Is fecit gui prodest

06.08.23

IS FECIT CUI PRODEST


Je suis bien content qu’on interdise désormais sur les avions les vernis à ongles et autres substances nauséabondes qui mettent en grand péril l’air pur que devrait respirer tout bon Chrétien. Je suis moins content qu’on en profite pour y interdire les boissons gazeuses, le lait maternisé et même l’eau – H2O – dont le créateur – quelle imprudence ! -nous a fait à plus de 60%.
Je suis agacé, que le Système nous traite encore une fois comme des enfants attardés, avec cette histoire rocambolesque d’attentats en grappe sur l’Atlantique Nord. Je suis absolument écoeuré qu’on fasse monter d’un cran la paranoïa qu’on a placée au coeur de la société occidentale et qui est la vraie bombe à retardement qu’il faudrait au contraire désamorcer.
Qu’est-ce que c’est que cette histoire de fous de jeunes islamistes londoniens sans casiers judiciaires, sans armes, n’ayant en main aucun des produits dont on les accuse de vouloir se servir, dont aucun ne s’est procuré le moindre billet d’avion et dont on veut tout à coup nous faire peur… et qu’on trouvera bien moyen d’accuser de quelque chose, quitte a les liberer apres avoir ruine leur vie.
Quels vols étaient visés ? Quand devaient-ils être attaqués ? A-t-on trouvé un plan d’action ? Quels produits devaient être utilisés, pour faire quel explosif ? Comment, concrètement, aurait-on utilisé cet explosif ? Pourquoi, sauf par amour gratuit de la complication, quiconque veut provoquer une catastrophe dans un appareil, utiliserait-il autre chose qu’un produit inflammable déjà prêt à servir, dans une bouteille de 1,5 l, comme tout le monde pouvait le faire la semaine dernière ?
Pourquoi un terroriste sérieux procèderait-il autrement que ces « islamistes » maliens qui, il y a quelques années, ont obtenu un résultat spectaculaire sur un vol en direction du pèlerinage de La Mecque, non pas par fanatisme, mais bien involontairement et par pure bêtise, en voulant se faire chauffer une tasse de thé sur un petit réchaud….
Et même si l’on veut bien penser que des mélanges dangereux peuvent être concoctés à bord des avions, pourquoi ne pas simplement interdire aux passagers l’accès a leurs bagages à bord des avions, plutôt que de les forcer à les mettre en soute ? N’est-il pas évident que le sacrifice des bouteilles de parfums, mis à la poubelle au départ, devant les badauds, n’a d’autre but que de faire peur ?
En interdisant mille produits inoffensifs et en créant de monstrueuses files d’attentes dans les aéroports, on crée un maximum d’ennuis. On embête assez de gens pour qu’une grande volonté populaire vienne exiger des mesures de sécurité plus strictes. Big Brother ne demande que ca. L’astuce est si grossière qu’on en désespère de la nature humaine qui sera ainsi manipulée et deviendra consentante à sacrifier un peu plus de sa liberté.
Il faut plaindre, surtout, Monsieur tout-le-monde qui sera ainsi amené insidieusement à se méfier un peu plus de tous les autres quidams – surtout s’ils sont un peu différents – et à chercher refuge dans le giron de Big Brother. Cette suspicion universelle qu’on cultive pour pouvoir l’exorciser procède exactement de la même astuce qui consiste à briser des vitrines pour vendre une « protection » à leurs propriétaires.
Le dommage collatéral de cette peur des autres que l’on encourage est la perte de cette amitié minimale pour autrui et de ce sentiment de solidarité qui sont les assises mêmes de la vie en société. On est à créer une société de paranoïaques, un monde de fous.
Aujourd’hui, le psychoguignol des « liquides dangereux » n’a sans doute pour but immédiat que de détourner l’attention du massacre au Liban, lequel a peut-être surtout pour but de détourner l’attention du massacre en Iraq. Ce serait une erreur, toutefois, de penser que cette diversion grossière passera et qu’on s’en tirera sans conséquences permanentes pour la santé mentale des populations. Cette comédie laissera d’autant plus facilement des traces qu’elle n’est que le dernier succès d’une saison de melodrames qui dure depuis maintenant 5 ans et qui a été riche en appels a l’hystérie.
D’où sort tout ce terrorisme aveugle qui est apparu depuis quelques années et dont on doit bien constater que, n’étant pas ciblé, il ne nuit en rien aux intérêts du système capitaliste néo-libéral. Quand fera-t-on enfin le constat que les seuls resultats en sont de permettre quelques prises de profit spectaculaires et, surtout, de rendre odieux aux gens simples TOUT changement de l’ordre établi en y associant cette notion de violence gratuite que propose le terrorisme ?
Quand un pauvre Arabe se fait sauter au milieu d’une foule de pauvres Arabes, ou est la menace réelle pour le Système? Tout ce qui accroît la peur du terrorisme et contribue à en faire une menace omniprésente n’est pas une attaque contre les « exploiteurs », mais produit, au contraire, le même double effet qui sert bien leurs intérêts: discréditer toute contestation du Système et justifier les mesures qui permettent de contrôler encore plus étroitement ceux qui le contestent.
Le Droit Romain avait pour principe que l’auteur d’un crime est le plus souvent celui qui en profite : Is fecit cui prodest. Sont-ce les fanatiques suicidaires qui profitent de leurs attentats insensés ? Sont-ce les innocents qui en sont victimes dans les marchés de Bagdad et dont la disparition ne remet rien en cause ? Ou ne serait-ce pas ceux qui en retirent une excuse pour affermir leur pouvoir ?
Ceux qui profitent de cette manipulation sordide de la crédulité humaine pour en tirer avantage pourraient s’apercevoir trop tard qu’ils ne sont pas eux-mêmes à l’abri des réactions irrationnelles et donc imprévisibles d’une population qu’on est à rendre démente en lui inculquant des phobies.
Pierre JC Allard

Page précédente
Page suivante
Litanie des avanies
Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *