Je n’y comprends plus rien!!!

Je n’y comprends plus rien!!!

 

Mais, dites-moi; que se passe-t-il tout à coup?

Je lis des articles où on malaxe la politique à la religion, la religion aux mouvements « undergrounds », les droits humains fondamentaux aux visées de domination et la science à la superstition. C’est à en perdre les pédales!!! On parle des problèmes à l’autre bout de la planète pour ne pas voir ceux qui sont à nos pieds. Et c’est la même chose, où que l’on soit sur cette foutue planète qui a le malheur d’être « ronde ». Il n’y existe aucun coin où on pourrait se retirer tranquille.

Actuellement, l’accent est porté sur l’UNESCO qui a osé accepter la Palestine comme État membre à part entière.

Qu’est-ce que c’est que cet UNESCO?

Le nom de l’organisme, en français, est : L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

Assez impressionnant comme nom, avouons-le!

Elle est une institution « spécialisée » de l’ONU. Elle a pour objectif de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples.

Merde!!! Est-il possible qu’un tel organisme puisse exister de nos jours?

L’UNESCO compte 195 États membres.

Cet organisme international est probablement le moins « politisé » de tous les organismes de la planète. Lors des votes décisionnels, aucun de ses membres n’a droit de VETO.Parmi ses membres fondateurs, on retrouve Albert Einstein, Marie Curie, Thomas Mann et Bela Bartok.

En 1983, les USA, à la tête desquels se trouvait le cowboy Reagan, se sont désaffiliés de l’UNESCO. Ils n’y sont revenus qu’en 2003. Dix ans d’absence qui ne semblent pas avoir dérangé, outre mesure, l’organisme en question. « Pourquoi les USA y sont-ils revenus? », serait peut-être, une question à s’imposer (ou du moins à se poser).

Une chose est assez significative : Depuis le retour des USA à l’UNESCO, en 2003, l’organisation s’est engagée dans un plan sévère de réduction des dépenses, assorti d’une réforme de sa stratégie : furent ainsi décidés, entre autres, le non-renouvellement de nombreux postes subalternes. On décida d’une  réduction nette du budget général au profit de programmes désormais financés, et donc aussi pilotés ou gérés, par des États membres ou des entreprises commerciales, dont Microsoft et l’Oréal. C’est tout de même assez curieux. Une augmentation des revenus qui résulte en diminution des dépenses.

Il n’est pas très difficile de comprendre que le but des USA était de diminuer les pouvoirs de l’UNESCO, tout en tentant d’en laisser prendre le contrôle financier par des entreprises commerciales. On n’entendit pas beaucoup parler de l’UNESCO depuis 2003; mais il est évident que son travail se poursuivait vers les buts qu’elle s’était fixés depuis sa création.

Le 31 octobre 2011, les USA « sont remis à leur place », sur la scène internationale, par l’acceptation de la Palestine au sein de l’organisation, malgré son opposition.

Les États Unis réagissent alors comme les « vrais défenseurs de la Démocratie » qu’ils se prétendent, en coupant leur contribution financière à l’UNESCO. Ce qui représente un peu plus de 20% du budget de l’organisation. Le Canada, suivant à la trace les USA depuis les dernières élections, n’ose cependant pas couper les vivres; mais décide de ne s’en tenir qu’aux ententes actuelles au sujet des versements obligatoires de ses cotisations. Un énorme fla-fla médiatique qui ne change absolument rien à son implication.

Le Canada a promit de verser 14 millions par année jusqu’en 2014 et tiendra sa promesse. Nous pouvons nous réjouir que le Canada réaffirme ainsi qu’il n’a qu’une parole, comparativement aux USA qui n’en a pas du tout et qui, en réalité, n’en n’ont pratiquement jamais eu. Remarquez qu’ils ne sont pas les seuls; soi-dit en passant.

Évidemment, ce sont des questions « politiques » qui contrôlent ces décisions des USA et du Canada ainsi que celles de 12 autres pays membres de l’UNESCO. L’acceptation de la Palestine fut votée positivement par 107 pays, négativement par 14 pays et il y eut 52 abstentions. Donc, au total, 14 en appui au USA, 52 qui n’osent pas se lever contre eux et 107 qui les ont remit à leur place. Je trouve cela assez encourageant pour le monde international.

Quel serait la « réaction » possible et pertinente de ce monde international devant l’affront à la démocratie perpétrée par les USA à l’UNESCO? Comment pourrait-on leur faire prendre conscience de leur manque d’honnêteté et de leur hypocrisie au sein de la démocratie internationale dont ils se disent « défenseurs »? Comment refuser et faire cesser qu’un pays s’affiche aussi cyniquement, comme tyran international?

Je ne vois qu’un seul moyen : Ce serait d’annuler complètement leur importance décisionnelle à ce même niveau international. Ce serait de leur enlever, de façon démocratique, la plateforme nécessaire à faire valoir leur décision et leur influence politique. On se rend compte que leur influence économique s’étiole de façon drastique actuellement. Il ne leur reste pratiquement que le pouvoir du « bluff » des armes; avec lequel ils ne réussissent pas grand-chose, on doit le reconnaître (mis à part le meurtre de civils innocents qualifié de « dommage collatéral »).

Comment procéder?

C’est assez simple. Tous les pays qui ont accepté la Palestine au sein de l’UNESCO n’auraient qu’à se retirer de l’ONU tout simplement. L’ONU compte 193 États membres; en lui soustrayant 107 membres, il ne lui reste que 86 membres qui ne pourraient plus se qualifier comme « représentant une association mondiale ». Les droits de VETO que l’on voudrait bien annuler ne serviraient plus à rien sur l’échelle internationale. De plus, le retrait de 107 pays enclencherait une défection parmi les 52 pays qui se sont abstenus.

L’UNESCO « apolitique » augmenterait son importance internationale du simple fait de la diminution de l’importance de L’ONU « politisée ». L’influence d’un organisme basé sur les droits humains, la science, la culture et la collaboration entre nations, au lieu de celle des différents intérêts politiques et économiques particuliers, prendrait le pas sur le pouvoir du contrôle financier.

Peut-être serait-ce là une voie à suivre pour échapper à cet avenir sombre où nous conduit la puissance de contrôle des finances internationales qui s’affiche avec de plus en plus de cynisme.

« Là ou se manifeste le POUVOIR, il ne peut y avoir de RESPECT. Là où se manifeste le RESPECT, il n’y a aucun besoin de POUVOIR ».

Peut-être vais-je parvenir à y comprendre quelque chose, finalement.

 

Amicalement

André Lefebvre

9 pensées sur “Je n’y comprends plus rien!!!

  • avatar
    3 novembre 2011 à 16 04 11 111111
    Permalink

    André,

    Je ne vois pas écris ce que tu ne comprends pas?

    Bien au contraire.
    Il dfaut juste un peu de sagesse de lucidité pour être capable de « pondre » des textes de ce tte valeur.
    Dis à propos peux-tu me dire ce que Le Québec LIBRE veut dire ?
    Mais juste un peu plus simple pour l’idiot de puissance que je dois être LA APIX humaine c’est qui ?
    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
    • avatar
      3 novembre 2011 à 17 05 01 110111
      Permalink

      « Dis à propos peux-tu me dire ce que Le Québec LIBRE veut dire ? »

      Ça ne veut plus rien dire.

      Séparé du Canada ou pas, le Québec ne sera jamais libre. Comme toutes les autres démocraties, évidemment.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        3 novembre 2011 à 17 05 09 110911
        Permalink

        André a raison.
        Québec libre. Ça signifiait quelque chose il y a 50 ans…
        Et encore… Une fois « séparés », le Québec aurait pris les mêmes recettes que le Canada et le reste des pays dits démocratiques.

        Répondre
  • avatar
    3 novembre 2011 à 18 06 52 115211
    Permalink

    à quand un article sur les épandages clandestins de vitamine D ?

    cogito ergo sum

    (D)

    Répondre
    • avatar
      3 novembre 2011 à 19 07 10 111011
      Permalink

      C’est clandestin à chaque jours nuageux. 😉

      Répondre
  • avatar
    4 novembre 2011 à 5 05 14 111411
    Permalink

    André,
    Je m’y suis rendu, c’est un honte de constater la façon dont les politiques traitent avec les financiers le « peuple ».
    Je partage l’opinion de François et des autres, notre destin et celui de nos enfants est entre nos mains donc nous avons un combat à mener pour que vive la démocratie et la liberté des peuples à vivre d’eux-mêmes.
    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    😉

    Répondre
  • avatar
    4 novembre 2011 à 7 07 25 112511
    Permalink

    Israël a décidé et annoncé qu’il coupe « les vivres » à l’UNESCO.

    2 millions de dollars par an. WOW!!! Personne ne savait, jusqu’à aujourd’hui, quelle générosité était déployée, pour la paix mondiale, de la part d’un « peuple élu » de Dieu. Cette perte de revenu à l’UNESCO sera un écueil pratiquement inévitable.

    C’est encore l’histoire de l’esprit transporté par un âne. Ce n’est pas nouveau pour ce peuple merveilleux.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *