La crise de la liberté… en 1 000 mots

Nous faisons face aujourd’hui à une crise de liberté. « Libertaire » ou « libertarienne », simples expressions à la mode pour désigner que nous commençons à voir autrement aujourd’hui que vivre en société pose un dilemme, entre le désir d’être libre… et la solidarité qui est l’indispensable ciment qui garde ensemble les éléments d’un société et permet à celle-ci de subsister .

La liberté, c’est faire ce qu’on veut, jouer à être Dieu en n’acceptant les contraintes ni de la nature ni des autres. La liberté est fonction du pouvoir qu’on possède, puisque c’est toujours le pouvoir qui fait défaut quand on ne fait pas ce qu’on veut. Liberté et pouvoir sont les deux faces de la même médaille. Le corollaire est qu’on est dans un jeu à somme nulle et que le pouvoir des uns pose la limite de la liberté des autres.

Dans une société, bien sûr, il y a des accommodements de consensus concernant la liberté, basés sur ce qu’on dit « la justice », mais qui ne sont en fait que des habitudes : des leçons apprises, qu’au-dela d’un certains seuil, priver un individu de sa liberté suscitera une résistance qui rendra négative l’équation du plaisir à tirer en exerçant le pouvoir de le plier à sa volonté.

On se dit donc tous « pour la liberté », chacun ne cherchant pas moins à augmenter son pouvoir. La solidarité, c’est un noble sentiment altruiste, mais plongeant ses racines dans le riche engrais de l’égoïsme qui fait comprendre à quiconque n’est pas trop bête que l’on se défend mieux et qu’on produit davantage si on se partage les tâches que si on cherche à tout faire seul comme Robinson sur son île. Vivre en société, c’est faire le choix d’une certaine solidarité, ce qui n’empêche pas chacun de souhaiter prendre plus du tronc commun et y mettre moins… , mais sans remettre en cause le choix essentiel de vivre ensemble.

Une société a le choix de mettre plus ou moins en commun, mais elle n’a pas celui de faire abstraction du dilemme entre liberté et solidarité. Ce qu’elle met en commun signifie NÉCESSAIREMENT qu’est réduit d’autant l’espace où l’individu est parfaitement libre de ses décisions et de ses gestes. Inversement, l’individu ne peut affirmer sa liberté qu’en s’affranchissant de certaines contraintes de la solidarité, perdant alors certains avantages liés à la division du travail et la sécurité qui va de paire avec un étalement des risques. Il faut établir un point d’équilibre entre liberté et solidarité.

Une société industrielle en gestation, puis en accomplissement, exigeait une exemplaire solidarité. Dans le sens, d’abord, que les rouages d’un machine exigent l’obéissance à un plan, dans celui aussi que les valeurs aberrantes tendent à revenir vers la moyenne et, quand elles ne le font pas assez vite, doivent y être ramenées par des mesures d’exception, dans celui enfin, où une dichotomie esprit/matière brutale peut ne voir l’action sur cette dernière qu’en termes collectifs (solidarité), la liberté se retranchant dans la chasse gardée de la pensée pure, inaccessible et sans compromission imposée.

Une société de production tertiaire change tout. Elle réduit l’interchangeabilité entre ses éléments, rend le quantitatif trivial au profit du qualitatif et fait de la motivation le premier facteur de productivité. Le principal avantage de vivre en société étant la division du travail, celui-ci devient paradoxalement efficace uniquement dans la mesure où une grande liberté en devient une composante ! Le pendule qui oscille entre le libertaire et le solidaire est projeté aujourd’hui avec force vers le pôle « liberté », au point qu’on en vient à oublier que sans solidarité – et le sacrifice d’une partie de cette liberté – toute société est rigoureusement impossible.

Ce qui est nouveau, aujourd’hui, c’est que le sacrifice d’une partie de la liberté doit être LIBREMENT consenti, car il est devenu inefficace de même songer à l’imposer. Comme il est devenu inefficace tôt dans l’histoire de traiter en esclave son médecin, sa courtisane ou le précepteur de ses enfants… on en perd alors le meilleur. Aujourd’hui, la liberté devient essentielle à TOUTES les variables où la solidarité est nécessaire.

Il est donc ubuesque de penser qu’on améliorera l’éducation en augmentant de quelques heures la charge de travail des enseignants, la santé en encadrant plus minutieusement les interventions médicales ou l’administration de l’État en ajoutant des fonctionnaires. La solution à la crise de la liberté passe par la compréhension que la solidarité ne peut plus exister dorénavant que si elle est DÉSIRÉE.

Comment obtenir ce résultat ? En faisant d’abord le choix, au palier du système de production, de substituer une structure d’entrepreneuriat à celle contreproductive basée aujourd’hui sur le salariat et un volet envahissant d’assistanat. Comment l’intervention de l’État en production ? En appliquant la règle pragmatique de produire les biens et d’offrir les services en mode collectif quand il est plus efficace de le faire de cette façon, mais s’en remettant à l’entreprise privée quand la motivation des intervenants est le facteur premier à considérer, ou quand des hypothèses diverses doivent être évaluées et comparées au vu de leurs résultats.

Etonnamment, la place qu’on doit laisser à l’interprétation dans le calcul de ce qui est plus ou moins efficace est bien mince. Appliquer dans chaque domaine cette règle de l’efficacité comparée du collectif (public) et du privé pourrait avoir la rigueur d’une loi mathématique, si le débat n’était pas faussé par ceux qui veulent s’en faire du capital politique. La crise libertaire/libertarienne est avant tout l’invention d’un nouveau clivage qu’on cherche à créer, pour remplacer celui Droite-Gauche qui ne fait plus descendre dans la rue que des nostalgiques, des fauteurs de trouble et des gamins. La crise de la liberté – ou de la relation individu-État – n’est PAS le débat entre la Droite et la Gauche, lequel est terminé. L’injustice du système est connue, on connait aussi les coupables, le capitalisme est mort. il ne reste que des têtes à trancher et à mettre au bout d’une pique. L’équilibre liberté-solidarité est tout autre chose.

Pierre JC Allard

15 pensées sur “La crise de la liberté… en 1 000 mots

  • avatar
    17 janvier 2011 à 5 05 42 01421
    Permalink

    La liberté et le pouvoir ne me semble pas compatible, effectivement ce sont des habitides.

    La société devient ce qu’elle est car nous tombons dans l’indiffréence de l’autre et nous revenons à l’invidu et nous perdons le collectif.

    La solidarité est aussi un sens ou chacun puisse manger à sa faim, cela est loin d’être le cas.
    Puis ne pas produire de suite à notre génération c’est la mort de toutes libertés puisque en procédant ainsi nous nous tirons une balle dans le pied.
    Mais à propos comment fais-tu pour traiter qu’une phase de l’ensemble ?
    Nous sommes en accord sur l’administration et tu est bien placé pour le savoir ou la technique ne peut passer que par la compétence des intervenants , non ?
    Le Panda

    Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 8 08 20 01201
    Permalink

    « La liberté, c’est faire ce qu’on veut, jouer à être Dieu en n’acceptant les contraintes ni de la nature ni des autres. »

    Très mauvais concept de la liberté; bien que ce soit celui qui prévaut actuellement. En réalité la liberté est d’être responsable de ses actions.

    « La liberté est fonction du pouvoir qu’on possède, puisque c’est toujours le pouvoir qui fait défaut quand on ne fait pas ce qu’on veut. »

    Et voilà où le bât blesse: le pouvoir personnel, plus grand que celui des autres, est ce qui nous permet de ne pas prendre la responsabilité de nos actions. Jusqu’à ce que l’autre en ait assez, évidemment.

    Lire l’exemple dans « Les souliers d’beu » article 25-26 et 27

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      17 janvier 2011 à 17 05 07 01071
      Permalink

      LARTISTE,
      Bonsoir j’ai répondu à, l’auteur avant de le faire à votre égard, car j’ai bien des phases de pertes à vous suivre.

      Si la conception semble un valoir à mes yeux ce n’est pas une conception de la véritable liberté démocratique.

      J’ai parcouru, l’exemple que vous citez et je ne m’y retrouve sur le sens de l’idéal, de ce tente de démontrer l’auteur.
      Donc dois-je déduire que c’est un sujet de thése ?
      A vous lire en ce domaine, si vous le voulez bien.

      Amicalement,

      Le Panda

      Répondre
      • avatar
        17 janvier 2011 à 17 05 59 01591
        Permalink

        « car j’ai bien des phases de pertes à vous suivre. »

        Moi aussi. Enfin je pense. 😉

        « J’ai parcouru, l’exemple que vous citez et je ne m’y retrouve sur le sens de l’idéal, de ce tente de démontrer l’auteur. »

        Je crois qu’il est évident, dans le récit, que chacun est libre de ses actes, mais doit en assumer les conséquences. Ce sera encore plus évident dans le prochain article.

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre
        • avatar
          17 janvier 2011 à 18 06 24 01241
          Permalink

          Merci de votre réponse qui se respecte j’en conviens sans l’ombre d’un doute, veuillez en prendre, je vous en suis gré 🙁

          Quand au complément le laisse le soin à l’auteur s’il le souhaite de vous répondre, et nous aurons surement la possibilté eventuelle d’en discuter lors du prochain épisode que je ne connais pas.

          Amicalement,

          Patrick Jua
          Le Panda (I)

          Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 12 12 04 01041
    Permalink

    @PierreJCAllard
    Je suis en désaccord avec la facon dont vous confinez la liberté à la seule sphère de la volonté de puissance. Je crois que dans le concept de « liberté » il y a une très grande part d’humilité et de soumission à l’ordre humain et à l’ordre de nature. Et comme le souligne L’Artiste, la responsabilité est une composante intrinsèque de la liberté.

    Ayant soulevé ces réticences conceptuelles, il reste qu’il faut saluer la nouvelle lecture que vous proposez de l’équilibre individu/société qui est à refaire et qui ne s’inscrit plus dans l’ancien clivage Droite/Gauche. Il faut repenser le rapport entre, d’une part, les besoins légitimes individuels et les revendications égoistes, et d’autre part les impératifs du bien commun. Une piste qu’il faut suivre et que j’explore est la facon dont le principe de plaisir est devenu hypertrophié dans nos sociétés et comment il a saccagé les notions essentielles de responsabilité et de solidarité. À mon sens, ce travail d’érosion s’est fait dans l’ordre intellectuel et culturel, mais c’est dans la sphère morale que la dernière cible et la destruction ultime reposent.

    Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 16 04 09 01091
    Permalink

    « Très mauvais concept de la liberté; bien que ce soit celui qui prévaut actuellement »….

    Eh oui ! mais c’est ce qui est qui détermine l’action à entreprendre…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 17 05 03 01031
    Permalink

    @PJAC,
    Heureux de te lire et de te voir commenter à nouveau:
    Eh oui ! mais c’est ce qui est qui détermine l’action à entreprendre…

    Merci d’avopir l’amabilité de nous indiquer à qui tu t’adresses en la circonstance ?
    Cordialement,
    Le Panda

    Répondre
    • avatar
      18 janvier 2011 à 11 11 21 01211
      Permalink

      A Panda et al.

      Je commente un minimum a partir de Cuba, où les serveurs sont des escargots et coutent 12$ de l’heure…

      On travaillera donc sur les ronds de jambes au printemps. La liberté pour Quidam Lambda, c’est faire ce qu’il veut. … comme Curzi. dans le déclin de l’Empire Américain, avait sa définition simple et fonctionnelle de l’amour…

      Lui donner un autre sens, de responsabilité ou éthique, est fuir le débat. Comme tenter de concilier le mal et l’existence du Bon Dieu…

      Pierre Jc

      Répondre
      • avatar
        18 janvier 2011 à 11 11 49 01491
        Permalink

        Pierre,

        Merci de tes réponses, mais le monde de la communication restant le réel de l’homme, elle posséde aussi un coût et cela, personne ne le conteste.

        Quand à tout ce qui demeure du « spirutel » il se n »gocie » dans une stratopsphére loin du snes de la liberté.
        Il va donc ainsi de l’amour des religions pas de la liberté.
        A Cuba le quidam de base sait-il simplement ce que le sens de la liberté d’expression veut dire ?
        Le déclin de l’Empiren Américain, n’a rien à voir à mon sens à moins que je n’ai manqué un épisode en sa lecture.
        Si tel est le cas merci de me rectifier.
        Quoi qu’il en soit prends soin de toi de ta santé et de tes proches, même si à des moments nous ne sommes pas en accord total, nous, nous respectons par le fruit issu de notre liberté. De notre culture, de nos racines pilliers de nos petites connaissances qui font ce que nous sommes et n,on par le pouvoir financier, cazr auquel cas nous serions tous corrompus.
        Amicalement,
        Le Panda

        Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 17 05 21 01211
    Permalink

    @PJCA,
    Tu as des questions argumentuées sur Les Voix du Panda similaires à celles qui figurent ici.

    Peux tu avoir l’amabilité de nous y répondre.

    Amicalement,

    Le Panda

    Répondre
  • avatar
    17 janvier 2011 à 19 07 37 01371
    Permalink

    @PierreJCAllard
    Je suis en désaccord avec la facon dont vous confinez la liberté à la seule sphère de la volonté de puissance. Je crois que dans le concept de « liberté » il y a une très grande part d’humilité et de soumission à l’ordre humain et à l’ordre de nature. Et comme le souligne L’Artiste, la responsabilité est une composante intrinsèque de la liberté.

    Ayant soulevé ces réticences conceptuelles, il reste qu’il faut saluer la nouvelle lecture que vous proposez de l’équilibre individu/société qui est à refaire et qui ne s’inscrit plus dans l’ancien clivage Droite/Gauche. Il faut repenser le rapport entre, d’une part, les besoins légitimes individuels et les revendications égoistes, et d’autre part les impératifs du bien commun. Une piste qu’il faut suivre et que j’explore est la facon dont le principe de plaisir est devenu hypertrophié dans nos sociétés et comment il a saccagé les notions essentielles de responsabilité et de solidarité. À mon sens, ce travail d’érosion s’est fait dans l’ordre intellectuel et culturel, mais c’est dans la sphère morale que la dernière cible et la destruction ultime reposent.

    Répondre
    • avatar
      18 janvier 2011 à 7 07 38 01381
      Permalink

      « Et comme le souligne L’Artiste, la responsabilité est une composante intrinsèque de la liberté. »

      Voilà un point où nous sommes parfaitement d’accord; M. Barcelo.

      J’hésite, cependant à l’être avec ces autres points, puisque dans mon esprit,

      a) L’humilité est un extrême aussi peu valable que l’orgueil, qui en est l’autre extrême.

      b) La soumission est aussi « immature » que la domination, qui avilissent l’être humain.

      c) L’ordre humain est artificiel et sans aucune valeur intrinsèque.

      D) Seul l’ordre de la nature est une réalité incontournable.

      Le sens actuel donné au mot « liberté » est bien celui qui est défini dans l’article, nous sommes tous d’accord sur ce point.

      Qu’il y ait des « actions à prendre » selon ce sens actuel, c’est très possible; mais il faudra éventuellement « corrigé » le sens du mot « liberté » avant qu’il nous porte à faire trop de conneries.

      Le concept disant que « ma » liberté s’arrête où commence celle de « l’autre » est une imbécilité dictée par l’ordre humain. En fait, « ma » liberté n’a pas de frontière, sauf celle dictée par l’ordre de la nature. C’est lui qui m’indique comment faire « mes » choix en acceptant les responsabilités découlant de ces choix.

      Je ne vois pas d’autres voies « normales » à suivre pour un être humain qui se promène debout.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
    • avatar
      18 janvier 2011 à 11 11 33 01331
      Permalink

      @ YB et Lartiste. La responsabilité n’est pas une « composante » de la liberté, mais une de ses conséquence…

      Dire que ma » liberté n’a pas de frontière, sauf celle dictée par l’ordre de la nature me semble une évidence.

      La confusion – voulue – vient de le distinction entre « I can  » et « I may » dont la langue anglaise nous prémunit

      Cela dit, Yan, heureux de te sentir en bonne santé

      Pierre JC

      Répondre
      • avatar
        18 janvier 2011 à 12 12 00 01001
        Permalink

        Je n’insisterai pas plus vu le coût de l’escargot 😉

        composante, nom féminin

        Sens Élément d’un ENSEMBLE, donnée à prendre en compte.

        Et comme la liberté est la manifestation d’un ENSEMBLE de comportements, l’escargot risque l’inflation. 😀

        À bientôt et bonne journée

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *