Jésus (5) Jean le Baptiste

J’allais oublier un personnage des plus important de l’histoire de Jésus:

Jean le Baptiste (L’opinion des Juifs actuels sera pour le prochain article; j’espère que vous me pardonnerez).

Il serait né en 8 av J.C. (C’est certainement une erreur)

Il est cousin de Jésus

Il est Nazir comme Jésus.

Il est du même âge que Jésus(Tout au plus un an plus vieux; et non pluvieux)

Il est emprisonné en 31 ap J.C.

Il est décapité en 32 ap J.C.

 Les autres personnages :

 Hérodiade ou Hérodias.

 Elle est fille d’Aristobule et de Bérénice.

Elle fut l’épouse de deux de ses oncles : Hérode Philippe et(en 29 ap J.C.) Hérode Antipas.

Elle suit Antipas en exil en 39 ap J.C..

Hérode Philippe (Hérode II Boethus)

 Il est fils d’Hérode le Grand et de Mariamne II

Premier époux d’Hérodiade

Père de Salomé (supposée responsable de la mort de Jean le Baptiste lors d’une danse le jour de l’anniversaire d’Antipas).

Il est demi-frère d’Hérode Antipas

Il est quatrième fils d’Hérode le Grand

Il vit comme un citoyen ordinaire sans attache au royaume de son père.

Il meurt en fin 33 ap J.C.

Salomé II

 

 Elle nait en 14 ap J.C.

Elle épouse Philippe fils d’Hérode le Grand et de Cléopâtre et Aristobule (le jeune) fils d’Hérode Agrippa II et roi de Chalcis. 

 Selon Flavius Josephe elle eut deux époux et plusieurs enfants.

Et je ne crois pas qu’une reine ou future reine ait fait une « danse à dix » pour Antipas.

Philippe (Fils d’Hérode le Grand et de Cléopâtre)

 Il règne de -4 av J.C. à 34 ap J.C. comme tétrarque de la Batanée, de la Trachonite, de l’Auranitide, de la Gaulanitide et de Panéas, et d’après Luc 3:1
aussi de l’Iturée (Mr 8:27,Mt 16:13)

Il épouse sa nièce Salomé II. Et meurt en 34 ap J.C. dans sa ville de Livia-Julia alias Bethsaïda.

Hérode Antipas  (Fils d’Hérode le Grand et de Malthaké)

 Il nait en 21 av J.C.

Il épouse la fille d’Arétas IV

Il divorce et épouse Hérodiade en 29 ap J.C.

Il règne (comme tétrarque) de -4 av J.C. à 39 ap J.C. sur la Galilée et le Pérée.

En 21 ap J.C. il construit la ville de Tibériade en l’honneur de l’Empereur Tibère.

Ponce Pilate lui demande de juger Jésus (Galiléen) qui le qualifiait (Antipas) de renard (Luc 13,32).

Il vint à Rome pour demander le titre royal (en 39) Mais l’Empereur l’envoie en exil.

Aristobule roi de Chalcis

 Il est le fils d’Hérode, roi de Chalcis et arrière petit fils d’Hérode le Grand. Néron le fit roi de la petite Arménie et ensuite il succède à son père. Quelques années après, il épouse Salomé, fille d’Hérodiade.

 Et….

 Voici leur histoire :

         En 14 ap J.C, Hérodiade, épouse d’Hérode Philippe a une fille qu’elle appelle Salomé.

        Hérode Philippe s’est écarté du pouvoir depuis la mort de son père et vit comme simple citoyen. En 29 ap J.C. il accueille son demi-frère Hérode Antipas chez lui, lors d’un transit où celui-ci se rend à Rome.  

        Hérodiade et Antipas tombent amoureux l’un de l’autre et celui-ci lui demande de venir  vivre avec lui lorsqu’il reviendra de Rome.(Le fait qu’il soit roi et que son mari ne le soit pas, a dû peser dans la balance pour Hérodiade. On ne peut vivre que d’amour et d’air du temps). Résultat : l’entente est conclue. Selon Flavius Joseph c’est Hérodiade qui décide de tout : « Hérodias a pris sur elle pour confondre les lois de notre pays et elle a elle-même divorcée de son mari alors qu’il était en vie et s’est mariée à Hérode Antipas« .

         Au retour de Rome Antipas divorce de la Fille d’Arétas. Il épouse et accueille chez lui Hérodiade avec sa fille Salomé qui est âgée d’environ 15 ans.

        Autour de 28 ap J.C. Jean le Baptiste se fait connaître en Palestine. Il serait né à Jutta près d’Hébron. (Ernest Renan). Il attirait les foules et une grande majorité adhérait à son mouvement en se faisant baptiser. Il clamait : « Faites pénitence car le royaume de Dieu approche! ». On entend bien que ce Royaume de Dieu remplacera le joug romain. C’est donc assez clair qu’il annonce la venue ou le retour des Zélotes qui, on le sait, ne reconnaissent, comme roi, que Dieu seul. Il annonçait également « une grande colère » et de « terribles catastrophes » pour bientôt (Ernest Renan).  Ces catastrophes annoncées nous rapprochent  beaucoup de ce qui est décrit dans l’Apocalypse.

        Selon Renan encore : « Le ton général de ses sermons était sévère et dur. Les expressions dont il se servait contre ses adversaires paraissent avoir été des plus violentes . C’était une rude et continuelle invective. Il est probable qu’il ne resta pas étranger à la politique ». Je dirais même : Il est certain

        Il est un peu curieux que, dans Jean 1 :29,  Jean le Baptiste voit venir Jésus et le reconnaît tandis qu’en Matthieu XI : 1 à 4,  Jean le Baptiste, de sa prison, fait demander à Jésus : « Es-tu celui qui doit venir? » et ne semble pas l’avoir déjà rencontré. Par contre, il est clair qu’il attend quelqu’un. Comme si ce quelqu’un lui avait annoncé sa venue. Ce qui nous rapproche encore plus de l’Apocalypse. Ce n’est qu’une curiosité additionnelle du Nouveau Testament;  comme toujours du mauvais « fignolage ».

      Il y a quatre Évangiles officielles. Lorsqu’on les lit et les compare, c’est un peu comme de comparer quatres dépositions de suspects différents d’un même crime. La vérité transparaît toujours à travers les mensonges, même si les suspects se sont entendus auparavant sur « l’histoire » à raconter.

        Selon le Nouveau Testament, Jean le Baptiste insista tellement sur le scandale du mariage d’Antipas avec Hérodiade que celui-ci le fit arrêté et mettre en prison à Machéro. En 30 ap J.C. selon Renan, et en 31 selon d’autres. Lors de l’anniversaire d’Antipas, la fille d’Hérodiade est supposée avoir tellement bien dansé, qu’Antipas lui promit tout ce qu’elle désirait, « ne fusse que la moitié de mon royaume ». Ce qui me semble un peu exagéré, même si Salomé devait avoir environ 17 ans. C’est alors qu’Hérodiade poussa sa fille à demander la tête de Jean le Baptiste qui fut décapité.

        Au sujet de l’arrestation de Jean le Baptiste, Flavius Josephe nous dit (Antiquités Judaïques: XVIII, 5 :  « Des gens s’étaient rassemblés autour de lui, car ils étaient exaltés en l’entendant parler. Hérode (Antipas) craignait qu’une telle faculté de persuader ne suscite une révolte, la foule semblant prête à suivre en tous les conseils de cet homme. Il aima donc mieux s’emparer de lui avant que quelque trouble se fût produit à son sujet, que d’avoir à se repentir plus tard, si un mouvement avait lieu, de s’être exposé à des périls. [119] A cause de ces soupçons d’Hérode, Jean fut envoyé à Machaero, la forteresse dont nous avons parlé plus haut, et y fut tué. »

        Ces donc plutôt à cause de la peur d’une révolte qu’Antipas fait arrêter Jean le Baptiste. De plus, chez Josephe, il n’y a pas de mention de la « Salomé danseuse  exotique ». Il dit simplement qu’Antipas le fit tuer à Machaero, sans détail supplémentaire.

        Chose encore curieuse, dans Antiquités Judaïques, parlant de Jésus Christ,  Flavius Josephe le présente, dans son texte, bien avant celui parlant de Jean Le Baptiste; XVIII, 3-63 versus XVIII, 5 -118. C’est ce texte qui est soupçonné d’être une interpolation subséquente par les Chrétiens.

        En 36 ap J.C. Agrippa est incarcéré à Rome par l’Empereur  Tibère. Celui-ci, décédé, il fut remplacé par Caligula en 37 ap J.C. C’est à ce moment-là qu’Agrippa fut libéré de prison et devint roi. C’est alors qu’Hérodiade poussa Antipas à demander sa royauté à l’empereur Caligula. Son ambition la perdit et en 39 Antipas est exilé en Espagne avec Hérodiade. De plus, sa tétrarchie revient à Agrippa.

       Il est donc certain que Jean le Baptiste a existé, qu’il prêchait quelque chose qui pouvait susciter une révolte, qu’il fut emprisonné par Antipas et qu’il est possible que celui-ci le fasse décapiter sous la pression d’Hérodiade.

       La belle Salomé est un personnage assez important dans la chronologie des événements. Sauf qu’elle est très difficile à cerner dans l’histoire officielle. Jusqu’à l’âge de 15 ans (29 ap J.C.) elle vit avec son père Hérode Philippe et sa mère (Hérodiade), peut-être à Bethsaïda, village des zélotes frères de Jésus, ce qui la rapprocherait de cette Salomé au pied de la croix.

En 29 ap J.C. elle est âgée de 15 ans. Reste à découvrir à quel âge elle a épousé son premier époux Philippe (son oncle), je n’ai pas pu le trouver. Par contre ce Philippe meurt en 34 et elle épouse alors, âgée de 20 ans, Aristobule, fils d’Hérode.

    Voilà donc pour l’histoire entourant Jean le Baptiste, cousin de Jésus, le roi des Juifs.

 À suivre

                                                                         Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *