La « course contre les machines » et le chômage technologique.

 

LE MINARCHISTE

“Race Against The Machine: How the Digital Revolution is Accelerating Innovation, Driving Productivity, and Irreversibly Transforming Employment and the Economy”, Erik Brynjolfsson and Andrew McAfee.

Pour les « stagnationnistes » comme Tyler Cowen, le revenu médian des ménages Américains a cessé de croître en raison d’un ralentissement de l’innovation technologique. Pour Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, les auteurs de « Race Against the Machine », c’est plutôt en raison d’une accélération de l’innovation, à un rythme que bon nombre de travailleurs ne sont pas capable de suivre. Selon l’économiste Jeremy Rifkin, nous serions présentement dans une phase de l’histoire de l’humanité dans laquelle de moins en moins de travailleurs seront nécessaires à la production de biens et services. En fait, la croissance de la productivité aux États-Unis a été de 2.5% en moyenne durant les années 2000s, ce qui est plus élevé que dans les années 1970s, 1980s et même 1990s : rien à voir avec une stagnation de l’innovation. Cependant, les années 2000s furent la première décennies depuis celle de la Grande Dépression où aucune création nette d’emploi ne fut observée.

MaleMedianIncome

productivity-by-decade

Pas de création nette d’emploi aux États-Unis entre 2000 et 2010 :

US lost decade

Cela ne signifie pas que l’humain est devenu obsolète. Au contraire, certaines compétences humaines sont devenus plus en demande que jamais. Cependant, d’autres compétences ont perdu beaucoup de valeur alors que certaines sont devenues inutiles. Cela fait en sorte que certaines personnes considérées comme compétentes par le passé ont dorénavant bien peu à offrir aux employeurs. Le progrès technologique a créé énormément de richesse, mais une portion de la population y a plutôt perdu au change. Et on ne parle plus seulement de l’automatisation robotique, qui a révolutionné les chaînes de montage.

Les exemples sont nombreux :

  • Les guichets automatiques réduisent la demande de caissiers dans les banques, tout comme les transactions bancaires sur internet.
  • Les appareils automatisés dans les aéroport et dans les épiceries font de même.
  • Des logiciels comme Impôts Rapide de Intuit réduise la demande de services fiscaux.
  • Le commerce sur internet réduit les visites en magasin.
  • On peut maintenant acheter de l’assurance-auto en ligne, des hypothèques, et bien d’autres services financiers.
  • Les blogs gratuits sur internet concurrencent les journalistes pour l’information et les opinion éditoriales.
  • Les clubs vidéos et la télévision conventionnelle sont moins nécessaires avec le cinéma à domicile, Netflix, Bit Torrent et même YouTube.
  • Les grandes places boursières du monde sont dorénavant informatisées et le courtage se fait de plus en plus sur internet.
  • Même chose au niveau des agents immobiliers, alors que les gens peuvent maintenant s’afficher sur des sites où ils peuvent vendre leur maison facilement eux-mêmes.
  • Il ne serait pas surprenant que Wikipedia fasse baisser les ventes d’ouvrages de référence, de dictionnaires et d’encyclopédies.

Ce progrès est loin d’être terminé; il s’accélère. La robotique continue d’avancer. Foxconn, qui fabrique les produits Apple en Asie, prévoit remplacer 500,000 de ses employés par des robots. L’intelligence artificielle est de plus en performante, alors que l’ordinateur Watson a écrasé les plus grands champions du jeu Jeopardy!, sans parler du monde des échecs, alors qu’en 2013, un téléphone cellulaire peut battre Gary Kasparov. Google a réussi à concevoir une voiture qui se conduit toute seule (pensez à l’impact potentiel pour les chauffeurs de taxis et d’autobus). Le logiciel GeoFluent de la compagnie Lionbridge permet de répondre à un client dans n’importe quelle langue, donc une téléphoniste Indienne peut répondre à une cliente Espagnole dans sa langue. Ce genre de logiciel permettra d’éliminer le métier de traducteur. Des logiciels permettent maintenant de chercher des références automatiquement dans des archives judiciaires, éliminant des emplois de commis juridiques. Pensez aussi aux turbulences que causera l’impression 3D au niveau de l’industrie manufacturière et du transport.

Ainsi, il semblerait que le phénomène nommé « chômage technologique » (nommé ainsi par John Maynard Keynes en 1930) continue de progresser dans les années qui viennent. Alors que la technologie remplace le travail humain de faible et moyenne compétence, il n’est pas surprenant de constater que le rendement du capital augmente comparativement aux salaires des travailleurs. Les profits corporatifs représentent dorénavant une part record du PIB américain, alors que la part des salaires des travailleurs est très basse, tout comme le taux de participation de la main d’oeuvre. Le capital a gagné énormément de terrain comparativement au travail humain.

US GDP trends  us-profits-as-a-share

Change in Real Wages

L’autre impact de la technologie est qu’elle a accentué le phénomène de « winner-take-all » dans l’économie. La technologie a agit tel un effet de levier sur le talent des entrepreneurs, présidents d’entreprises et vedettes du divertissement et du sport, qui ont pu capturer des primes de revenu globales. Les travailleurs à haut niveau de compétence en bénéficient aussi : les ingénieurs qui conçoivent ces technologies, les programmeurs informatiques qui transforment les ordinateurs en simili-cerveaux, les financiers qui lèvent les capitaux visant à faire ces investissements, les avocats et comptables qui s’occupent de la paperasse. Cependant, la demande pour ces gens augmente plus vite que l’offre. Le système d’éducation ne réussit pas à former suffisamment de ces gens, ce qui fait en sorte de faire monter les enchères. Nous avons donc observé une forte augmentation de la prime au diplôme au cours des dernières décennies (voir ceci).

Bachelorpremium

De nos jours, à moins d’être un entrepreneur brillant ou une vedette sportive ou artistique, un simple diplôme d’étude secondaire ne vous mènera pas loin. Pourquoi? Parce que la robotisation et l’informatique ont délogé le bas de l’ancienne « classe moyenne », qui s’est fait couper l’herbe sous le pied et qui fait maintenant gonfler le nombre de travailleur à faible compétence. Il y a donc trop de gens cherchant ce type d’emplois, ce qui pousse les salaires à la baisse, si bas qu’il ne permet pas à quelqu’un de gagner sa vie et vivre décemment. Il est fini le temps où on pouvait gagner un bon salaire en vissant des boulons à l’usine GM ou en vendant des meubles chez Tanguay.

Donc, nous avons à la fois des salaires qui augmentent plus vite au haut de l’échelle et une masse de gens qui stagnent au bas de l’échelle; et le bas de l’échelle est dorénavant bien plus haut qu’auparavant. Il n’est donc pas surprenant de constater que les inégalités de revenus augmentent. Selon The Economist, pour les pays de l’OCDE, un décrocheur du secondaire a deux fois moins de chance de se trouver un emploi quelconque qu’un diplômé universitaire.

Le coefficient Gini mesure les inégalités de revenus :

Gini-coefficient-US-1967-2010

Quelles sont les solutions?

L’une des raisons d’être optimiste, selon les auteurs, est qu’il y a énormément de potentiel d’amélioration au niveau de l’éducation, qui a jusqu’à maintenant peu innové et qui n’a pas pris avantage de l’innovation technologique pour faire évoluer les modes d’apprentissage. Les cours magistraux et les examens basés sur la mémorisation sont inadaptés à l’économie du 21e siècle, qui valorise davantage la créativité et le savoir-faire pratique. L’échec de l’interventionnisme étatique dans l’éducation est clairement à blâmer; ayant transformé l’école en une institution bureaucratique, inflexible, élitiste et déconnectée de la réalité du marché.

Contrairement à certains (ici et ici), les auteurs ont la lucidité de ne pas blâmer l’innovation technologique comme telle; qu’il ne faut absolument pas freiner. Ils sont aussi conscients que la redistribution de la richesse par l’État n’est pas une solution durable puisqu’elle ne rendra pas les chômeurs technologiques plus compétents et employables. Les auteurs proposent une vingtaine de solutions à cette problématique, dont certaines avec lesquelles je suis plutôt en accord :

–          Il faudrait significativement réduire les barrières à la création d’entreprises, telles que la règlementation, laquelle favorise les grandes entreprises établies. Ce n’est définitivement pas dans cette direction qu’on se dirige présentement (voir ceci).

–          Préserver la flexibilité du marché du travail (voire l’augmenter), pour qu’il soit facile d’embaucher et de licencier un employé. Les pays où le marché du travail est flexible ont des taux de chômage plus bas que ceux où il est moins flexible (voir ceci).

–          Rendre la main d’oeuvre plus concurrentielle versus les machines en réduisant les taxes sur la masse salariale.

–          Désarrimer les avantages sociaux de la rémunération pour augmenter encore plus le dynamisme du marché du travail (j’en parlais justement ici). De cette façon, certaines personnes hésiteront moins à quitter leur emploi (perdant ainsi leur assurance-santé) pour démarrer une entreprise.

–          Éliminer les subventions visant à favoriser l’accession à la propriété, qui réduisent la mobilité et n’accomplissent rien de bon.

–          Réduire les avantages dont bénéficient l’industrie financière, comme par exemple le statut de « too-big-to-fail », et j’ajouterais aussi la banque centrale qui a le monopole de la monnaie.

–          Réformer le système des brevets, qui nuit à l’innovation plutôt que de l’encourager (voir ceci). Les auteurs proposent de réduire la durée et la portée des brevets, tout comme des droits d’auteurs; j’opterais plutôt pour l’élimination de la propriété intellectuelle dans son ensemble.

Je termine avec cette excellent citation tirée du livre, que je recommande fortement :

“Man is the lowest-cost, 150-pound, nonlinear, all-purpose computer system which can be mass-produced by unskilled labor.”

From  a 1965 NASA report advocating manned space flight.

Autre article sur le sujet par H16 ici.

Je vous invite aussi à lire cet article que j’ai publié en 2010 qui démystifie le découplage entre la productivité et les salaires.

Addendum : Implications macroéconomiques récentes :

La « course contre les machines » a débuté il y a plusieurs décennies, mais elle s’est accélérée durant les années 1990s, suite à l’utilisation grandissante des ordinateurs, à l’apparition de l’internet et à la robotisation. La mondialisation des échanges a aussi contribué, puisque le commerce est une technologie non-négligeable. On constate donc que le taux de participation de la main d’oeuvre a plafonné aux États-Unis vers le milieu des années 1990s. Les années 2004-2007 ont bénéficié d’une embellie grâce à la bulle immobilière engendrée par le gouvernement américain, qui a mis au travail une grande quantité de travailleurs à faible compétence dans la construction et toutes les industries reliées. Puis, suite à l’implosion de cette bulle, ces travailleurs sont retournés dans le pool de gens inemployables.

Selon vous, quel est l’impact de la politique monétaire actuelle à ce niveau? Est-ce que la Federal Reserve peut régler ce problème en générant des taux d’intérêt réels négatifs? Bien sûr que non! Au contraire, les bas taux d’intérêt permettent aux entreprises d’investir dans le capital et d’augmenter leur productivité en utilisant moins de main d’oeuvre, c’est pourquoi nous avons vu les profits corporatifs augmenter fortement depuis la fin de la récession (phénomène surnommé « jobless recovery » ou reprise économique sans emploi). De plus, ces bas taux d’intérêts favorisent les fusions/acquisitions financées par endettement, lesquelles favorisent les mises à pieds.  La politique monétaire de la Fed a donc accentué le phénomène décrit dans le livre mentionné ci-haut.

 Labor Force Rate

 

Job wages recession

LE MINARCHISTE

2 pensées sur “La « course contre les machines » et le chômage technologique.

  • avatar
    10 mai 2013 à 20 08 17 05175
    Permalink

    Formidable. nous n’avons presque plus besoin d’humain pour produire. Bientôt nous n’aurons plus besoin d’humain pour la production. Wow! Nous n’aurons qu’a exterminé ces humains redondants. Wow! la société bourgeoise presque parfaite pour bientôt. Le prochain grand progrès ce sera de se greffer des bouts de machine à notre corps et de nous transformer nous-même en machine. Vive la machine! Au diable la vie et l’humanité!

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2013 à 9 09 39 05395
    Permalink

    @ L’auteur

    Votre article de ce jour qui nous parle de Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, reprend essentiellement le diagnostic et les conclusions du livre Crisis and Beyond que j’ai écrit dans les annnés « 70 et publié en1987. Longtemps avant Rifkin. Lisez, ca vous amusera.

    http://www.nouvellesociete.org/300.html

    Ces idées étaient elles-mêmes inspirées de celles des théoriciens comme Parnes, Blum, Emmerij qui gravitaient autour de l’OCDE dans les années « 60 et qui ont permis, entre autres, le Projet Regional Mediterranéen auquel j’ai participé activement . C’est alors que nous avons INVENTÉ le terme « Human Resources » assez mal perçu, au départ, car présumé deshumanisant …

    Cette vision est devenue celle officielle de O.I.T circa 1970… puis on n’en a plus parlé. On a jugé plus intéressant (pour qui ?) d’aborder a question du travail qui disparaissait sous l’angle exclusif de concurrence des pays emergents…

    Vous comprendrez que j’ai une impression de déja vu…

    Quand j’entends aujourd’hui parler de « stagnationnistes », ou au contraire d’une accélération de l’innovation, j’ai l’impression que je vais bientôt m’éveiller d’un long sommeil, et qu’un jeune génie aura un prix Nobel pour découvrir que nos problèmes seraient résolus si: a) un autre répartition de la richesse permettait la consommation des biens et services que l’on peut désormais produire en abondance, et b) la main-d’oeuvre était formée pour que tout le monde…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *