ISAÏE PROPHÈTE DES TEMPS MODERNES

 OSCAR FORTIN

NOTE : Une réflexion qui, tout en s’inspirant d’un prophète religieux, nous renvoie à ce qu’il y a de plus humain et de plus actuel. Une critique sévère pour tous les cultes et un plaidoyer sans compromis pour la justice, la vérité et la compassion.

Relire ce prophète à la lumière des temps présents apporte un éclairage qui mérite qu’on s’y attarde. Dès ses premières interventions, Isaïe  donne le ton sur le culte qui plaît à l’Éternel et sur ce qu’il fait pour apporter justice et paix.

« Cessez d’apporter de vaines offrandes : j’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang. Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé; faites droit à l’orphelin, défendez la veuve. (Is.1, 13-17) »

Le ton est donné : le culte pour le culte ne l’intéresse aucunement. Il n’a que faire de ces prières et de ces dévotions de complaisance. Il a un impératif autrement plus important qui met à l’épreuve la sincérité du cœur : recherchez la justice, faites droit à l’orphelin, défendez la veuve. En d’autres mots, soyez justes, bons et sincères.

Cette justice dont parle le prophète est une préoccupation constante qui traverse tout l’Ancien et le Nouveau Testament. Déjà, le choix d’Abraham porte le mandat de pratiquer la droiture et la justice pour que s’accomplissent les promesses de l’Éternel (Gn. 18 :19). Ce dernier jugera le monde avec justice, il jugera les peuples avec droiture (Ps.9 :9). Celui qui marche dans l’intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur (Ps.15 :2) trouvera grâce à ses yeux. La pratique de la justice et de l’équité, voilà ce que l’Éternel préfère aux sacrifices. (Pr.21 :3) « Celui qui marche dans la justice, et qui parle selon la droiture, qui méprise un gain acquis par extorsion, qui secoue les mains pour ne pas accepter un présent, qui ferme l’oreille pour ne pas entendre des propos sanguinaires, et qui se bande les yeux pour ne pas voir le mal. Celui-là habitera dans des lieux élevés; des rochers fortifiés seront sa retraite; du pain lui sera donné, de l’eau lui sera assurée. » (Is.33 :15-16)

Mais malheur à ceux qui ajoutent maison à maison, et qui joignent champ à champ, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espace, et qu’ils habitent seuls au milieu du pays! Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume; qui justifient le coupable pour un présent, et enlèvent aux innocents leurs droits! Malheur à ceux qui prononcent des ordonnances iniques, et à ceux qui transcrivent des arrêts injustes, pour refuser justice aux pauvres, et ravir leur droit aux malheureux de mon peuple, pour faire des veuves leur proie, et des orphelins leur butin! (Is.5-10)

Deux mille six cent ans après ces temps qui inspirèrent les paroles de ce prophète, nous pouvons les reprendre presque textuellement pour les temps que nous vivons.

Comment ne pas entendre ce cri des deux tiers de l’humanité qui crépissent dans la sous-alimentation, la misère, privés de leurs biens et dominés par des oligarchies nationales et internationales, sans scrupule et sans conscience ? Comment ne pas entendre le désespoir de ces milliers d’immigrants et de réfugiés refoulés aux portes des sociétés bien nantis ? Comment ne pas voir cette force manipulatrice qu’ont les médias, transformant le vrai en faux, le faux en vrai, le saint en diable et le diable en saint. « Rends-moi justice, ô Dieu, défends ma cause contre une nation infidèle! Délivre-moi des hommes de fraude et d’iniquité! Sois vainqueur, monte sur ton char, défends la vérité, la douceur et la justice, et que ta droite se signale par de merveilleux exploits. (Ps.43 :1;45 :4) »

Au temps d’Isaïe, Cyrus, le roi des Perses (aujourd’hui l’Iran), a été choisi par l’Éternel pour apporter justice au peuple. « C’est moi qui ai suscité Cyrus dans ma justice. J’aplanirai toutes ses voies; il rebâtira ma ville et libérera mes captifs, sans rançon ni présent, dit l’Éternel des armées. » (Isaïe 45 :24)

Qui sont, aujourd’hui, les Cyrus qui livrent le combat de l’Éternel, apportant justice, libérant les captifs, redonnant le pays à leur peuple ? Chacun peut faire sa liste sur la base de ceux qui s’adonnent à donner consistance à la justice par rapport à ceux qui se réclament de toutes les libertés pour mieux manipuler et piller au nom de leurs intérêts et de leur sécurité.

« Ainsi parle l’Éternel : pratiquez la justice et l’équité; délivrez l’opprimé des mains de l’oppresseur; ne maltraitez pas l’étranger, l’orphelin et la veuve; n’usez pas de violence, et ne répandez point de sang innocent dans ce lieu. (Jér. 22 :3)

Oscar fortin

9 décembre 2012

http://humanisme.blogspot.com

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

9 pensées sur “ISAÏE PROPHÈTE DES TEMPS MODERNES

  • avatar
    9 décembre 2012 à 10 10 19 121912
    Permalink

    OUI. Tout est là… et on ne peut dire plus clairement que ce sont les oeuvres qui importent. Les oeuvres, c’est ce que que vous, moi et chacun nous ferons pour le bien, la joie, le bonheur sur cette terre, dénonçant impitoyablement les faux prophètes des religions qui voudraient nous les faire « chercher au ciel, avec l’hérétique et le fou ».

    Bons vents, Oscar

    Pierre JC

    Répondre
  • avatar
    9 décembre 2012 à 11 11 16 121612
    Permalink

    Merci Pierre pour votre bon commentaire et vos bons souhaits. Sous d’autres formes je demeurerai actif dans ce combat de tous les jours.

    Bonne journée à vous Pierre

    Répondre
  • avatar
    9 décembre 2012 à 21 09 31 123112
    Permalink

    @ OF

    OUI. Tout est là… et on ne peut dire plus clairement que ce sont les oeuvres qui importent. Les oeuvres, c’est ce que que vous, moi et chacun nous ferons pour le bien, la joie, le bonheur sur cette terre, dénonçant impitoyablement les faux prophètes des religions qui voudraient nous les faire « chercher au ciel, avec l’hérétique et le fou ».

    Bons vents, Oscar

    Pierre JC

    Répondre
  • avatar
    10 décembre 2012 à 2 02 48 124812
    Permalink

    Les grandes vérités peuvent « dire », il n’y a pas d’oreille ou de temps pour garder tout cela.
    On croit réinventer le monde…
    On ne sait pas écouter l’Histoire et les grands qui ont passé.
    Et, surtout, parler de leur « enseignement »…
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    10 décembre 2012 à 14 02 52 125212
    Permalink

    Merci Gaétan et Pierre pour votre réflexion. Nous en sommes évidemment là et la prise de conscience globale sera sans doute un coup dur pour plusieurs pour ces magiciens et prédateurs du moment.

    Bonne chance à vous deux.

    Répondre
  • avatar
    10 décembre 2012 à 16 04 24 122412
    Permalink

    Bonjour Oscar,

    Un texte magnifique et clair, très très clair, qui ne laisse aucune place au manque d’éthique, aucun espace pour les justifications habiles de l’ego.

    On a l’impression que le prophète décrit le monde d’apparence dans lequel nous cheminons.

    Merci, et bonne route.

    Carolle

    Répondre
  • Ping : ISAÏE PROPHÈTE DES TEMPS MODERNES * | hda-quebec-info.com

  • avatar
    8 février 2013 à 4 04 56 02562
    Permalink

    C’est limpide, car bien qu’écrit dans des termes généraux, je sens naturellement qui sont visés, les « prophètes » des ténèbres déguisé$ et de la cupidité.
    Il y a toujours eu et il y aura toujours des Cyrus, mais espérons que pour les profiteurs, bientôt soit la fin de leur monde.
    Ainsi, la justice vraie pourra se trouver en tout lieu et pour toute situation.

    Répondre
    • avatar
      21 février 2013 à 15 03 29 02292
      Permalink

      Je lis votre texte avec quelques mois de retard. Il est admirable de justesse. Que dire de plus? Absolument rien, sinon souligner une citation que vous rapportez du prophète. La voici : «Mais malheur à ceux qui ajoutent maison à maison, et qui joignent champ à champ, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espace, et qu’ils habitent seuls au milieu du pays» !

      Comment ne pas la dédier au seigneur de Sagard-lès-Falaises en Charlevoix?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *