JE SUIS CONTRE !

Je regarde l’affiche géante au-dessus de la porte d’entrée de l’université. J’ai vu la même pancarte sur un mur au bureau de l’ASSÉ, et je reconnais le slogan présenté sur la page Facebook de l’association étudiante militante. L’appel semble sans équivoque : «Aux riches de faire leur juste part

Qui dit mieux à gauche de l’échiquier politique? Quel militant gauchiste peut s’opposer à cet appel des mères Térésa de la go-gauche et des curés du syndicalisme étudiant? «Faire payer les riches afin que les pauvres vivent un peu mieux» (le slogan du Parti socialiste de Belgique) n’est-ce pas la quintessence de la politique de la go-gauche? Fraterniser avec les démunis, faire l’aumône, et comme Robin des bois (Robin des banques) prendre aux riches pour donner aux pauvres, n’est-ce pas le rêve que caresse la gauche respectable depuis des décades? Du moins, tant qu’elle ne s’est pas installée confortablement au pouvoir d’État, avec la permission et la collusion de sa classe de tutelle, la ploutocratie des multimillionnaires.

Ce slogan qui semble de gauche est en réalité de droite, même si François Legault, Monsieur Couillard, et dame Marois, menacés d’être appelés à contribuer à cette guignolée provinciale, ne le savent pas. De toute façon aucun d’entre eux – pas même PKP – n’est réellement menacé par le slogan de l’ASSÉ, ni par l’élection de Françoise David comme premier ministre de go-gauche du Québec.

Croyez-vous que nos pères et nos grands-pères ouvriers, pauvres, malandrins, chômeurs, piqueteurs, débardeurs n’y ont jamais songé à cette entourloupette miracle? Je me souviens du manifeste du FLQ en 1970 qui lançait exactement le même slogan, dénonçant la famille Simard, les multimillionnaires de l’armement de Sorel, beaux-parents de l’ex-premier ministre Robert Bourassa. Les felquistes voulaient prendre aux riches un peu plus d’impôt et un supplément de taxes, pour distribuer l’aumône aux pauvres, aux sans-abris et aux malappris, la petite-bourgeoisie a toujours de ces relents de charité chrétienne. L’armée a envahi le pays et les felquistes sont partis vers le Sud en avion affrété.

Les curés en soutanes, les nones en robes longues, les frères à bedaine et toute l’industrie de la charité citoyenne le font déjà et pourtant jamais la misère n’a autant prospéré.

C’est que le crime et le drame fondamental du système économique dans lequel nous vivons, dans lequel vivent les militants de l’ASSÉ, madame Desjardins et monsieur Bureau-Blouin, ce n’est pas la mauvaise répartition de la richesse et les sacrifices mal partagés entre les riches et les ouvriers salariés. Non, ce n’est pas la source du problème. Cette injustice distributive de la richesse entre les riches et les gens ordinaires, les pauvres et les salariés est la conséquence de l’injustice suprême, la mère de toutes les injustices.

C’est parce qu’ils sont propriétaires des moyens de production, du commerce et des communications que les PKP-Desmarais-Chagnon-Sirois-Jean-Coutu-Beaudoin-Bombardier et autres multimillionnaires, chefs d’entreprises, banquiers et financiers s’en mettent plein les poches et donnent le moins possible à l’État tout en menaçant de quitter le pays avec leurs usines et leurs fortunes mal acquises si l’impôt des particuliers, si les taxes des entreprises, si les royautés et les comptes d’électricité des multinationales sont augmentés.

Comme ce sont les riches – la classe capitaliste et les financiers-banquiers – qui dirigent et organisent cette société jamais les thuriféraires politiciens de droite comme de pseudo gauche n’imposeront «Aux riches de faire leur juste part!».

Les sociétés québécoise et canadienne, l’État québécois et canadien n’ont pas été mis sur pied pour «Faire payer les riches» (!) mais bien pour faire payer les ouvriers, les salariés, les travailleurs et les étudiants, les chômeurs et les pauvres, et c’est le fondement même de cette société qu’il faut changer pour en inverser les rôles et faire en sorte que tous travaillent et paient leur juste part au bénéfice de tous ceux qui travaillent, «L’oisif ira loger ailleurs».

Je suis contre que l’on quémande «aux riches de faire leur juste part», et je suis en faveur que l’on exproprie les riches.

5 pensées sur “JE SUIS CONTRE !

  • avatar
    28 mars 2014 à 9 09 12 03123
    Permalink

    AH OUI ! J’ai oublié d’ajouter un élément important dans mon texte ci-haut.

    Je suis totalement en faveur de cette manifestations de l’ASSE le 3 avril 2014 afin de dire aux riches que l’on exige la gratuité scolaire de la maternelle à l’université (y compris). Ca OUI JE SUIS POUR. J’y serai à cette manif c’est certain.
    Que les riches qui contrôlent tout s’organisent avec le financement. Nous n’avons aucun pouvoir – à ceux qui dirigent et gouvernent d’assurer.

    Répondre
  • avatar
    28 mars 2014 à 12 12 12 03123
    Permalink

    Bonjour, Le problème fondamental est de ne pas reconnaître que les populations sont les esclaves des possesseurs de richesses. La population mondiale a commencé à augmenter artificiellement avec la venue du système monétaire actuel (http://klnavarro.free.fr/spip/IMG/jpg/population_humaine.jpg).

    Qu’est-ce qu’une ville? Un endroit où se trouve une aglomération de population qui a augmenté par l’apport de ce système monétaire artificiel. Rien n’a été fait en fonction des personnes mais en fonction des besoins des possesseurs de richesses. Dès le départ. Ça va de soi, ils l’ont mis en place. Tout est artificiel. La majorité des humains n’existerait pas n’eut été la mise en place de ce système monétaire.

    J’ai 56 ans, j’ai été élevé sur une ferme laitière. Jusqu’en 1972 mon père m’amenait bûcher l’hiver car on chauffait encore la maison au bois. Quand je regardais mon village – et je ne mentionne même pas Montréal – je me disais que le monde était fou. Déconnecté de la réalité. Avec les connaissances que j’ai maintenant je comprends que ce que je ressentais était valide. Les villes existent; mais ce n’est pas naturel. Ça existe par l’intermédiaire d’un système artificiel.

    Quand je vois tout le monde débattre de ceci ou cela au sujet des riches et de la bourgeoisie je compatis, car il est évident qu’il ne sait pas mieux. L’humain est ce qu’il apprend, ce qu’on lui apprend. Remettre l’existence des possesseurs de richesses en question est remettre sa propre existence en question. S’ils n’avaient pas été là vous n’existeriez pas.

    Vous voulez changer les choses? Il faut prendre conscience de la réalité, se rassembler, la partager, et négocier.

    Répondre
  • avatar
    28 mars 2014 à 12 12 47 03473
    Permalink

    Cher Robert Bibeau connaissez-vous Francis Cousin?

    Si c’est non alors faites s’il vous plait une recherche sur votre moteur de recherche, il est plus radical que vous ne l’êtes. Vous avez mon admiration et Francis l’a aussi. Nous vaincrons ensemble l’oligarchie et remplacerons l’américanisme par la communauté humaniste de l’être pour tous.

    Répondre
  • avatar
    28 mars 2014 à 16 04 59 03593
    Permalink

    Il est très facile de me mettre KO – totalement KO.
    Je vous donne la recette toute simple.
    Écrivez un fouillis de salmigondis qui tourne derrière puis devant puis revient sur ses pas – mélangez le tout de phrases mystiques pseudo- religieuses incompréhensibles à un rationnel comme moi -une bouillis d’incohérente puis ajoutez une ou deux citations de Gandhi – Bouda – Jésus-Christ ou Yaveh ou Vichnou ou autre hurluberlu de même espèce et vous me perdez totalement – j’en perds mes moyens. Je suis abasourdi.
    Je ne puis rien répondre… SORRY pour les possesseurs de richesses qui ne doivent pas disparaitre pour que moi je puisse survivre. J’ai du Kamikaze dans l’âme.
    Je suis totalement incapable de traiter les cas grave d’autisme – Je conseil donc aux souffrants militants de s’adresser à un autre de mes collègues plus compétents que moi.

    Répondre
  • avatar
    29 mars 2014 à 11 11 54 03543
    Permalink

    Bonjour, ‘SORRY pour les possesseurs de richesses qui ne doivent pas disparaitre pour que moi je puisse survivre.’ : Les possesseurs de richesses ne devraient pas exister.
    ‘J’ai du Kamikaze dans l’âme.’ Je suis désolé pour vous, et pour nous, car une fois mort, vous ne pourriez plus aider à changer les choses.
    ‘Je suis totalement incapable de traiter les cas grave d’autisme’ : ???

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *