :-[ et encore (G)

    Est-ce quelqu’un a une (I) ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *