Khadir, Mulcair… vers une Gauche intelligente


 

Amir Khadir a pris la noble décision de quitter  son job de porte parole parlementaire  de QS  pour se retirer en laissant toute la place à Françoise David. Un beau geste et qui sera perçu comme tel.

La population ne manquera pas de remarquer que ça semble clore une époque où ceux de Gauche « voulaient avoir raison plutôt que gagner ». Un temps, donc, où  chaque Gauchiste –  férocement un peu différent de tous les autres – trouvait son sens à la vie à changer une virgule d’un quelconque texte doctrinaire, sans aucun espoir de prendre le  pouvoir ni même un véritable intérêt à le faire. Ces quasi marxistes, crypto trotskystes, pseudo révolutionnaires, n’avaient pas d’ennemis plus acharnés que leur alliés jaloux et leur disciples révisionnistes, car face au soleil de la vérité, chacun se sentait surtout à l’ombre de son plus proche voisin

Khadir vient de changer tout ça.  Il s’efface devant Francoise, dont il devient le consigliere, avec une noblesse qui est aussi d’une grande habilete.   Car il saute  aux  yeux que  le PQ si décevant va céder aux prochaines élections, un large pat de sa gauche à QS…

Il en cédera d’autant plus que la marche idéologique entre les deux formations ne sera pas haute. Madame David, qu’on affectionne, ratissera BEAUCOUP plus large que Khadir, qui a dû faire peur pour que OS même existe.

Une passe réussie devant les filets.  Et ce n’est pas tout… Il y a aussi Mulcair qui surprend.  Pourquoi ne capitalise-t-il pas  sur le succès du NPD de Layton, pour créer une aile provinciale qui deviendrait un élément permanent à gauche de la scene politique québécoise ?

Parce que – Ô surprise – Mulcair aussi est un Gauchiste intelligent.  Il sait qu’au Québec seule une alliance entre gauchistes et nationalistes (type PQ)  peut arracher le pouvoir à un centre droit qui est ce que les Québécois veulent vraiment.  Un parti de gauche fédéraliste au Québec, ne peut qu’être éternellement minoritaire… et garder au pouvoir le PLQ, la CAQ ou une fusion des deux.

Au fédéral, au contraire, un parti de gauche va pouvoir jouir au Québec du vote independantiste d’un QS en ascension… sans la compromission séparatiste qui serait sa mort dans le reste du Canada.   Pas bête la Gauche…

Pierre JC Allard

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *