Karachi, c’est reparti

Le grossier mensonge élyséen d’un président « totalement étranger » à l’affaire Karachi, dont le nom, censément, « n’apparaît dans aucun des  éléments du dossier« , est à nouveau démenti. Sarkozy savait, titre Libération : « Un ex-haut fonctionnaire a affirmé en  décembre au juge qui enquête sur l’affaire Karachi que Nicolas Sarkozy,  ministre du Budget en 1994, avait validé la création d’une société  luxembourgeoise servant à payer des intermédiaires dans des contrats d’armement, selon Libération lundi, résume TF1. Le journal s’appuie sur un procès-verbal d’audition du 2 décembre, devant  le juge Renaud Van Ruymbeke, de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut  fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI, branche internationale de la Direction des constructions  navales qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta. (…) « Il est clair que le ministère du Budget a nécessairement donné son accord  pour la création de Heine (…) Vu l’importance du sujet, cette décision ne  pouvait être prise qu’au niveau du cabinet du ministre », a déclaré Gérard-Philippe Menayas sur le PV cité par Libération. » Ce n’est en réalité qu’une confirmation, l’implication du Sarkozy ministre du Budget d’alors dans la création de la machine à commissions luxembourgeoise étant déjà connue. Mais il est toujours utile de le rappeler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *